AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Happy Halloweeen Babe! [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Jeu 20 Nov - 2:24

L’Halloween. Sa vous dit quelque chose? Le noir, le orange, un tas de décoration accroché partout, un tas d’enfants se promenant dans les rues? Sonnant pour avoir un tas de bonbons? Cette fête, à tout coup, qui affiche un sourire sur le visage des bambins? Qui en affiche un aussi sur le visage de Léa? Elle avait beau avoir passé l’âge de se promener dans les rues déguisées en citrouille géante, c’était une des fêtes qui lui plaisait le plus. De un, tout était décoré. De deux, tout le monde était déguisé. De trois, immanquablement, il y avait un bal. Cette année, le bal enthousiasmait particulièrement McNeil, pour une raison bien simple; son cavalier. Quoi que bon, en, elle n’irait probablement pas lui dire, ça lui enflerait la tête complètement. Et… Elle ne savait pas vraiment s’il viendrait. Elle n’avait pas eu de réponse, et n’en voulait pas non plus, avant de voir si oui ou non il était là. C’était… Étrange, non?

Pour faire court, dès qu’on lui avait parlé du bal d’Halloween, une image c’était imposé à la tête de la Serdaigle. Elle c’était revu, au cours de l’été, déguisé en clown, dans les rues d’une grande ville, en compagnie de Cage. Elle ne savait plus trop pourquoi il avait décidé de la trimballer là, mais l’idée d’aller quémander des bonbons l’avait aussitôt enthousiasmé! Simplement, ils n’avaient pas eu un grand succès. Les bourgeois ne semblaient pas apprécier cette distraction, ce qui, de toute manière, n’avait pas empêcher la jeune fille de s’amuser. Mais bon, voilà. Elle avait vu en ce bal une occasion de reprendre leur Halloween une seconde fois. À la bonne date. Avec de vrai costume. Avec de vrais personnes fêtant eux aussi. Bref, une prise deux!

Et puis. Lui aussi, en tant que telle, plaisait bien à la Serdaigle. Il était… Comment dire? En fait, le meilleur mot pour le qualifier, actuellement, était défi. Elle se souvenait très bien de la première fois où elle l’avait rencontré. Le regard qu’il lui avait jeté; celui du genre, mais eh, tu fais quoi à me foncer dedans? Alors que elle, ne faisait que se dire qu’il était… beau? Car il l’était, et bien qu’arrogant apparemment détestable, il lui plaisait. M’enfin, en. Chacun avait droit à ses premières impressions, et McNeil c’était alors dit qu’elle lui ferait changer d’avis. Elle avait réussi? Honnêtement, elle n’en avait aucune idée. C’était un peu pour ça, aussi, qu’elle l’avait invité, pour savoir si elle le laissait encore aussi indifférent. Elle ne l’avait pas revu souvent, depuis la fin de l’année passée. Ou durant toute sa vie, tout court. Mais elle n’en gardait que de bon souvenirs, ou des souvenirs drôle, à la limite. Depuis leur pari idiot sur les centaures, elle n’avait pas passé beaucoup de temps avec lui, mais ses moments en avaient valut la peine. Fallait réitérer, alors, non? Et donc, quoi de mieux qu’une fête comme celle là?

S’il voulait venir. C’était un peu le mystère de la soirée. Comme elle ne le voyait jamais, elle avait procédé par hibou. Un peu en l’honneur de ce mot qu’il lui avait envoyé, une fois, pour l’invité à une soirée. Enfin, elle avait fait simple. Sa devait ressembler à quelque chose du genre : Le bal d’Halloween, sa t’intéresse? Rejoins moi au Hall d’entrée, 31 octobre, 21h00, tu me remarqueras. L.M. Elle ne lui avait demandé aucune réponse, et n’aurait même pas regarder si elle en avait reçu une. La surprise, c’était plus drôle. Elle avait envie de savoir le soir même s’il viendrait. Rien ne l’obligeait. Mais elle l’espérait, évidemment, sinon, elle ne l’aurait pas invité. Les soirées prenaient toujours des tournures inattendues, pleines de surprise, en sa compagnie. Elle aurait voulu voir ce que celle-ci pourrait lui réserver. S’il venait.

D’ailleurs, elle devait aller le rejoindre! S’il était là. Comment ils se rejoindraient? Tu me remarqueras, voilà tout ce qu’elle avait dit. Elle avait d’ailleurs eu raison de dire ça, il aurait été difficile, même parmi une foule de personnes déguisées, de ne pas la voir. Non pas que son costume soit très gros, grand, voyant. Rien à voir avec la tenue de clown. Non, elle y était allée avec quelque chose de… petit? Elle ne portait, en fait, que trois morceaux; un haut et un bas de bikini blanc, ainsi que de grandes ailes de papillons. Nue? Non, elle n’en avait aucunement l’air. À l’aide d’un ami, on avait fait de son corps une grande œuvre d’art. Body Painting. Sa vous dit quelque chose? Elle était recouverte de peinture, ou l’on voyait de magnifiques dessins dans les teintes de mauve, orange, or, vert et bleu. Il n’y avait aucun motif particulier, c’était de douces spirales, des formes diverses, sans cohérences, mais harmonieuses et belles. À la fois doux et sauvage. On distinguait à peine son mayo de bain, et bien que l’on devina très clairement ses formes et sa silhouette, elle ne donnait pas l’impression d’être nue. On aurait dit qu’elle était un papillon, magnifique, magique, qui c’était poser pour le temps d’une soirée. Ses ailes rajoutaient beaucoup à cet impression, aussi. Léa était assez satisfaite du résultat -elle devrait penser à remercier et féliciter mille fois son artiste d'ami-, alors qu’elle descendait l’escalier menant au Hall, et que beaucoup se tournait pour la regarder passer. C’était l’effet escompté.

Papillonnant littéralement d’un groupe de personnes à l’autres, elle laissa les minutes filés, jusqu’à ce qu’il soit l’heure de leur rencontre –si elle avait lieu-. À ce moment, elle se tourna vers la porte, mais ne le vit pas rentré. Évidemment, la vraie vie n’avait rien d’un film, ou le héro arrivait à la seconde près. Il ne viendrait pas? Sa ne voulait pas nécessairement dire ça. Il serait costumé comment? Elle n’en avait franchement aucune idée, mais elle avait hâte de voir. Souriante, elle alla s’accoter à un mur, guettant la porte d’entrée, attendant son cavalier. Combien de temps? Elle lui donnait. Oh, beaucoup de temps. D’ici deux ou trois minutes, s’il n’était pas là, elle quitterait pour rentrer avec tous les autres. Elle ne patienterait pas pour quelqu’un n’ayant aucune intention de venir. Et s’il était en retard? Eh bien, il n’aurait plus qu’à la trouver, on n’était jamais trop vieux pour une petite partie de cache-cache!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Lun 24 Nov - 3:22

Depuis qu’il était au ministère, Heathiie ne s’amusait pas trop trop. Il n’en avait guère le temps! En tant que stagiaire au Département des Mystères, il avait deux choses à faire : de un, s’occuper des tonnes de paperasses qui, s’ils avaient pour défaut d’être interminables, étaient ma foi fort intéressant et de deux, il devait analyser, regarder, prendre des notes, tester tout ce qui se trouvait dans ce département –ce qui ne pouvait se faire en une vie entière et donc, vous imaginez le temps qu’il y consacrait… Et c’était justement ça le problème. Le temps. Sa première tâche lui en prenait déjà beaucoup alors avec la deuxième, c’était à peine s’il consentait à quitter le ministère à sa fermeture! Ensuite, bien sur, il avait des devoirs à faire à la maison. Tant et si bien qu’à un certain moment, il s’était surpris à ne plus savoir que faire alors qu’il venait tout juste de terminé une analyse vitale qu’il se devait de remettre le lendemain matin. Résultat? Il s’était effondré sur son lit et avait continué de se tourmenter l’esprit avec les irrésolubles mystères du département du même nom. C’est dire combien il était obnubilé, obsédé. Après cela, il ne fallait guère s’étonner qu’il aie choisi d’être une langue-de-plomb! C’était tellement… si peu… Enfin, il était siiii curieux de savoir tout ce qui se passait là-dedans que pour peu, il en oublierait presque le reste. Et le reste incluait sous-fifres, ennemis – et un peu plus rarement– amis et connaissance.

Il y avait aussi quelque chose d’autre que le Serpent adorait à propos du Département. C’était plein d’imprévus. Tout défiait les règles mathématiques qui structuraient l’esprit de froide logique du jeune homme. Et chose assez curieuse, il aimait cela. En fait, non, même pas : il adorait ça. Déjà qu’il n’employait le mot "aimer" qu’en de très rares occasions –peut être même simplement lorsque venait le temps de décrire ses sentiments vis-à-vis du danger avec un grand D–, c’était dire que le mot "adorer" avait une valeur encore moins négligeable! Pas étonnant que Gwendolyn désapprouvât! Après tout, quelque chose qui lui plaisait à lui ne pouvait que lui déplaire à elle, même si leurs goûts respectifs étaient sensiblement pareils… M’enfin, quoiqu’il en soit, il y avait bien trois ou quatre choses qu’il n’aimait que moyennement. Tout d’abord, la très ancienne et très honorable famille Cage –c’est à dire, sa propre famille– avait commencé à lui mettre de la pression pour qu’il change d’emploi. Ensuite, parce qu’il se disait qu’étant lui-même une personne très franche, il se voyait mal devenir une langue-de-plomb. Troisièmement parce que sa vie sociale s’en voyait diminuée et enfin, parce qu’il y avait ce problème d’orientation.

Orientation? Que voulait-il dire par orientation? Eh bien, deux choses.

Le Département des Mystères était un département très sombre, chichement éclairé. C’était aussi un dédale, encore plus dédalique que Love Hall –et ça, déjà là, ça disait tout! Certes, c’est compréhensible que de manquer d’orientation dans un labyrinthe mais qu’est-ce que l’éclairage venait faire là-dedans? Ehh bien, c’était très simple. Heath finissait toujours par perdre le compte des heures et ne savais jamais vraiment quelle heure il était –à part lorsqu’il se trouvait dans la salle aux horloges.

C’était justement ce qu’il fit cette soirée là. Il oublia cooomplètement de regarder l’heure, jusqu’à ce qu’il entre dans la salle du temps. Ce n’est qu’alors qu’il constata qu’il était 20h. Et c’était également à ce moment-là qu’il se souvint du petit bout de papier qui lui était parvenu quelques temps plus tôt. Il était signé L.M. Étrange n’était-ce pas? Il en connaissait une quantité industrielle, des L.M. Pourtant, une intuition peut être, lui disait que ce personnage-ci n’était pas n’importe qui. En fait, le simple mot "Halloween" lui avait fais penser à cette jeune personne : Léa McChosebinechose. Pour quelle raison? Ohh eh bien disons qu’il se souvenais encore de leur petite virée à Chicago. Bon, ça allait de soi, il s’y rendait. L’ennui, c’était qu’il n’avait pas de déguisement. M’enfin, quoiqu’il en soit, tandis qu’il était bien occupé à se souvenir de cela, il ne fit pas attention à ce qui se trouvait autour de lui. Mal lui en prit! En moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, il se reçut en pleine tronche une attaque de choses non-identifiées : lorsqu’il rouvrit ses paupières après avoir perdu connaissance, il eut la surprise de constater que quelqu’un lui posait des pansements sur le visage. Plus grande encore fut sa surprise lorsqu’il constata que son très impersonnel et très ajusté costume de soie grise était déchiré de partout. Seule sa chemise à carreaux semblait avoir réchappé au carnage. Et encore! Avec la cravate noire fendue en deux, ce n’était pas vraiment la classe! Et quelle était la cerise sur le sundae? Rien de moins que les deux plasters blancs mis en croix sur sa joue gauche et un autre sur son front.

En bref, il devait être hideux!

Un sourire amusé fit son apparition sur son visage inexpressif. Hideux, hein? Ça tombait bien, il avait justement besoin de cela! Après tout, à Halloween, plus on était et mieux c’était, non?!? Et puis, si c’était vraiment Léa McChose qui l’avait invité, le bal devait se dérouler à Poudlard, et ceux qui souhaitaient se rendre aux bals de Poudlard devaient obligatoirement porter un costume d’Halloween, il le savait d’expérience. Alooors oui, son attaque tombait bien : il y irait déguisé en homme s’étant fait agressé par il-ne-savait-trop-quel-truc-bizarre. Seulement voilà, comme quoi tout revenait à ce problème là, il semblait que le temps aie filé sans qu’il ne s’en rendes compte : il était déjà 20h43. DÉJÀ! Sans perdre de temps, il transplana jusqu’à Pré-au-Lard puis s’engagea sur la route menant au plus que célèbre château. Les charrettes attelées aux Sombrals étaient là mais Heath préféra marcher. Il n’aimait pas trop les sombrals. Il était capable de les voir depuis très très longtemps. En fait, depuis sa première année à l’école. Comment cela se pouvait-il? C’est relativement simple. L’ancien Serpentard avait presque toujours été un enfant détestable. À 8 ans, son activité préférée était déjà de rendre invivable la vie d’autrui. À 9 ans, il s’était emparé d’un grenouille, l’avait mise dans le micro-ondes et bien entendu, elle n’avait pas tardé à exploser sous ses yeux fascinés. Certes, c’avait été chose fort cruelle à faire mais à l’époque, c’était le dernier de ses soucis. La cruauté, il s’en fichait comme d’une gigue à l’époque… et aujourd’hui encore, ce n'occupait guère ses pensées, même s’il était sadique quand même. M’enfin, tout ça pour dire que oui il avait vu quelqu’un mourir (parce que la grenouille était quelqu’un, oui monsieur!) et que de ce fait, il voyait les bêtes qui faisaient la navette entre Poudlard et Pré-au-Lard.

Lorsqu’il parvint enfin aux portes du château, il devait avoir amassé une livre de boue dans le bas de ses pantalons. Ne manquait que les cicatrices et il devenait proprement un Frankenstein! Remarquez, on n’était pas si loin : après tout, il avait bien deux bandages qui pouvaient tout laisser à deviner, nah? Quelle importance. Les mains dans les poches, une adorable mine d’enfant qui boude au visage, Heath fit son entrée à l’école de sorcellerie et se mit en quête de la personne qui l’avait invité. Il ne tarda pas à la dénicher dans la foule, dans le Hall. Elle était quand même assez reconnaissable, quoique son costume fut joyeusement singulier… Heath se fraya un chemin en n’hésitant pas à tasser ceux qui le gênaient et bientôt, il fût derrière la Serdaigle clonée en papillon pour l’occasion. Bon, quoi à présent? Il l’interpelait comment? D’un haussement d’épaule, il décida que ça n’avait pas d’importance et il fit donc la première chose qui lui passait par la tête, à savoir l’embrasser sur la joue en arrivant à son côté.

–Salut, schönheit! Il lui sourit presque gentiment avant de lui pointer ses ailes. J’aime bien. C’est plus original que le mien, en tout cas!… Euuhmm, c’est bien toi qui m’a invité, hein? Ça me tente pas de retourner à la maison me changer parce que je me suis trompé de bal.


[Vous avez le droit de me lancer des tomates pourries. C'est nul, je sais -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Lun 1 Déc - 3:21

Une petite princesse, en robe rose, couverte d’une quantité faramineuse de fanfreluche et de dentelle extravagantes. À coté, se trouvait un petit ange, dans une jolie robe blanche, avec de petite aile, de petit gant, et un petit anneau scintillant au dessus de la tête. Pour faire original, elle était accompagnée d’un diable tout de rouge vêtu. Non loin, une demoiselle vêtue d’un costume de… sorcière, question de faire original. Léa n’était pas certaine de savoir si celle-ci avait décider d’ignorer la fête, ou, si, étant moldue, avait trouver drôle de se costumer ainsi. Prêt d’elle, se trouvait toutefois un autre sorcier, qui lui, semblait peu enclin à célébrer les citrouilles et compagnie. La première option s’avérait plus probable. Léa hocha la tête, se forcer à s’emmerder, c’était si dommage. Néanmoins, un nouveau sourire s’étira sur son visage, lorsqu’elle vit rentrer un nouveau couple qui savait profiter des festivités, soit un duo d’hippies, qui semblaient tout droit sorti des années 60. Puis, quelque part au loin, elle vit aussi une nuée de fée, quelques clowns, qui, inévitablement, la replongèrent dans ses souvenirs de l’été, une fraction de seconde. Suite à se délai, elle reprit sa détaillation des costumes, un sourire presque béat d’enthousiasme étampé sur le visage. Décidément, cette fête lui plaisait. Voir débouler toutes ses personnes, toutes ses décorations, toutes cette féerie, même pour un monde aussi magique, c’était simplement génial! Il y avait tellement de vie, tellement de diversité, et elle, elle était certaine, aussi, suite à cette observation, était la seule dans son costume de papillon. En comparaison avec les milliers d’anges, si peu originaux, ses policières moldues, ses infirmières… Non, tout ça, sa revenait tout le temps, mais pas elle. Elle différait de se lot, qu’elle se plaisait à observer.



Une autre raison, aussi, animait son désir de scruter ainsi la foule. Les costumes, être unique, c’était marrant, bien sûr. La fête, le bal, sa serait grandiose. Mais sa en serait aussi bien si elle pouvait être accompagné. Et pas par n’importe qui, bien sûr. Aussi, elle regardait parmi les costumes, tentant de déceler celui qu’aurait enfiler son probable cavalier. Peut-être fut-elle trop occuper dans sa recherche, ou peut-être ne cherchait-elle simplement pas la bonne chose-personne, ou peut-être n’avait-elle pas assez de conviction dans ses observations, mais peut importe, elle ne le vit pas arriver. Elle sursauta donc légèrement, laissant échapper un minuscule cri de surprise lorsque des lèvres vinrent se poser sur sa joue, par l’arrière. Lorsqu’elle se retourna, un sourire s’étira sur les siennes, et si il n’avait pas pris la parole, elle aurait probablement fait dévier sa bouche jusqu’à celle de son cavalier, enthousiasmé par la fête, par sa présence, par la soirée en générale. Toutefois, les paroles de celui-ci l’amusèrent grandement, et elle ne put s’empêcher de réviser sa stratégie. Un baiser pouvait facilement être déplacé, une occasion de se moquer de lui était plus difficile à avoir. Elle remplaça donc son sourire initial par une moue désapprobatrice, faisant mine de regarder par-dessus l’épaule de Heath, cherchant celui qui manquait à l’appel. «Je… Euhm, enchantée de te voir, sauf que j’attends mon cavalier, là, maintenant.» Sur quoi, elle pivota la tête, regardant derrière elle, puis reporta son attention au… mort vivant. «Oh, amusant, le costume. J’suis certaine qu’il plaira à… ton rendez-vous? Où à l’endroit où tu crois peut-être devoir te rendre, t’as pas l’air convaincu.» Sur quoi, elle tourna les talons, papillonnant littéralement vers d’autres personnes –dont l’un de ses amis qu’elle avait reconnu, et gratifier d’un clin d’œil-, avant de jeter un dernier regard à Heath. «Bonne soirée, au fait!» Lui dit-elle, avant d’aller rejoindre son copain dans un éclat de rire. Celui-ci ne comprenait apparemment pas, et elle lui expliqua rapidement en quelques mots, avant qu’il ne commence à rire lui aussi.



Ils partirent ensemble, laissant Heath pantois un instant. Léa ne fut cependant pas longue, prenant simplement le temps de le contourner subtilement, avant de laisser son ami qui avait bien voulu jouer le jeu. En douce, enfin, autant que possible, elle s’avança vers son véritable cavalier, tentant de le prendre lui aussi par surprise. Se hissant sur la pointe des pieds, elle alla à son tour déposer un baiser sur la joue de Heath, qu’elle avait quitté un minute à peine plus tôt. Ses lèvres s’attardèrent un peu, et si elle avait été moins petite, si elle avait pu les atteindre, elles auraient probablement rejoint les siennes. «Alors, monsieur le… mort-vivant? On attends toujours quelqu’un?» Murmura-t-elle à son oreille, avant de se redéposer sur le plat des pieds, et d’aller face à lui. Rayonnante dans son costume de papillon, elle lui décocha un grand sourire, avant d’éclater de rire. «Oh, désolé! J’ai pas pu m’en empêcher» Lui souffla-t-elle entre deux éclats, en réponse à son petit manège qui, à réflexion, était des plus inutile et enfantin. N’empêche, sa l’avait amusé, et c’était l’essentiel. «Enfin.. Oui, oui, si tu veux bien, c’est moi qui t’as invité liebling! Et pas besoin d’aller te changer chez toi, j’vais survivre à ta vision en tant que monstre.» Ce qui ne serait pas trop difficile, car malgré les bandages et le linge déchiré, elle le trouvait toujours aussi craquant. Sa lui donnait, un certain charme… Et il était tout à elle, et ce, pour la soirée! Valait donc mieux en profiter, et ce n’était pas en restant dans le hall qu’ils allaient s’amuser.



«Alors, on fait quelque chose?» Sans attendre sa réponse, elle le prit galamment par le bras, comme si sa avait été son rôle à elle, avant de l’emporter vers la grande salle. Sur son passage, Léa remarqua bon nombre de regard appréciateur, et bien qu’elle puisse être de nature tout à fait modeste, elle avait décidé que ce n’était pas la soirée. Aussi, elle papillonnait littéralement en se promenant dans la foule, souriant à ses connaissances, adressant un mot ou deux à Heath du genre, un «Ça va?» de politesse, et d’autres âneries sur les costumes hideux des autres. Ce n’est qu’une fois rentré véritablement dans la salle, après s’être enthousiasmé devant les décorations, qu’elle lui redonna véritablement son attention. « Alors… Puisqu’on a toute la soirée, j’aurais quelque chose à te proposer.» Commença-t-elle, marchant en direction du bar, ou elle se prit quelque chose à boire, et offrit un verre à Heath. Décidément, elle jouait la galante, se soir, les rôles du gentleman et de la demoiselle était inversé depuis l’invitation. « Donc, j’disais... Quand j’tais en clown, t’avais l’droit de me demander s’que tu voulais. Maintenant, si on renversait un peu les situations? Bien sûr, j'te demanderai pas d'gâcher la soirée pour moi, ni de changer de costume, le tien te vas à ravir.. Non, s'que j'veux, c'est trois réponses, à trois questions.» Elle lui adressa un grand sourire. Elle ignorait encore ce que pourrait être ses questions, mais elle trouverait bien quelque chose à lui demander, s’il acceptait. Sa serait simplement, amusant, compte tenu du temps qu’ils avaient encore à passer ensemble. Peut-être lui demanderait-elle pourquoi avait-il accepté de venir? Car elle se le demandait, depuis qu’elle l’avait vu, la question lui trottait dans la tête. Elle n’avait pas vraiment cru à ce qu’il vienne, elle était d’ailleurs un peu surprise de sa compagnie ici. Elle trouvait sa chouette, une partie du défi qu’elle c’était fixée était relevé, mais elle était de nature curieuse. Souriant, elle se repris un verre –le premier étant terminé-. «Évidemment, sa implique aussi que t’as droit, toi aussi, à trois réponses… Si tu acceptes?» Sa dernière phrase, qu’elle avait prononcée avec amusement, recelait aussi une note de défi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Mer 10 Déc - 0:45

Étrange que ce bizarre sentiment qu’était la mélancolie. Et puis d’abord, était-ce vraiment un sentiment? N’était-ce pas plutôt une façon d’être? Cela importait peu car, dans les lois impartiales que s’était établi notre jeune Cage ci-présent, c’était chose prohibée que d’être mélancolique, c’était là un délit grave puni d’une journée complète de séquestration en compagnie de nulle autre que sa très agaçante cousine, Sweet. Et bien qu’il exécrait particulièrement à se l’avouer, Heath s’était effectivement laissé aller à la nostalgie. Pire! Il l’avait fait deux fois plutôt qu’une! La première fois lorsqu’après une journée malencontreuse à Londres, il s’était retrouvé dans les rues de Pré-au-Lard –mais il est à noter qu’ici, la faute était moins grave car son apparition dans un tel endroit n’avait guère été prévue et était donc non-préméditée–… et puis la soirée même. Rien ne venait l’excuser cette fois-ci, pourtant. Dès qu’il avait franchi les portes du château, son regard s’était mis à fureter. Ohhh, le bonhomme qu’il avait un jour immobilisé pour mouler sur lui de la neige afin de construire un bonhomme de neige! Et puis l’autre, la fille, celle déguisée en coccinelle, il la connaissait non? Elle ne faisait pas parti du défunt club des Martyriseurs, ce clan qu’il avait lui-même fondé en arrivant à Poudlard et qui avait pour seul but de regrouper des emmerdeurs de première afin de discuter des meilleurs façons de s’y prendre pour mettre de la vie dans le quotidien de certains élèves dont les tronches les insupportaient? Et puis, le club était-il toujours d’actualité? Quelqu’un en avait-il repris la tête? Ou bien était-il dissous à présent qu’il n’était plus à l’école? Ohh, ce que la Salle sur Demande pouvait lui manquer! Combien de fois s’était-il réfugié avec sa très selecte bande d’amis? Des douzaine de fois? Des centaines?… Sans doute autant de fois qu’il s’était perdu de bon cœur dans le couloir des murmures! Ça lui manquait tant…

Mais bon, ça ne l’excusait aucunement. Il s’était imposé des lois il y avait de cela longtemps et il était anticonstitutionnel que de les briser alors il allait devoir s’enfermer en présence de sa cousine et la supporter pendant quelques 24 heures… Telle était la peine qu’il allait devoir purger et encore, elle était relativement légère! Mais pour le moment, ce qui comptait, c’était le présent, n’est-ce pas? Et le présent, c’était cette Léa à qui il venait tout juste de donner un petit bisou sur la joue. Pourquoi cette marque d’attention, déjà? Il ne le faisait qu’avec ses amies, non? Ashley, Charly, d’accord, mais Léa? Était-elle une amie? Heath haussa les épaules. Elle n’était pas une ennemie ni une sous-fifre, c’était déjà ça. Néanmoins, d’après la mine désapprobatrice qu’elle s’était mise à afficher, Heath ne doutait pas que ça n’allait pas tarder à venir! Pour il ne savait exactement quelle raison, il ne se fiait pas tellement à cette fille. Étrange, bizarre, pas comme les autres Serdaigle… elle était vraiment bizarre et s’il n’avait pas encore commencé à se méfier de ses réactions, il ne leur faisait guère confiance. Il n’avait pas finit de formuler sa pensée qu’on lui donnait raison : la McNeil était une tordue! C’était elle qui l’avait invité, bon! Si? Ou bien non… Heath ne lui prêta pas grande attention lorsqu’elle partit rejoindre son soi-disant cavalier. Il ne leur jeta même pas un regard, perdu dans ses réflexions.

Après tout, il était parfaitement plausible que ce ne fut pas elle qui l’eut invité… Il en connaissait beaucoup des L.M qui habitaient des châteaux ou des manoirs ou des appartements avec Hall… Laurana Mañor en Espagne qui organisait un bal... Si sa mémoire était bonne, Lawrence McHeaven, à New York, lui avait également adressé une invitation pour Halloween... À moins que ce ne fut Lejandra Marine, au Portugal? Et puis, ce pouvait également être un ami, non? Lucas Moustafik à Cologne ou Louis LeBlanc à Metz... Bref, les possibilité étaient aussi multiples que variées. Le problème était que le jeune homme n’entendait pas transplaner jusqu’à l’autre bout du monde simplement pour assister à une fête qui risquait fort d’être débauchée, débile, ultra-arrosée et où il ne pourrait ingurgiter un verre de vodka sans devenir (littéralement) un légume avec un cerveau à la place... enfin, à la place du cerveau. C’était une expériance assez traumatisante (après tout, personne ne voulait réellement de quelqu’un qui puisse penser dans une fête faite pour se dévergonder!) qu’il ne renouvelait qu’assez rarement. Et puis, s’il décidait d’aller célébrer le 31 octobre avec ses amis, il allait devoir se rendre chez lui, prendre une belle grosse douche, enlever ses bandages, dégotter un sortilège pour masquer plus subtilement ses blessures, enfiler des vêtements griffés qu’il aurait à choisir dans son impressionnant répertoire d’habits et puis...

Heath sursauta et se retourna.

Ohh, surprise! La McNeil!... encore! Un sourcil haussé, une main dans une poche, une lueur déconcentrée dans son regard, Cage était tout simplement étonné. Venait-il d’halluciner ou bien avait-elle sérieusement déposé un bisou sur sa joue? Soit a) l’attaque d’objets-non-indentifiés l’avait vraiment sonné et donc, il avait vraiment halluciné ou bien b) non il n’avait pas halluciné et elle avait tout simplement voulu se venger du bec qu’il lui avait lui-même donné en arrivant! Heath y alla de l’option b parce que, non monsieur, il n’était pas encore fou! Un peu sonné par ce qui s’était passé au ministère mais pas fou! Avant qu’il n’aie pu piper mot, mademoiselle lui annonçait que c’était bel et bien elle qui l’avait invité (AHA!) et le tirait par le bras pour entrer dans la grande salle. Il grimaça. Ça faisait mal! Non pas qu’elle aie eu un quelconque geste brusque ou violent. Le problème était assez flagrant. Il était on ne peut plus gauche et bien qu’il se refusât à se l’admettre, assez amoché également. Peut être aurait-il dû écouter ce qu’avait dit l’infirmière, dans le fond... Avait-il quelque chose de cassé? Les élancements qu’il ressentait étaient-ils normaux?

Le natif de Munich ne s’y attarda pas, il n’en eut pas l’occasion car malgré les vagues régulières de douleurs, il ne tenait pas à passer une soirée moche pour autant. Il était venu à Poudlard en pensant que les choses risquaient d’être fort intéressantes et il ne voulait pas tout gâcher en se comportant comme un grand brûlé –ce, même s’il ne l’était absolument pas. « Au fait, je danse comme un pied » Crut-il bon de dire pendant qu’il se laissait docilement conduire par Léa à travers la Grande Salle. Bon, ce n’était pas tout à fait faux mais en même temps, il n’était pas si mauvais danseur que ça... Ohh, détrompez-vous, il n’avait pas dit cela par soucis de rester modeste, ciel, non! Il ne l’avait que parce qu’il s’était senti obligé de confesser qu’il comptait ses pas lorsqu’il s’engageait sur un dansefloor. Le problème était que du coup, cela enlevait complètement le charisme du couple. Oh, bien sur, Léa et lui, ils n’étaient pas un couple mais bon, c’était juste au cas ou elle aurait voulu aller danser, hein...

Quoiqu’il en fut, cela ne leur prit pas beaucoup de temps avant de se trouver tous les deux au bar, un verre devant soi. Personnellement, il l’ignora royalement : ce n’était pas de l’absinthe et il n’avait pas envi de devenir un légume. « Serait-ce possible d’avoir de l’eau à la place? » s’enquit-il auprès du barman avant de détailler sa cavalière. Gné. Il n’y avait pas à dire, elle méritait son surnom, la Schoïnheit! Au fait, de quoi parlait-elle déjà? Ohh oui, de questions. Qu-qu-QUOiiI? Heath sursauta une fois de plus. Comment ça, lui poser trois questions? Où voulait-elle en venir? Il détestait les questions! Le savait-elle? Peu probable… Elle devait en savoir autant sur lui que lui sur elle, c’est à dire, pas grand chose. Il lui jeta un regard mi-oblique mi-sombre à travers de folles mèches de cheveux rebelles.

–Ok, trois questions, acquiesça-t-il en remarquant la lueur de défi dans ses yeux. Mais bon, elle avait dit qu’elle voulait trois réponses à trois questions. Elle n’avait pas dit que c’était à elle de déterminer des questions, non? Ok, répéta-t-il avant de reprendre : Non, ma couette n’est plus à l’effigie de Winnie l’Ourson mais à celle de la Panthère Rose, OUI je me suis amusé à Chicago, la dernière fois et je me ferais pas prier pour recommencer une virée avec toi dans une ville pas rapport et NON tu n’avais pas précisé que c’était toi qui choisissait les trois questions auxquelles tu voulais que je réponde ce qui fait donc que j’ai répondu à trois questions que j’ai choisies et que c’est mon tour de t’en poser, bon! Un sourire amusé aux lèvres, il guetta sa réaction, bu une gorgée d’eau avant de reprendre très vite avant qu’elle ne commence elle aussi à répondre à des questions qu’elle se serait auto-posées. Enjoy Anderson, tu connaissais? Elle était de Serdaigle il y a un ou deux ans. Est-ce que tu calques ta personnalité sur elle? Si mes souvenirs sont bons, tu lui ressemble un peu…

Bon, il n’avait pas grand espoir qu’elle réponde, ni même qu’elle accepte qu’il aie répondu à des questions qu’elle ne lui avait pas elle-même posées mais bon. Qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Lun 15 Déc - 5:45

Ce qui était bien avec les fêtes, c’était, en fait, tout un tas de truc. Tout un tas de truc qui, mis en commun, assemblé ensemble dans une même soirée, la rendait généralement parfaitement... délirante? En premier, tout le monde avait cette idée en tête; s’amuser autant que possible. Ensuite, les professeurs relâchaient presque toute leur attention; cette fête n’était pas cacher –ce que Léa ne redoutait pas, bien sûr, mais lorsque c’était dans la grande salle, il y avait plus de monde et plus d’espace-. Après, tout devenait permis, tout se mélangeait et se confondait; alcool, danse, beaux garçons, ambiance, musique. Durant certaines de ses soirées, tout ce qui normalement ne se faisait pas était simplement normal. L’Halloween en était un bon exemple; si normalement on aurait dévisagé Léa, peinte des pieds à la tête en papillon, on lui lançait maintenant des regards appréciateurs. Si, normalement, elle aurait trouvé étrange, ou improbable, d’être en la compagnie d’Heath Cage, celui-ci se tenait bel et bien avec elle. En fait, Léa adorait les fête, car non seulement elle faisait dès lors tout ce qu’elle voulait, mais l’ambiance y était propice, et contrairement à certaine fois, elle n’était plus la seule à embarquer dans ses délires. Tout le monde était bien costumé cette fois, non? Pas seulement elle. Alors qu’elle aurait eu l’air idiote à se présenter en, abeille, par exemple, dans l’un de ses cours. Rare aurait été ceux qui aurait voulu faire comme elle, et arrivé aussi dans une tenue autre que l’uniforme… Quoi que… Sa resterait encore intéressant à vérifier, et alors que Léa relevait le regard vers Heath qui prenait de l’eau- de l’eau?-, une partie d’elle notait qu’elle devrait débarquer dans une classe métamorphose, un de ses jours, en abeille, et distribuer des costumes à qui en voudrait bien.

Cela dit, cela appartenait au futur, et pour le moment, alors qu’elle était en train de célébrer l’Halloween, le présent était plus important. Heath allait accepter? En fait, c’était probablement sans grande importance; elle n’avait pas de question particulière à lui poser, c’était une simple manière de passer un peu de temps, tout comme il devait en exister une centaine d’autres, qu’ils trouveraient bien durant le reste de la soirée. Quoi que, les options seraient un peu plus limitées, puisque son cavalier lui avait dit ne pas danser. Un bal, mais pas de danse? Ce n’était pas vraiment logique pour Léa, et elle aurait probablement à l’abandonner le temps de quelques chansons, car elle ne se priverait pas de se plaisir. Enfin. Léa sirotait son verre –faudrait peut-être le boire un peu plus lentement, celui-ci-, attendant la réponse, le défiant silencieusement. L’air de défi, c’était probablement toujours gagnant avec lui, ce qu’il ne tarda pas de confirmer, acceptant sa demande.

Cela ne pris toutefois pas la tournure qu’avait envisagé Léa, et lorsqu’elle comprit où il voulait en venir, elle éclata de rire. Comme expliqué plus tôt, c’était davantage pour passer le temps que par curiosité. La première réponse l’amusa, et bien qu’elle fût surprise de savoir que la panthère rose partageait maintenant ses nuits, tout comme elle l’avait été en voyant sa couette durant l’été, disons qu’elle s’en balançait assez. La deuxième réponse, elle, l’amusa tout autant. Je veux dire, c’est toujours bien, que de savoir qu’une sortie avait été apprécié, surtout lorsque celle-ci sortait autant de l’ordinaire. Il était, effectivement rare, de voir des clowns passés l’Halloween, à Chicago, en plein été. Il était aussi, probablement rare, de voir un Serpentard proposé à une Serdaigle de repartir, un jour quelconque, en virée dans une ville choisie au hasard. Et, quant à la troisième réponse, elle n’était qu’une explication logique à ce qu’il venait de faire, et Léa ne pouvait que tenter de se souvenir qu’avec lui, il était probablement mieux de ne pas oublier de faille lorsque l’on proposait quelques chose, car en bon représentant de son ancienne maison, il prenait un malin plaisir a s’y glisser.

Toutefois, il aurait peut-être du, lui, comprendre qu’elle n’était pas rancunière pour des trucs du genre, mais pas non plus complètement idiote. Elle appliquerait les mêmes règles que les siennes, et ne s’attarda donc aucunement à la question qu’il lui adressa. Il avait été un peu naïf de croire que s’il ne l’avait pas laissé choisir ses questions, elle accepterait les siennes. Et d’abord, de un, elle n’avait qu’un vague et léger souvenir de cette fille, et de deux, s’était presque insultant de croire qu’elle s’évertuait à calquer sa personnalité sur celle de quelqu’un d’autre. Elle était assez grande et assez bien dans sa peau pour y rester, et ne pas tenter d’être quelqu’un d’autre.

«Heath, ça, c’est un jeu qui se joue a deux. Alors… NON, j’suis pas une wannabe Allemande qui veut jouer à l’intéressante, j’viens d’un petit village près de Munich.» Elle se souvenait qu’il lui avait posé cette question, la journée ou ils c’étaient rencontrés, après qu’elle lui aie adressé quelques mots dans sa langue natale. «Ensuite, OUI, moi aussi j’ai apprécié notre virée à Chicago. Las Vegas, durant les fêtes?» La ville ou tout est permis, ou la fête règne en permanence. Léa avait toujours rêvée de s’y rendre, et si ses parents rechigneraient à la laisser partir avec ses amies, ils deviendraient probablement gagas en entendant le mot Cage. Disons qu’il représentait le gendre venant de la famille idéale; riche, respecté, de sang pur, ayant, lui, atterri dans la bonne maison. Et puis, elle ne doutait pas un instant que ce voyage pourrait être aussi délirant que le premier, pour la bonne raison que les fois ou elle l’avait rencontré avait toute, à leur manière, sorti de l’ordinaire. «Et OUI, les mêmes règles s’appliquent et pour toi, et pour moi, ce pourquoi je n’avais pas a répondre à ta question. Mais maintenant que nous sommes a égalité, si tu m’dis qui était cette Enjoy Anderson –j’veux pas sa biographie, j’veux savoir, elle était qui pour toi, quel relation t’entretenait avec elle-, j’répondrai à ta question.» En fait, avec sa question, elle voulait simplement savoir qui elle était pour lui. Se faire dire qu’elle semblait calquer sa personnalité sur celle d’une inconnue –comme elle ne lui avait jamais parlé en personne, elle en restait une, mais si elle l’avait déjà vu- était à priori une insulte. Mais si cette inconnue était l’une de ses bonnes amies, de ses anciennes petites amies ou quelque chose du genre, la situation serait renversé; c’était plus un compliment qu’autre chose, que de se faire dire qu’on ressemblait à quelqu’un que l’on appréciait. «Alors?» rajouta-t-elle au bout de quelques courtes secondes, sirotant son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   Mar 16 Déc - 0:56

Et voilà. Une gorgée d’eau bue à la va-vite, une mains anxieuse –au fait, l’anxiété, c’était pourquoi faire? – passée dans ses cheveux ébouriffés et il était prêt à affronter la McChose. Ohh, qu’il aie ou non fait tout ce numéro importait peu puisque de toute façon il était toujours prêt à tout. Ce qui était intéressant par contre, c’était la manière dont elle, elle allait réagir. Ces réactions étaient toujours intéressantes. Du moins, c’était ce qu’il avait pu constater, les dernières fois… Mais là, qu’allait-elle décider de faire? Lui mettre une gifle et lui dire qu’il n’avait pas le droit? Le tancer tout simplement? Ou bien allait-elle le planter là et aller s’amuser avec quelqu’un de moins retors? Si elle optait pour la première, il allait bien évidemment lui rendre la pareille avec toute la galanterie dont il était capable, si la deuxième, il allait se contenter de rire et si la troisième… bah! C’a n’était pas plus grave que ça, il n’allait certes pas en mourir! Heathiie se surprit à sourire. Mais que c’était marrant que de prévoir ses réactions avant même qu’elle n’aie répondu! Il avait bien envie de se donner une leçon en faisant le strict contraire de ce qu’il était normalement supposé faire en de pareilles circonstances. Prévoir les réactions des autres, d’accord mais prévoir les siennes? Ça ne se faisait pas, voyons! Il allait se donner l’impression d’avoir répété son sketch, bon sang! C’est du moins ce qu’il se dit sur le coup.

Le truc, c’est qu’il avait oublié de comptabiliser LA chose qui était la plus probable, trop occupé qu’il était à déguster son eau plate sûrement. Et si elle lui renvoyait la monnaie de sa pièce? Logique, hein? Oh pour sur qu’il y avait déjà pensé et puis, il n’avait pas eu grand espoir d’y échapper mais bon, d’une certaine manière, il était surpris en même temps que déçu. Peut être ne s’était-il, dans le fond, pas attendu le moindrement qu’elle agisse d’aucune façon qu’il avait prévu? Peut être s’était-il plutôt attendu à quelque chose de… spectaculaire? Toute chose est-il qu’il s’en voulut terriblement. Pour avoir oublié de la prévoir, celle-là? Certainement pas! Pour avoir eu la bêtise de croire qu’elle n’allait pas faire comme lui? Boff. Non, à vrai dire, il s’en voulait de ne pas avoir déposé un brevet. Bah oui, un brevet! Parce que de la sorte, il aurait pu la poursuivre pour violation de copyright! Tandis que ses pensées cognaient contre ses tempes, son dos se raidit et une moue suspicieuse fit son apparition sur son visage d’habitude si fermé tandis qu’il portait son verre d’eau à son nez et qu’il reniflait discrètement. Booon, c’était quoi qu’il avait mis dans son verre, le monsieur barman? De la drogue? Du chocolat? Parce que franchement, Heath ne s’était pas souvent surpris à penser de la sorte! Certes, bien des choses à l’extrême limite du bizarre lui avaient déjà traversées l’esprit mais copyrights, brevets, constitution à la Cage?… Euuh, étant lui-même vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans sa propre tête, il pouvait affirmer sans se tromper que rarement ces trucs-là s’étaient rassemblés dans une des petites alvéoles consciente de ce à quoi il songeait. En plus clair?

Même s’il était roi du "pas rapport", il ne se souvenait pas avoir entretenu autant de pensées hors-sujet même pour lui! Du moins, dans son conscient.

Mais pour en revenir à Léa, il dut se contenter d’écouter ce qu’elle avait à dire sur les questions qu’elle s’était posée. Il hocha la tête à la première affirmation : oui oui, il savait, elle le lui avait déjà dit, elle ne s’en souvenait pas? À la seconde, un sourire à la Heath apparut sur ses lèvres tandis qu’il laissait ses yeux se promener sur les couleurs peintes sur elle et à la troisième, il hocha la tête. Oui bon, il avait compris. Tout comme elle, elle avait sûrement compris avant qu’il ne lui dise ce qu’il fichait en répondant ainsi à sa troisième question. Mais bon, tout cela n’avait aucune importance. Ce n’avait aucune importance parce que la McChose avait prononcé un mot magique. Ou plutôt, deux mots magiques. Las Vegas. The sin city. Heath y était déjà allé, une fois, au tendre âge de 5 ans, avec sa cousine, minuscule à l’époque ainsi que son paternel. Mais il n’avait que des souvenirs confus de cette expédition là. À vrai dire, la seule chose qu’il parvenait à se remémorer et qui n’était pas abstraite, c’était… le combiné de téléphone de sa chambre à lui et à Sweet au Hard Rock! Laid, beige, d’allure antique et très peu glamour. C’était ce dont il se souvenait le plus. Incongru hein? Mais enfin, à cet âge, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire que la ville fut truffée de Clubs, de Casinos et des établissement les plus divertissants de toute la côté Ouest des États?

Il était à deux doigts de placer un commentaire mais sa charmante interlocutrice tua cette tentative dans l’œuf en reprenant la parole. Bon, au moins avait-elle pris la peine de revenir sur Anderson. D’où ça sortait, sa question sur elle? Il n’en avait pas la moindre idée. Mais il était vrai mine de rien, en version un peu moins blonde, Léa lui ressemblait, à Enjoy… Gné. Et c’était lui qui disait que la mélancolie était un délit grave? C’était fait pour les idiots, les souvenirs!


–Mais boon, puisque je suis déjà condamné, se résigna-t-il en s’imaginant déjà endurer tant bien que mal son insupportable cousine pendant 24 heures. 24 HEURES! Vous vous rendez compte? Enjoy? Bah, son nom le dit, elle était très enjoyable! rigola-t-il joyeusement en tentant de ne pas trop penser à la torture dont il allait être victime. Très amusante. C’était un défi, un interdit personnel et une de mes ennemies préférées! Ohh, et ma première wannabe girlfriend, sourit-il. Wannabe parce qu’elle avait déjà un petit ami et que dans la bible Heath-Cage, il y a un article qui stipule "Tu-ne-voleras-point-volontairement-l’amoureuse-d’un-autre". Stupido-débile, hein? Il se tût un court instant pour se rendre compte qu’il connaissait la musique qui jouait. Et puis bon, pour une fois, il n’avait rien à y redire. Quoique… Quoiqu’il avait rarement entendu plus… crétin? I Don’t Wanna Miss a Thing figurait dans son répertoire des chansons les plus quétaines et les plus imbéciles jamais écrites mais quoiqu’il en éprouvât beaucoup de honte et de dégoût, elle n’était pas sans l’apprécier… Les objets non-identifiés du ministères avaient sûrement cogné sa tête plus fort qu’il ne l’avait cru…

–Las Vegas, que tu avais dit, eh? Reprit-il avec le même sourire. Count me in, babe. Tu n’as qu’à décider de la date, du moyen de transport et... et de si tu veux que je m’occupe de ton fake ID. Mais je met quand même une condition, ajouta-t-il, une lueur de défi dans les yeux. Tu m’accordes cette danse!

Bah, il lui avait dit qu’il dansait comme un pied. Il n’avait jamais précisé qu’il n’aimait pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Happy Halloweeen Babe! [Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Happy Halloweeen Babe! [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit