AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle.   Sam 4 Oct - 3:30

Premier message réservé à MAB [ Marie-Antoinette Bellay ]


Assise sur son bureau Caem tentait de réfléchir. Une nouvelle année s’était écoulée et elle se demandait si elle avait fait le bon choix. Rester à Poudlard, une autre année... Évidemment, elle adorait son emploi, aucun doute là-dessus. Les livres, c’étaient sa passion, mais sa vie se limitait à l’intérieur des murs de l’école. Elle avait vingt-trois ans et elle avait l’impression de vivre dans un couvent. Peut-être que Madiana avait raison, peut-être qu’elle s’enfermait dans sa bibliothèque pour fuir les éventuelles contacts avec des êtres vivants, en particulier les hommes. La jeune femme secoua la tête, c’était ridicule, depuis quand elle accordait de l’importance à ce que pensait les autres ? Elle trouvait que peu de gens étaient réellement digne d’intérêt (ce qui excluait que leur opinion puisse avoir la moindre importance à ses yeux), la plupart étaient insipide et inintéressant, centrer uniquement sur leur personne, prêt à tout pour parvenir à leur fin. Comme sa tante, quoiqu’elle ne rentrait nullement dans deux premières catégorie. Seulement dans les dernières... Caem devait avoir hérité de sa froideur et de sa sélectivité. Là-dessus, elles étaient réellement identiques. Les mots compassion, attendrissement leur était relativement inconnu. Est-ce que cela faisait d’elle un être insensible ? Sûrement. La jeune Irlandaise l’avait toujours sût, elle ne se protégeait pas de certaines émotions, elle n’arrivait à les ressentir... Dommage... C’est sûr qu’elle ne se voyait pas en Mère Teresa, mais bon, un effort ne la tuerait pas. Tien, elle devait se montrer la moins froide possible avec la prochaine personne qui rentrerait dans la bibliothèque. En attendant que quelqu’un mette les pieds dans la bibliothèque, elle pouvait toujours faire ses pointes. Comme les élèves étaient en cours, elle avait environ une heures devant elle. Juste assez.


Mlle Brennan enfila son justaucorps de danse puis enfila ses chaussons. Nul besoin de toucher à ses cheveux, déjà relevés en un chignon sévère. Tout d’abord, les étirements. Un grand écart. Caem refit lentement ses cinq positions de base, d’abord avec les pieds puis avec les bras. En s’appuyant sur le rebord de la fenêtre elle fit une série de demi-pliés, de battements tendus et de battements tendus jetés. Chaque geste lui rappelant qu’à travers la danse, elle pouvait aimer. Elle pouvait ressentir la passion,le déchirement que d’autres ressentent pour les humains. Ses deux passions ; La danse et les livres. Des choses inertes qui n’ont pas d’âmes... Un pas de gourré suivit d’un rond de jambe et d’un jeté. Un grand jeté, un entrechat... Caem éprouva l’impression de voler, libéré de toutes ses angoisses, ses pensées. Se concentrer uniquement sur ses mouvements. Échappée, pointes, arabesques, tours chaînés... Oublier que l’on existe, vivre à travers ses mouvements. Un développé, une effacée, un fouetté sur demi-pointe. Ne pas penser à la maladie de Shevonne, à la froideur de sa mère et à la cruauté de sa tante. Juste ce sentiment d’abandon qu’elle ressent dès qu’elle danse. Dégagé, piqué, tour en l’air. Des émotions si forte, l’impression que rien de l’atteindras. Saut de basque, chassé, demi contre-temps, détourné, sissonne arabesque. Son professeur de ballet lui avait toujours dit qu’elle avait beaucoup de talent, elle aurait peut-être dû continuer dans cette voie.


La bibliothécaire s’arrêta un instant, pour contempler le parc au-dehors. Quelle étrange mélancolie qui l’accablait aujourd’hui. Tout remettre en question. Elle-même, sa famille ses amis... Ce monde dans lequel elle vivait. Ce monde qui par moment lui semblait si dérisoire. Oh... parfois la vision simpliste de Ladli lui manquait, elle qui voyait le monde en rose, peu importe les circonstances. Caem se leva et entrepris de refaire la chorégraphie du Lac des Cygnes... Elle avait toujours trouvé ce ballet enchanteur et romantique, même magique. C'était le mot.
Revenir en haut Aller en bas
 

L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard