AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 &My True Love is Danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: &My True Love is Danger.   Ven 21 Nov - 23:51

Premier message réservé à Dexter-chouuu!



Une fois n’étant pas coutume, Heath Cage considérait que son espace était envahi. Et pour cause! Le petit wagon dans lequel il se trouvait était littéralement surpeuplé! De son avis, les gens y étaient entassés comme des sardines en boîte. Il fallait dire, il était habitué aux vastes espaces. Love Hall était tout simplement immense, son appartement rue Mayfair était très spacieux jusqu’à son périmètre de sécurité qui était de proportions non négligeables! Autant dire que ce dit périmètre de sécurité était violé sans vergogne, au moment même où il formulait ses pensées! C’était à peine si les gens ne s’asseyaient pas sur ses genoux! L’ancien Serpentard grogna. Ahh, que c’était beau, la jungle urbaine! Pourquoi avait-il consentit à prendre le London Underground, déjà? Geh… Cela importait peu maintenant qu’il y était mais franchement! S’il avait pour qualité d’être très propret, le métro de la capitale britannique était loin d’être pratique : de minuscules wagons, deux rangées de sièges bleu foncé alignés sur les des deux côtés du compartiment qui ne laissait que quelques centimètre pour se déplacer… Et ces quelques centimètres étaient présentement envahis par un mer de gens. Qu’est-ce que ça allait être lorsque quelqu’un voudrait sortir? Heath n’osait même pas formuler une hypothèse. En fait, si, il osait formuler une hypothèse –les mauvaises habitudes sont tenaces!–, mais elle le concernait. Il allait se frayer dignement un chemin entre tout ce beau monde qui l’envahissait et sortir sans demander son reste. À sa manière, bien entendu. Et il allait même se faire un plaisir de quitter la ligne Piccadilly pour transplaner en bon sorcier qu’il était!

Non mais! Il y avait quand même des limites à vouloir se fondre dans le décors! Parce qu’il ne fallait pas l’oublier, il venait tout juste d’aménager à Londres et même s’il y était souvent allé par le passé, la ville était beaucoup trop grande pour qu’il puisse prétendre la connaître aussi bien que Liverpool. Ce qu’il faut en tirer? C’est assez simple : en prenant ce vulgaire moyen de transport moldu, Heath avait pensé explorer un peu plus les dessous de la cité. Il va sans dire qu’il ne le ferait plus jamais! Jusqu’à présent, la seule chose qu’il avait découvert était la promiscuité et honnêtement, il s’en serait passé! Quoiqu’il en soit, ce n’était pas comme s’il pouvait y faire quelque chose. En fait, non, il y avait bien quelque chose qu’il aie pu faire : mettre les voiles sans plus attendre. Surtouuut que sa voisine commençait à être bien plus qu’envahissante! Elle lui tapait sur le système en agitant sa très longue tignasse de toutes parts et en lui faisant carrément manger des touffes de cheveux à chaque mouvement qu’elle opérait. C’est donc un Heath aux envies de meurtres qui matérialisa une paire de ciseaux dans sa main libre –l’autres étant occupée par un café brûlant de chez Starbucks–, avant de lui refaire une beauté.

Ou plutôt, une laideur!

Il aurait pu ne pas les couper aussi court mais cette journée-là, Cage se sentait particulièrement méchant envers les moldus. Il remit ses mèches coupées à l’énergumène saisie de bougeotte, lui laissa quelques secondes pour comprendre ce qu’il venait de faire avant de se lever et de se diriger vers la sortie du wagon. Bien entendu, comme il l’avait prévu, la jeune femme le suivit en hurlant à son encontre des grossièretés que nous ne retranscrirons pas ici afin de ne pas choquer les lecteurs (xD). Il remonta à la surface, en ne prêtant que très peu attentions aux vociférations de la jeune dame qui semblait avoir un réservoir inépuisable de mauvais mots et remarqua qu’il s’était arrêté à King’s Cross. Ce n’était qu’un pur hasard mais un sourire vint éclairer le visage de l’ancien Serpentard : le train sur le quai 9¾ était partit vers Poudlard depuis déjà quelques mois et, ce, sans avoir eu le cadet des Cage à son bord.

Heath fut tiré de sa rêverie par la monumentale gifle que lui infligea la jeune femme enragée. En réponse à cela, il commença d’abord par lui servir un regard glacial –aussi glacial que la température ambiante– avant d’enlever le couvercle de son verre de café et de renverser le liquide brûlant sur la blonde tête de l’insolente. À défaut de ne pouvoir se servir de sa baguette pour punir cette grosse conne comme il se devait, il pouvait au moins lui faire ça! Et remarquez, ce n’était pas si pire, comme vengeance. Les cris de la pauvre étaient assez appréciables : après tout, elle venait de se recevoir une solution d’à peu près 50 degrés sur la tête!

–Et vous savez que vous l’avez amplement mérité, conclut-il en hochant la tête d’un air faussement conciliant. Je vous pardonne.

Et sur ce, il lui tourna les talons avant de s’engager pour il-ne-savait-trop quelle raison dans la gare. C’était étrange… Poudlard, c’était fini pour lui. Il n’allait probablement plus avoir énormément d’occasions d’y retourner, à présent qu’il avait fini sa 7ième année. Là-bas, ses martyrs devaient s’ennuyer de lui… Un sourire cynique étira les lèvres du jeune homme : ben voyons, où allait-il chercher ça? Du plus méprisable élève jusqu’au plus incapable des professeur, sans omettre les fantômes ou bien encore la directrice elle-même. Il était fort probable que tout ce beau monde soit plus qu’enchanté de n’avoir plus à supporter cette grande tête brûlée de Cage! Tous le monde devait être ravi! Mais bon, qu’importait? Il avait terminé avec des Outstanding à peu près partout –il avait fallu se contenter d’un Exceeds Expectations en divination mais comme c’était loin d’être une matière dont il avait excessivement besoin, cela importait peu. Et ce lui avait ouvert les portes de tous les métiers qu’il aurait été susceptible de vouloir pratiquer. Pourquoi avoir choisi le Département des Mystères? Eh bien parce que…

Malheureusement, il n’eut pas le temps d’exprimer sa pensée. Il venait de remarquer la blonde tête de la jeune femme qu’il avait malmener. Ahh, oui, bon, et alors? Rien. Rien si ce n’était qu’elle était accompagnée de deux agents de police.

Heath n’aurait pas été contre leur jouer un mauvais tour, à elle et aux deux policiers. Il n’aurait pas été contre mais il en avait assez de la tronche de la demoiselle. Elle tenait tant que ça à devenir sa sous-fifre? Franchement! Elle n’avait qu’à se mettre en ligne et attendre qu’il veuille bien s’occuper de son cas, comme tous les autres! Soupirant de lassitude, le jeune serpent se concentra et personne n’entendit le gros « Pouff! » qu’il produisit lorsqu’il transplana, puisque le sifflet d’un des trains venait de retentir.

Il réapparut à des kilomètres de Londres. Dans les rues de Pré-au-Lard. Que voulait-il y faire, pour quelle raison s’y était-il rendu?

–Eh bien dites donc. Soit un, tu ne sais plus quoi faire de ta journée, soit deux, tu deviens nostalgique, mon cher, se dit-il avec un sourire en coin en parcourant l’emplacement de ses yeux clairs.


C'était un poste pour introduire, my Ge, c'est pour ça qu'il n'y a pas énormément de contenu mais je me ratrappe au prochaiin! =3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: &My True Love is Danger.   Jeu 27 Nov - 20:55

Qu’est-ce qu’il faisait là déjà? Pourquoi marchait-il sans but, la tête légèrement penchée vers le sol, ses pensées quelque peu perdues? Y avait-il une raison particulière ou simplement une envie de se changer les idées en cette journée plus ou moins ennuyante? Il ne savait plus trop, disons qu’il avait perdu le fil de ses pensées depuis déjà plusieurs bonnes minutes! Mais bon, comme il commençait à se connaître depuis le temps, il était certain qu’il était venu ici de son plein gré et pas nécessairement pour une raison précise. Il n’y avait aucune règle qui obligeait d’avoir une raison pour venir sa balader sans but dans Pré-au-lard, personne ne venait vérifier le pourquoi de sa présence. En fait, disons que les gens n’en avaient plutôt rien à faire! Pourquoi auraient-ils envie de connaître les états d’âme d’un adolescent de dix-sept ans un peu égaré? Qui s’intéressait à ses problèmes dans cette foule de gens? Probablement personne et c’était tant mieux pour lui, il détestait parler de sa vie personnelle! Alors, qu’on le laisse tranquille, qu’on l’oublie quelque peu dans ce paysage, il n’en avait rien à faire et en était même plutôt heureux. Enfin, ce n’était peut-être pas une si bonne chose que ça, il allait bien finir par se lamenter sur son propre sort et serait encore plus déprimé qu’à son départ de Poudlard, il n’était d’ailleurs pas certain d’en avoir envie…

Allez, il y avait plein de choses à faire ici! Dex secoua alors la tête et fixa son regard bleuté devant lui, tenta de repérer quelqu’un qu’il pouvait connaître dans les environs. Ce n’était pas qu’il avait nécessairement envie de voir quelqu’un mais c’était probablement mieux que d’être seul à errer… Pourtant, il ne semblait pas y avoir grand monde de sa connaissance, tous des inconnus qui n’avaient rien de mieux à faire que de se promener comme Dexter. C’était déprimant! Dire qu’il était venu pour essayer de s’amuser un peu, pour ne plus réfléchir, pour s’éloigner de ce foutu environnement détestable où il avait l’impression d’être enfermé à cœur de journée. Il détestait cette école! Enfin, disons que c’était plutôt beaucoup de cours qu’il détestait, surtout parce qu’il les refaisait pour la deuxième fois… Il se jurait de ne plus jamais redoubler de sa vie, il était hors de question qu’il recommence sa sixième année pour une troisième fois! De toute façon, s’il arrivait à refaire cette « exploit », son père le déshériterait et le jetterait en dehors de la maison familiale, il en était sûr et certain. Il ne tolérerait pas un deuxième échec, Dex s’en doutait, mais cela n’arrivait toujours pas vraiment à le motiver. C’était peine perdue, la motivation était morte en même temps que Blaze était tombé dans le coma…

Tiens, en parlant de tout ça, il se demandait bien ce qu’était devenu la presque sympathique psychologue que sa mère l’avait obligée à consulter. S’il se souvenait bien, il l’avait vu deux fois puis avait passé un marché avec elle : il ne venait plus la voir mais elle continuait à être payé par sa mère. Bizarrement, elle ne devait pas avoir beaucoup d’éthique professionnelle puisqu’elle avait accepté le marché pendant plusieurs semaines… Mais bon, elle avait fini par avertir Katelyn de la supercherie, inventant une histoire comme quoi Dex l’aurait forcée à accepter l’argent malgré son absence. C’était un peu n’importe quoi, il n’avait obligé personne, mais sa mère n’y vit que du feu. Disons qu’elle croyait n’importe qui lui présentant un supposé diplôme plutôt que son propre fils, c’était désespérant. M’enfin, il s’était toutefois sauvé de ces consultations inutiles, probablement grâce à son père qui ne voyait sûrement pas l’utilité de dépenser de l’argent pour rien. Du moins, c’était ce qu’il avait possiblement pensé au moment de convaincre son épouse de ne plus envoyer Dexter chez une psychologue…


"Y’aura au moins fait quelque chose de bon pour moi, marmonna le Gryffondor en soupirant. Ce qui se reproduira certainement pas de sitôt…"

Il était vraiment son père? Dex s’était déjà posé la question à plusieurs reprises, se demandant s’il était bien dans la bonne famille. C’était tout de même étrange, il ne ressemblait pas du tout à son père niveau personnalité, à personne d’autre dans sa famille en y réfléchissant bien… M’enfin, il y avait toujours Blaze qui avait une petite ressemblance avec lui, signe qu’il devait bien être à la bonne place. C’était peut-être à cause de la façon dont il avait été élevé, qui sait! Bah, ce n’était pas très important, il était comme il était, point à la ligne. Bon, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire maintenant? Allez à la Tête de Sanglier? Il y aurait peut-être quelqu’un d’intéressant là-bas… Dexter se décida finalement à se diriger dans cette direction, mouvements qui furent interrompus par une collision non préméditée. D’où il était apparu celui-là?

"C'est quoi l'idée d'apparaître de nulle part sans prévenir? Y'a des gens qui marchent ici! s'exclama le Gryffondor en jetant un bref coup d’œil à la personne qui s’était matérialisée juste en avant de lui. Tiens, il lui disait quelque chose… Heath? Qu’est-ce que tu fous ici? lança l’adolescent en haussant les sourcils. Tu travailles pas au ministère toi? C’est quoi, tu t’ennuyais de tes années d’études?"

[HJ: Pas génial, du moins, la fin... Mon cerveau est pas en forme depuis quelques temps, sorry.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: &My True Love is Danger.   Mer 31 Déc - 15:51

[HJ > Si tu comprends pas la description que je fais en bas, vient me rejoindre sur le chatbox, j't'expliquerais x) Pardon du retard et de la piètre qualité du texte. Là où ça commence vraiment, c'est vers le 4ième paragraphe. Le reste c'est surtout du blablabla X_X]

Il y avait trois choses à obligatoirement savoir pour pouvoir fréquenter Heath sans courir le danger qu’il puisse finir par vous détester. Premièrement, il détestait parler de son passé. Deuxièmement, il exécrait qu’on essaie de mettre à nu sa personnalité; il n’y arrivait pas toujours lui-même mais il tenait en sainte horreur que des personnes autres que lui s’aventurent à disséquer sa façon d’être. Lui-même ne s’y aventurait que rarement car il ne tenait pas tant que cela à s’auto-aliéner alors que d’autres s’y mettent… Il n’en était absolument pas question. Et troisièmement, il haïssait les questions. Ohh, certes les question comme « Combien de dents ont les dragons? » ou bien encore « Combien font 418(18-y²)/(3x-l’age du capitaine) en sachant que x+y=l’âge du capitaine? » ne le dérangeaient certes pas. mais les questions du genre « Dis, tu m’aimes? » ou bien encore « Quel est ton pire souvenir? » et ce genre de trucs lui donnaient des envies de meurtres. Souvent, lorsque ses interlocuteurs venaient à poser ce genre de question, il les arrêtaient tout de suite, soit en détournant habilement la conversation, soit en ignorant les interrogation, soit en disparaissant d’un coup et sans laisser d’adresse. Bien entendu, il agissait de la sorte avec ses proches, ses soi-disant amis. Avec les autres gens, il ne pouvait que réagir à la façon cliché : les envoyer promener, les railler, se venger sur eux de manières les plus inventives, etc, etc. Enfin bref, faire en sorte qu’ils ou elles n’aient plus jamais envi d’essayer de le sonder.

Parce que dans le fond, tout ce qu’il fallait savoir, ces trois petites choses, se résumaient en fait à une seule : Heath ne voulait pas qu’on se fasse une idée de ce qu’il était. Oh, bien sur, tous le monde pouvait au moins prétendre savoir quelques petits trucs sur lui. Qui ne le savait pas méchant tel un véritable suppôt de Satan? En fait, n’était-ce pas plutôt LUI, Satan? Qui ignorait qu’il était totalement anti-drogue, anti-clopes, anti-amour…? Mouais, il est vrai que pour savoir qu’il était anti-amour également, il fallait le fréquenter assez quotidiennement mais pour le reste, c’était de notoriété publique. C’était presque carrément placardé sur son front! Ceux qui le fréquentaient s’abstenaient généralement d’approcher de ces trois petites choses mais le défiaient parfois de répondre –ce qu’il faisait. Et c’était étrange. Car aussi détestables que pussent être ses incursions dans ce qu’il considérait être sa vie personnelle, il ne pouvait guère qu’apprécier que ses connaissances aient le caractère et la personnalité nécessaire pour le challenger. Et s’en féliciter également; ses copains n’étaient pas des mauviettes trouillardes!

Mais pour tout dire, Heath se méfiait de ses amis. Il les trouvaient amollissants. Non pas qu’il fussent inintéressant, imbécile ou quoi que ce soit, loin de là mais le jeune homme avait remarqué qu’il avait tendance à devenir plus gentil à leur contact. Ou du moins, la fréquentation de certaines personnes avaient tendance à le rendre plus gentil. Il pensait entre autre à Charly ou Ashley en pensant de la sorte. Les deux miss qu’il pouvait offenser d’un rien. ça ne l’aurai pas dérangé outre mesure que l’une d’entre elle se fusse fâchée contre lui : après tout, ce n’était ni les premières ni les dernières alors une de plus ou une de moins… En fait, ce qui le dérangeait, c’était que justement, il y accordait de l’importance. Un peu comme s’il était devenu dépendant de ses amis. Un peu comme s’il avait consommé une drogue très forte. Une chance que l’amitié n’était pas une drogue!… ou bien l’était-elle? Hmmm… Difficile à dire. En fait, non, ce ne devait pas être si difficile à dire que cela. Peut être que s’il y accordait un petit moment de réflexion, peut être qu’il arriverait à une conclusion… concluante? Mouais. C’était décidé. Il se creuserait la cervelle et chercherait à savoir si l’amitié était une drogue.

… et si c’en était une, il faisait quoi? Couper les ponts avec ceux qu’il considérait comme étant ses amis? Euuuh. Il s’apprêtait à approfondir ses thèses lorsqu’il se rendit soudainement compte qu’on lui avait foncé dedans et qu’on lui avait dit quelque chose. Confus, il conserva néanmoins un visage de marbre. C’est alors qu’il remarqua l’affiche. Boff, il ne fallait pas être un géni pour l’avoir remarqué; il fallait simplement avoir les deux yeux à la bonne place. L’affiche était d’un vert fluo et y était écrit en lettres dorées un gros titre. Un gros titre dont Heath ne retint que deux choses : l’adresse et le mot "foire". Les foires, il aimait ça. C’était toujours plein d’activités amusantes. Et s’il n’y en avaient pas, il s’était toujours débrouillé pour ne pas s’y ennuyer. Un sourire mutin étira ses lèvres et c’est alors qu’il fit appel à son subconscient qui avait enregistré les paroles du barjot qui lui avait foncé dessus. Ce ne fut qu’à se moment là qu’il lui jeta pour la première fois un coup d’œil et il lui fallu une seconde pour se rendre compte que le visage ne lui était pas étranger. Une seconde plus tard et il reconnaissait Dexter tandis que son sourire allait en s’élargissant.

–Tu aurais peut être préféré que j’envoie des danseuses de ballet avec de grands fanons pour annoncer que j’allais bientôt apparaître? Railla-t-il, d’humeur gaie avant d’ajouter. Et puis bah! T’avais qu’à regarder où tu mettais les pieds, hein! Après tout, c’est pas toi qui t’es fait foncé dedans! Mais bref, sans importance. J’suis là parce que j’suis là et c’est tant mieux puisque la journée s’annonce enfin distrayante! Si tu veux t’amuser, tu me suis, Ainsley! Termina-t-il enfin en commençant à marcher de bon pas vers l’un des quartier de Pré-au-Lard.

Ses doigts étaient gelés. Heath les fourra dans les poches de son manteau Victor & Rolf et se mit à penser qu’il était tout de même intriguant qu’une foire aie été organisée par un temps pareil. Néanmoins, ce n’était pas lui qui irait se plaindre! Les foires, c’était amusant! Et en arrivant sur le site où celle-ci prenait place, le sourire qui n’avait pas quitté son visage devint un sourire de jubilation. Premièrement, ce n’était pas une petite foire de rien du tout où personne n’était présent. C’était une grande foire qui était presqu’aussi surpeuplée que le métro de Londres qu’il venait tout juste de quitter. Wouhouuu, génial. Mais c’était une façon de parler car bien entendu, il y avait beaucoup plus de gens qu’il n’y en avait eu dans le misérable petit wagon où il s’était trouvé quelques minutes plus tôt! L’essentiel, c’était qu’il y avait des gens et beaucoup étaient agglomérés près d’une espèce de petit stade. Mais en y regardant de plus près, Heath se rendit compte qu’il ne s’agissait pas d’un stade normal. En fait, c’avait plus l’air d’être une plateforme surélevée découpée en haie d’honneur : c’avait une forme rectangulaire et en effet, il arrivait de là où il était, à distinguer les personnes qui s’élançaient sur cette plateforme pour... se jeter le plus haut possible contre le mur rose chewing-gum qu’il y avait juste et pour y rester accroché jusqu’à temps que quelques sorciers d’Apparence joyeuse viennent les en décrocher.

Heath avait déjà entendu parler de ce truc-là. L’ami qui lui en avait parlé, un japonais, avait usé des mots wall crash pour le nommer. C’était donc cela? Curieux, l’ancien Serpentard s’approcha à pas de loup pour se rendre compte que l’espèce de plateforme n’était pas directement reliée au mur. Il y avait un espace entre les deux et dans cet espace, on avait placé une trampoline. Peut être pour que les participants ne se blessent pas en étant décrochés du mur? C’est alors que le jeune homme remarqua que le mur semblait être fais de velcro. C’était donc ainsi que les gens s’accrochaient au mur! Le regard du jeune natif de Munich se leva pour apprécier la hauteur du mur et un fin sourire recomposa ses lèvres tandis qu’il se tournait pour voir si Dexter l’avait suivi, ce qui était le cas [Si tu permet x)].

–Est-ce que tu penses à ce que je crois que je suis en train de penser? Fit-il d’une voix toute excitée avant de se rendre compte que plus clair que ça, il y avait pas… Oh, sarcasme, sarcasme! Je veux dire… T’as vu combien c’est haut? J’me demande si on arriverait à escalader ça. une chute de là-haut, j’suis sur que ça pardonnerai pas; j’suis certain que la trampoline céderait sous le poids d’une telle chute.

Mais bon. Ce n’étaient que des spéculations. Ce n'était pas du concret et quant à lui, il n'aimait que le concret et il ne l'avait pas. Que disait le dicton déjà? Ah oui! Qui ne tente rien n’a rien…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: &My True Love is Danger.   

Revenir en haut Aller en bas
 

&My True Love is Danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit