AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Dim 4 Jan - 19:12

Premier message pour Will.


    14H. Le soleil hivernal filtrait à travers les verres des fenêtre d'une salle de cours de Poudlard. Les septième année fermaient tous leurs cahiers, soulagés que cette heure soit enfin finie. Pour un certain nombre d'entre eux, elle avait été soporifique. Pour d'autres, au contraire, cette heure avait été pleine de rebondissements, que ce soit vis-à-vis du pauvre professeur ou d'autres élèves. C'était le cas pour la dizaine d'élève située au fond de la longue et peu large salle de cours. Au fond de cette salle durant cette heure de cours, on avait pu trouver une grande brune, élève on ne peut plus banale, élève aux notes respectables sans non plus frôler le haut de la liste, avec des amis de réputation moyenne - ni mauvais, ni bonne. On avait pu apercevoir au fond de cette salle, un groupe de jeune hommes, tous plus superficiels les uns que les autres, collectionnant les amourettes mais n'ayant pas mauvais coeur pour autant. Mais il y avait aussi et surtout un beau brun gentil mais ne se laissant pas marcher sur les pieds par le seconde personne importante de l'histoire : une petite blonde difficile à vivre.

    Tous les deux se connaissaient assez bien et savaient comment l'autre fonctionnait. D'ailleurs, pour les spectateurs de leur relation, celle-ci était faite de concurrence et quelques disputes sans non plus aller dans les excès. Le but était juste d'obtenir l'attention de ses camarades. Et Adriel ne se laissait à vrai dire pas faire. Elle était bien trop attachée à sa réputation pour ça. Mais lui aussi aimait attirer l'attention sur lui. Et à ce cours, ç'avait été la guerre ouverte. Le fond de la classe était toujours beaucoup plus animé que les premiers rangs, malgré les efforts du professeur pour obtenir l'attention de son auditoire endormi ou trop réveillé. Et Adriel faisait partie de ce fond de classe avec celui qu'elle considérait à présent comme l'un de ses meilleurs amis, William. Seulement leur amitié semblait avoir des limites ; lorsqu'ils étaient seuls, tout était parfait, Adriel trouvait en William un confident et quelqu'un avec qui beaucoup partager ; mais lorsqu'ils se retrouvaient face au reste du monde, ils se sentaient tous les deux obligés de se montrer le plus possible. Ils étaient ainsi, et ç'avait toujours fonctionné comme ça entre eux. Pour Adriel, ce n'était pas une faille dans leur amitié. Juste un mode de fonctionnement. Adriel était comme ça. Elle n'était pas sans coeur mais fonctionnait bizarrement, il était parfois dur de la suivre. Et elle avait pris l'habitude de fonctionner comme ça avec Will, si bien que personne ne savait qu'ils étaient de meilleurs amis. Et elle s'en foutait. Ca, elle n'avait pas besoin de le crier au monde. Peut-être qu'au fond, elle avait peur que tout s'éffondre. Par tout, elle ne savait pas quoi entendre, mais pour elle, c'était un fait. Elle n'aimait pas exprimer ses sentiments les plus profonds au monde, c'était pour elle comme une marque de faiblesse. On lui avait toujours appris à faire ça. Son père, surtout.

    Lorsqu'elle sortir de la salle de classe, Adriel était furax. Elle poussa violemment d'autres élèves qui la regardèrent avec un air étonné ( Ne la connaissaient-ils toujours pas ? Adriel Sheppard faisait ce qu'elle voulait avec qui elle voulait ! ) pour avancer tout droit et attendre William. Ils allaient devoir régler des comptes. Pourquoi l'avait-il traitée comme ça ? Elle s'était bien défendue, encore et toujours, mais cette fois-ci, il avait réussi à l'humilier, devant la classe, ou du moins ceux qui suivaient leur concurrence comme on suit un match de tennis. Elle ne pouvait pas l'accepter! Même ( et surtout) de la part de Will! Elle avait beau énormément aimer leurs nuits à repousser leur coucher, elle ne pouvait pas laisser passer cette humiliation publique, celle des dernières minutes de cours, ces paroles face auxquelles elle s'était retrouvée déroutée. Heureusement qu'elle avait plus ou moins rattrapé la mise en répondant insolemment au prof ...


Dernière édition par Adriel K. Sheppard le Mar 6 Jan - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Dim 4 Jan - 19:56

William Callaghan fut surpris d'entendre la cloche annonçant la fin du cours. La période avait passé vraiment vite à ses yeux. Le fait qu'il n'avait aucune idée de ce que le professeur avait bien pu dire aidait surement beaucoup cette impression. Il n'avait fait aucun des exercices demandé et n'avait même pas noté le devoir. Il avait autre chose à faire...


Flashback - Début de la période
Les deux amis sont assis à l'arrière. Le grand brun est à moitié étendu sur sa chaise, un pied reposant sur son bureau. Le professeur d'Histoire de la Magie, un vieil homme peu charmant et assez étrange, demande gentiement à William de s'asseoir convenablement, d'ouvrir son livre et de lire, à voix haute, un texte quelconque sur Nicholas Flamel. William s'empresse de le faire et se met à lire le texte en imitant à la perfection le bégaiement du professeur. On entend dans la classe quelques ricanements.



Un début de cours bien normal, quoi. Callaghan s'attirait souvent le mépris des professeurs. Il adorait déranger les cours et s'amusait souvent à foutre le bordel parmis les étudiants. Déclencher des guerres de boules de parchemin, inciter les élèves à ne pas travailler... Ça amusait normalement les autres élèves. Sauf Adriel... Adriel, tout comme Will, adorait attirer l'attention et s'amusait donc à essayer de la lui voler, vice-versa. Ce cours là continua d'une façon assez emflammée et ils ne cesserent de se lancer des répliques cinglantes.


Flashback - 5 minutes avant la cloche
Adriel et William dérangeait encore une fois la période d'Histoire de la Magie en se chicanant publiquement. L'étudiante venait de dire à son compagnon de se fermer la gueule, qu'elle puisse écouter ce que le prof disait. Il lui répondit, du tact au tact:

« - Désolé, c'est vrai que tu devrais porter attention, tu voudrais quand même pas te retrouver sur ce banc pour la troisième fois de suite l'an prochain.. »

Certains élèves qui étaient proches d'eux ricanèrent. Les plus téméraires en fait, car les autres avaient compris que cette petite blague mettrait Adriel en rogne et qu'il valait mieux de toute façon ne pa se frotter à elle.


Voilà pourquoi William ne se pressa pas à ramasser ses choses à la fin de la période. Adriel était sortie presqu'en courant du cours et il la connaissait assez bien pour savoir qu'elle était furax en ce moment même et qu'elle l'attendait probablement dans le couloir, fixant la porte, les mains sur les hanches, prête à l'attaquer verbalement dès qu'il sortirait et à repartir pour un autre round... Il rangea ses bouquins, qu'il n'avait même pas touchés durant la période, dans son sac à bandoulière, puis pris le veston qu'il avait laissé sur le dossier de sa chaise au début de la période et l'enfila. Il replaça sa cravate aux couleurs de Poufsouffle, pris une grande respiration et s'avança vers la sortie, un large sourire aux lèvres. Il se permit même de siffloter en franchissant la porte et passa devant Adriel sans la regarder. Il savait que le meilleur moyen de l'irriter était de l'ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Dim 4 Jan - 21:15

    La petite blonde attendait aussi patiemment qu'elle était capable de le faire, fac à la petite porte qui permettait d'entrer dans la salle du cours d'Histoire de la Magie. Elle était prête à se ruer sur Will, prête à le tambouriner de coup pour lui faire comprendre qu'elle n'acceptait pas ce qu'il avait fait. Encore heureux qu'il était William, ça aiderait la jeune fille à se contenir - peut-être, il fallait l'espérer. Mais pour l'instant, elle était hors d'elle. Elle lui avait donné la raison de son redoublement, et elle n'avait jamais imaginé qu'il lui ressortirait ça comme ça, en plein milieu d'un cours et des septième années. Elle avait beau être blindée, elle avait quand-même été bien humiliée, pour le coup. Jamais ça ne devait se reproduire. La Poufsouffle devait mettre les choses au clair. Et elle le ferait le plus vite possible ... à savoir maintenant.

    Elle avait posé son sac entre ses jambes et avait bien les mains sur les hanches, fixant la porte et ce qu'il y avait derrière, à savoir le jeune homme. Ses yeux lançaient des éclairs, et les quelques élèves qui passaient devant elle accéléraient leurs pas. On ne savait jamais.

    La jeune prit son temps pour rassembler ses affaires, ce qui eut le don d'énerver encore plus la petite blonde. Elle ne tenait plus en place. Et lorsqu'il passa devant elle en l'ignorant, ce fût le comble. Elle attrappa violemment la manche de sa cape pour le tourner face à elle.

    "T'as pas l'impression de te foutre de ma gueule là, non ?"

    Puis elle ne tint plus et se mit à le frapper sur le torse. Des petites frappes faites de ses petits poings. Il ne devait pas avoir bien mal, ça n'était pas vraiment le but d'Adriel, de toute façon. Elle voulait juste s'exprimer, et parfois, elle trouvait ça comme seul moyen.

    "Pourquoi t'as fait ça, hein ? J't'ai jamais cassé comme ça!!"

    Elle continuait de le frapper devant le regard de quelques élèves aventureux qui regardaient la scène, et ceux qui sortaient encore du cours et qui n'avaient pas d'autre choix que de se retrouver en face des deux amis. Elle se foutait même que le prof soit juste à côté. Elle se contenta de s'arreter un instant de frapper le pauvre William et se tourna vers les rares spectateurs d'air un de furie :

    "Et puis vous, de quoi vous vous mêlez hein ? Y'a rien à voir ici!"

    A vrai dire, elle voulait se retrouver seule avec William. Histoire d'avoir une explication d'ami à ami. Juste ça. Pas de concurrent à concurrent. Mais ça allait être long parce que le couloir se remplissait de la sortie des cours. En attendant, elle ne pouvait et ne devait pas se calmer. Déja parce que c'était dur pour elle de se contenir, mais aussi parce que personne ne les savait amis. C'était comme ça que ça fonctionnait et ça ne devait pas changer. Un instant, elle ouvrit la buche pour se remettre à s'énerver contre Will, en préparant ses poings pour continuer de le frapper, mais se ravisa au dernier moment, sans pour autant s'excuser. Elle se contente de lui jeter un regard noir et de croiser les bras, sure d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 5:13

William n'eut pas le choix de s'arrêter lorsqu'elle le tira par la manche. Pas parce qu'elle était assez forte pour le retenir, au contraire, mais plutôt parce qu'il venait soudainement de réaliser, en la voyant, qu'il était peut-être aller trop loin cette fois. Bien sûr, il n'était pas près de l'avouer ! Il se mordilla la lèvre nerveusement en retournant vers elle et tenta un petit sourire faussement naïf.

«T'as pas l'impression de te foutre de ma gueule là, non?», dit-elle de sa petite voix. Il se surprit à penser, bêtement, à ce moment là, qu'elle était vraiment mignonne quand elle était fâchée.

Il n'eut même pas le temps de répondre qu'elle se mit à le frapper. Il la laissa faire en haussant les sourcils, plus surpris que d'autre chose. Ses petits coups n'était pas très souffrants et si ça pouvait l'aider à se défouler... Au fond, il comprenait plus ou moins pourquoi elle était fâchée. Pour elle, ça avait toujours été qu'un jeu, encore plus que pour lui. Elle n'avait pas l'habitude de se laisser prendre, elle savait qu'il faisait ça pour la mettre en rogne. Il ne pensait jamais vraiment ce qu'il lui disait en public. Il pensait qu'elle aurait mieux compris les règles de leur relation, puisque pour elle c'était vraiment important que tout reste comme c'était. Peut-être qu'il avait vraiment touché une corde sensible cette fois-là.

William ignora à nouveau son amie lorsqu'elle demande des explications et la poussa légèrement contre le mur, vu qu'ils étaient en plein milieu du couloir et bloquaient la circulation. Quelqu'un les poussa en passant près d'eux et le grand corps de Will se retrouva contre celui d'Adriel. Il figea un instant, puis se tassa alors que son visage rougissait. Il détestait qu'elle réussisait à lui faire tourner la tête par le simple fait qu'elle était belle. Il se racla la gorge, mal à l'aise, et fixa le sol. Puis il releva la tête et la regarda. Il avait repris le contrôle de lui-même et soutenant le regard froid de son amie.

«Tu sais bien que je le pense pas vraiment! J'ai dit ça pour épater la foule, encore une fois.. C'est ce qu'on fait, non? On attire l'attention en se disant les pire bêtises, même si on pense tout le contraire l'un de l'autre. Je croyais que ça t'amusais.», alla-t-il murmurer près de son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 11:25

    Le problème avec ces deux là, c'était qu'en génral, y'en avait pas un pour rattrapperr l'autre. Autant ils pouvaient avoir un caractère assez différent sur le fond, autant parfois ils régissaient de la même façon. D'où leur concurrence qui leur semblait normale depuis toutes ces années et qui servait d'unique relation aux yeux des autres. Si un instant ils avaient pu se douter de l'affection qu'Adriel pouvait porter envers William! Ils n'y croiraient pas ... Car oui, la petite blonde n'était tout de même pas sans coeur ... Elle avait des amis auxquels elle tenait beaucoup. Elle ne saurait pas expliquer le pourquoi ni le comment de ces relations, mais ces personnes avaient réussi à gagner sa confiance, suffisamment pour qu'elle se dévoile à eux. Bien sur ils n'étaient pas bien nombreux, mais ça, ce doit être le cas pour tout le monde, non ?

    Bref, borné comme son ami était, elle savait que crier comme ça ne résoudrait pas forcément les choses. Mais elle avait juste besoin de lui faire comprendre. Même s'il le avait déja, elle tenait trop à sa réputation pour qu'il la lui casse en petits morceaux impossibles à recoller ensemble. Bon, oui, elle dramatisait surement les choses. Mais Adriel était commz ça. Elle voyait toujours les choses 10 fois pires qu'elles l'étaient. Surtout quand il s'agissait du monde qu'elle s'éait créé à Poudlard. Ce n'était pas uniquement la magie, dans laquelle elle avait baigné depuis toute petite. Non, il y avait plus, bien plus. Elle avait réussi à se faire apprécier tout en restant inabordable. Elle savait être franche, peut-être trop, ne se laissait pas marcher sur les pieds, et pourtant, les gens en redemandaient. Tout le monde connaissait son caractère mais voulait risquer ses foudres pour voir s'ils avaient une chance de devenir amis... et elle se sentait bien comme ça. Elle avait trouvé une place, sans être dans l'ombre de son frère. En étant elle-même. A quelques détails près. Elle paraissait plus dure qu'elle ne l'était... et ça, William le savait bien. Ils se connaissaient assez, depuis le temps! Et pour ça, pour rien au monde, elle ne le changerait. Ils n'étaient pas nombreux à connaitre la vraie Adriel et à l'apprécier telle qu'elle était réellement, alors avoir une épaule comme celle de Will sur laquelle se reposer, c'était toujours précieux ...

    Lorsqu'il haussa les sourcils en sentant les petites frappes d'Adriel, cette dernière frappa un peu plus fort, sans pour autant lui faire mal, vu la taille et la force de ses petits poings. Elle avait beau savoir que tout cela n'était qu'un jeu entre eux, le fait qu'elle aie été humiliée comme ça en public l'avait sacrément en rogne! Et puis, en même temps, il ne fallait surement pas chercher à comprendre. Certaines remarques passaient parce qu'il y répondait ou les ignorait volontairement, mais là, entendre les rires de ces débiles après la remarque de William, ça l'avait blessée, quand-même. Eh oui, Adriel Sheppard pouvait être blessée!

    La jeune fille sentit son ami la pousser contre le mur. Elle n'avait pas remarqué qu'ils bouchaient le chemin aux autres élèves, auxquels elle jeta un regard noir. Lorsqu'elle sentit le corps de William se plaquer contre le sien, son premier réflexe fut d'hurler un "Regarde devant toi pauvre con!" à celui qui les avait poussés - à noter quand-même que le contact du beau corps de Will contre le sien ne la dérangeait pas, eh oui, Adriel était comme ça ... Furieuse pour le principe contre l'élève qui les avait poussés, elle ne remarqua pas que son ami rougissait. Elle se tourna finalement vers lui en l'entendant se racler la gorge. Il fixait le sol. Elle ne comprit pas pourquoi, mais le regarda relever la tête, d'un air soudain plus assuré.

    Puis elle le vit approcher son visage du sien, pour lui murmurer une de ces choses dont eux seuls avaient le secret.

    "Tu sais bien que je le pense pas vraiment! J'ai dit ça pour épater la foule, encore une fois.. C'est ce qu'on fait, non? On attire l'attention en se disant les pire bêtises, même si on pense tout le contraire l'un de l'autre. Je croyais que ça t'amusais."

    Elle ferma ses yeux, comme pour retenir quelques larmes de colère. Puis elle lui répondit, aussi discrètement que possible, sur le même ton et en un murmure, à son oreille :

    "Je m'amuse jusqu'à un certain point. Les rires des autres me donnaient envie de les tuer, et toi avec. Je déteste être humiliée comme ça."

    Puis elle inspira profondément. Et reprit son murmure, plus calme et posé :

    "Je sais que ça fonctionne comme ça entre nous. Et que tu le pensais pas. Mais ..."

    Mais voilà. Pas besoin de continuer. Tout était dit. Elle détestait être humiliée de la sorte. Perdre la face. En fait, peut-être qu'elle transmettait la colère qu'elle portait contre elle-même, puisqu'elle n'avait pas réussi à lui rétorquer quelque chose sur le coup, sur le pauvre William. Elle ne s'excusa pas, parce qu'elle ne le faisait jamais, mais prit le bras du jeune homme et le serra tendrement. Rien de bien original. Juste histoire d lui faire comprendre, même si elle était encore en colère au fond d'elle-même.

    Mais il restait encore du monde dans le couloir. Alors quoi faire ? Continuer à se lancer des piques, pour continuer leur jeu devant les autres élèves ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 17:12

(aww je les adore déjà)


«Je m'amuse jusqu'à un certain point. Les rires des autres me donnaient envie de les tuer, et toi avec. Je déteste être humiliée comme ça.»


Le jeune homme ne put s'empêcher un petit sourire sarcastique en l'entendant.

«Tu détestes perdre, Adriel !», fit-il assez fort cette fois, puisque ça faisait encore une fois partie de leur jeu. En fait il voulait rassasier les étudiants qui les regardaient "subtilement" de l'autre côté du couloir. Leur relation avait toujours fait les potins de l'école, ce qui, franchement, était loin de déplaire ses deux amis en manque d'attention.

William se permit de lui faire un clin d'oeil et son plus beau sourire. Il la sentait plus calme, presque prête à la pardonner. En temps normal, il en aurait rajouter pour la rendre plus fâchée que jamais, mais cette fois, il se ravisa.

«Je sais que ça fonctionne comme ça entre nous. Et que tu le pensais pas. Mais ...»

Alors qu'elle serrait tendrement son bras, il se pencha vers elle à nouveau pour murmurer à son oreille:

«Je suis vraiment désolé. Voilà, t'as gagné!»

Puis il se redressa et recula un peu, lui fit un autre clin d'oeil.

«Si tu crois que je vais m'excuser Adriel, tu te mets le doigt dans l'oeil !»

Il avait parlé d'une voix forte et provocante. Il savait qu'elle comprendrait tout de suite que le jeu était reparti. Après tout, ils avaient un public à amuser. D'ailleurs, certains élèves s'étaient tournés vers eux en entendant William et ils attendaient la suite avec impatience.


En fait, il avait plus ou moins envie de repartir en chicane. Pour une fois, il aurait aimé qu'on ne les regarde plus autant, qu'on les laisse un peu tranquille. Il aurait aimé passer du temps seul avec elle. Il espérait vraiment qu'elle aurait une crise d'insomnie ce soir et qu'elle viendrait le rejoindre à la salle commune...Il se couchait souvent à des heures pas possibles, restait assis dans la sallle commune, dans l'espoir d'entendre ses petits pieds nus sur le carrelage, de la voir apparaître, dans son pyjama, les cheveux pèle-mêles. William tenait beaucoup plus à Adriel qu'elle le croyait. Nimporte qui aurait compris qu'il était tout simplement amoureux d'elle. Juste en voyant la façon dont il rougissait dès qu'ils se touchaient, nimporte qui aurait compris. Étrangement, Adriel semblait n'avoir rien pigé.

Parfois, il avait des moments de lucidité et évaluait leur relation. À toutes le fois, il en venait à la même conclusion: cette relation était dingue, dingue, dingue ! En fait, si des psychiatres de Ste-Mangouste les rencontraient un jour, ils en viendrait probablement au même diagnostic pour William et Adriel. Trouble de la personnalité multiple doublé d'un besoin d'attention égal à celui requis par environ 10 sorciers mis ensemble... Puis il continuait comme si de rien était, parce que c'était la routine, parce que c'était leur truc, ce qu'il faisait depuis qu'ils se connaissaient et qu'en plus, au fond, surement que ça l'amusait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 17:52

(moi naussiiii =D)

    Adriel vit un sourire sarcastique s'étaler sur le visage fier du jeune homme. Elle avait beau adorer le jeune homme, elle savait que ça n'annonçait rien de bon. Heureusement, en l'entendant crier, elle comprit que ce n'était pas contre elle, mais plutot destiné à tous les spectateurs. Il fallait leur donner de quoi regarder, de l'action. Tous les deux adoraient être au centre des attentions, c'était comme ça. Et pour ça, ils avaient toujours eu un besoin de se canarder entre eux. Peut-être parce qu'ils se connaissaient suffisamment pour le faire en sachant que ça avait peur de chance de blesser l'autre. Peut-être aussi parce que ça les amusait. En quoi ? En tout, surement. Le fait qu'on les regarde, qu'on donne de quoi parler d'eux. Le fait aussi de faire ça tous les deux. C'était un jeu, ce n'était pour rien que ça s'appellait comme ça. Un jeu. Alors elle comprit que c'était reparti au ton de son ami. Elle avait l'impression d'être le personnage principal d'une pièce de théâtre.

    "Tu détestes perdre, Adriel !"

    "Tu peux parler! Regarde-toi!"lui répondit-elle sur le même ton. Eh oui, le jeu semblait relancé. Elle surprit un clin d'oeil sui lui était destiné. S'il était possible de faire un sourire avec des yeux, c'était ce que l'on pouvait voir chez elle. Un sourire complice. Elle arrivait à se calmer. C'était bien parce que c'était lui, hein!

    "Je suis vraiment désolé. Voilà, t'as gagné!"

    Au début, elle fut assez surprise de le voir se rendre aussi facilement. En tant normal, il aurait continué de la provoquer, comme il savait si bien le faire et comme il l'avait déja fait quelques instants auparavant rien qu'en l'ignorant en passant le pas de la porte. Mais non. Cette fois-ci, on aurait dit qu'il avait vraiment peur d'avoir dépassé les bornes. Ce qui n'était pas faux, d'un point de vue Adrielien. Et sur le coup, elle fut dière de l'avoir fait réagir de la sorte. Elle eu presque envie de le serrer dans ses bras, mais se retint. Ils avaient des spectateurs à contenter. Ainsi, elle évita tout sourire complice. Autant jouer le jeu à fond, comme d'habitude. Il ne fallait pas baisser la qualité de jeu non plus!

    "Si tu crois que je vais m'excuser Adriel, tu te mets le doigt dans l'oeil !"

    "Je croyais que tu me connaissais mieux que ça mon pauvre Will ..."

    Elle s'éloigna lentement mais surement du mûr pour se retrouver à quelques centimètres du jeune homme, avec un air provoquant, puis prit la cravate aux couleurs poufsoufliennes du jeune homme dans ses mains pour jouer avec - en commençant à tirer un peu pour que son ami comprenne ce qu'elle voulait faire.

    "Tu sais, on joue pas comme ça avec moi ... Je pensais que t'avais compris ... Mais apparamment j'étais bien optimiste ..."

    Si le public demandait du spectacle, ils allaient y avoir le droit. Comme d'habitude. Après tout, on parlait bien de William Callaghan et Adriel Sheppard, non ? Ces deux là n'avaient pas leur réputation pour rien ...
    Et elle tira violemment - ou du moins en apparence, parce qu'elle espérait que son ami avait compris ses intentions - la cravate, histoire de faire tomber à genoux William. Et oui, Adriel n'y allait pas de main morte. Si le pauvre prof d'Histoire de la Magie sortait à ce moment, ils allaient avoir le droit à de sacrées réprimandes! En espérant qu'il n'y avait pas un élève cafteur dans l'assemblée ... même si au fond, ça lui était bien égal. Les profs ne lui faisaient pas peur. En tout cas, elle osa à peine regarder son ami, de peur de l'avoir à moitié assomé.

    "Et là, tu crois pas que t'as quelque chose à me dire ?" fit-elle d'un ton autoritaire. Même si au fond, elle savait que physiquement, elle avait peu de chance face à William! Et puis après tout, son but n'était pas de se battre. C'était juste la première idée qui lui était venue, et elle le regrettait déja. Impulsive, Adriel ? Décidemment, oui!

    Elle eu aussitôt envie de le prendre dans ses bras, comme pour s'excuser. Au début de leur altercation plus ou moins fictive, la jeune fille attendait que les élèves passent leur chemin. Mais plus ou moins consciemment, ils avaient encore choisi de donner un spectacle aux autres élèves. Et ce n'était pas ce dont elle avait envie. Elle rêvait de s'excuser pour ce geste. De s'excuser aussi pour sa mauvaise humeur - attention, vous ne lirez pas ça souvent! - et peut-être aussi simplement, d'être avec l'un de ses meilleurs amis. Compliquée, Adriel n'est-ce pas ? Fallait-il crier sur les élèves ? Est-ce que ça les ferait fuir ? Non surement pas. S'éloigner, oui, mais il y en aurait toujours plusieurs pour savoir le fin mot de l'histoire. Ca ne rimait à rien de vouloir les faire partir ... Ou alors, il fallait les surprendre. Jouer avec leur relation. Mais comment ? Pour l'instant, la petite blonde attendait une réaction de la part du grand brun, en espérant qu'elle n'en avait pas fait trop !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 19:00

William la savait surprise de l'entendre s'excuser. En effet, ce n'était pas trop leur genre, à eux, les grandes excuses... Ils étaient si habitués de se chicaner qu'ils n'en ressentaient jamais vraiment le besoin, peu importe l'intensité des bêtises qu'ils se disaient. De toute façon, ils étaient tous les deux bien trop fiers pour s'abaisser à s'excuser. Cette fois pourtant, il avait ressentit le besoin de le faire, peut-être parce qu'il s'en voulait vraiment. En tout cas, c'était un grand pas pour lui...

Le jeu était reparti d'une façon fulgurante, ils n'avaient même pas repris leur souffle que William avait fait la mise au jeu en la mettant au défi. Il la sentait plus sur l'attaque que la défensive aujourd'hui.

«Je croyais que tu me connaissais mieux que ça, mon pauvre Will...»

Il ne savait pas vraiment ce qu'elle avait en tente et la laisse s'approcher, incertain. Il commença à deviner ses plans lorsqu'elle l'attrapa par la cravate, sachant qu'elle n'avait pas l'intention de simplement refaire son noeud négligé. Elle avait probablement déjà toute planifiée son attaque dans sa tête.

«Tu sais, on joue pas comme ça avec moi ... Je pensais que t'avais compris ... Mais apparamment j'étais bien optimiste ...»

«Tu es bien trop suscept...»

Il ne put terminé sa phrase, fut interrompu par son coup et eut le souffle coupé par la cravate qui lui serrait la gorge. Elle le tirait vers l'avant et il n'eut pas le choix de se mettre à genoux devant elle, libérant ainsi un peu la tension de la cravate... Sans pour autant lui permettre de respirer normalement. Il avait été surpris par le mouvement, et puis c'était légèrement incomfortable, mais il n'allait pas en mourir. De toute façon, elle avait fait semblant de tirer vraiment fort... Et lui maintenant, faisait semblant d'avoir de grandes difficultés à respirer. Le pire en fait, c'était d'être à genoux devant elle. Premièrement, parce que c'était une position assez humiliante; elle avait le pouvoir et pouvait faire ce qu'elle voulait de lui. Deuxièmement, d'ici il avait une vue époustoufflante sur ses jolies petites cuisses, mise à nue par sa jupe... Il essaya de retenir son regard pervers en la regardant dans les yeux, accentuant ainsi l'effet de dominance causé par Adriel. Aux yeux des autres élèves, il avait l'air totalement à sa merci en ce moment. Elle avait déjà gagné, ou presque.

«Et là, tu crois pas que t'as quelque chose à me dire ?»

Il laissa échapper un rire sarcastique qui fut étouffé et assez peu réussit vu qu'elle était en train de l'étrangler. Ce ton autoritaire était trop marrant sortant de ses petites lèvres. Elle était minuscule comparé à lui. La preuve, il était à genoux et sa tête arrivait presqu'au niveau de sa poitrine (ce qui ne lui déplaisait pas du tout...).

Le beau brun essaya de répondre à sa question d'une façon insolente, mais il ne pouvait pas vraiment parler... Il se contenta alors de sourire de la façon la plus sarcastique et agaçante possible... Ses mains se posèrent sur celle d'Adriel, donc sur sa cravate, et il fit semblant d'essayer de se dégager de son emprise et d'en être incapable. En fait, elle ne serrait pas tant fort, et il pouvait encore respirer, mais il stoppa lui-même de respirer et porta les mains à sa gorge en prenant un air effrayé, comme s'il était vraiment en train de s'étouffer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 5 Jan - 20:35

    Décidemment, les élèves qui regardaient la scène devaient passer un bon moment, et allaient avoir de sacrés potins à raconter. Adriel, elle, avait envie de tous les giffler, de leur hurler de s'en aller, pour se retrouver avec son meilleur ami. Mais elle savait que sans leur 'admiration', elle n'était plus rien à Poudlard. Et elle avait tellement donné pour obtenir ce respect qu'elle ne voulait pas le perdre. En même temps, ça ne l'empêchait pas de gueuler sur la plupart des élèves lorsqu'elle en avait simplement envie, mais là, elle était en pleine démonstration. Autant ne pas tout couper. Raisonnement compliqué, peut-être pas logique, mais que voulez-vous, il s'agit d'Adriel. Encore rassurée et calmer par les excuses surprenantes de son ami, la blondinette était à nouveau lancée dans leur jeu de concurrence. Elle se demandait quand et comment ça s'arrêterait, et qui aurait le dernier mot. A vrai dire, aucun des deux ne se laissait jamais marcher sur les pieds, et il était très difficile de mettre fin à leurs pseudo engueulades. A chaque fois, ou presque, quelqu'un devait intervenir pour qu'ils se retrouvent à s'unir contre cette personne, puis se disperser ensuite.

    Adriel était devant le jeune homme, le regardant de sa petite hauteur, n'apercevant même pas que son regard pouvait se poser ailleurs que dans le sien. Elle avait entendu la parole de son ami être coupée et avait craint de l'avoir étouffé - ne laissant apparaitre bien évidemment aucun indice de cette crainte sur son visage. Heureusement, elle vit se dessiner un sourire, puis entendit un rire sarcastique dont il avait la spécialité. Mais même si ça la rassura, ça eut le don de l'énerver, et elle serra un peu plus la cravate du Poufsouffle dans sa main.

    Puis il posa la sienne dessus ... Au début, elle ne comprit pas, regardant la scène d'un regard noir et inquiétant pour tout élève normalement constitué, attendant la suite de sa réaction. Puis elle eut peur. Il fit mine de s'étouffer. Sa main trembla mais elle garda aussi longtemps que possible la cravate de son ami dans sa main, pour finalement prendre son temps par provocation, pour la lâcher. Car elle se ressaisit; elle n'allait pas se laisser faire quand-même ! Il y avait au moins un quart de Poudlard qui les regardait! Et puis, elle était bien consciente qu'il ne devait pas étouffer. Elle avait plus craint pour le geste brusque qu'elle avait fait en tirant sur sa cravate que sur le fait de la garder dans sa main.

    Finalement, elle s'agenouilla lentement, très lentement, près de William, le regarda d'un air fier, puis de fausse pitié. Elle passa sa main dans les cheveux bruns du Poufsouffle, comme une mère le ferait avec son enfant, puis approcha son visage à quelques centimètres du sien.

    "Ben dis donc, décidemment, je t'avais bien surestimé on dirait ... petite nature ... Te laisser te faire étouffer par une petite blonde ... C'est pas glorieux ..."

    En même temps qu'elle disait ses paroles, elle lui jetait un petit regard interrogateur, que surement seulement eux pouvaient capter. Elle voulait savoir s'il allait bien, quand-même. On ne savait jamais.

    Puis elle éloigna un peu son visage du sien et se mit à avoir un rire cristallin et fier.

    "Quoi que, maintenant que j'y pense, je pense que y'a pire comme 'petite blonde' vulnérable ici ... C'est vrai que tu t'en prendre pas à n'importe qui" Tant qu'à faire, autant flatter son égo.

    Puis elle en profita pour se tourner vers les élèves. Peut-être était-ce un moyen de les faire disparaitre. Elle se releva et passa lentement parallèlement à la rangée qu'ils formaient, avec un regard inquisiteur. Elle tira une élève qui devait être en deuxième ou troisième année part la manche, et la montra à William.

    "Regarde elle par exemple ... T'aurais toutes tes chances ..."

    Elle baissa la tête vers la fille en question, qui la regarda un instant avant filer en courant vers les escaliers les plus proches. Adriel, elle, se contenta de hausser les épaules et de faire un "Oups" peu convaincant. Une élève d moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Mar 6 Jan - 4:24

Décidément, elle était en forme cet après-midi. Peut-être était-ce parce qu'il lui avait fait perdre la face plus tôt, et qu'elle était encore furax. Sûrement qu'elle mettait un peu de vrai dans ses actions, pour faire passer sa fureur contre lui.Pour sa part, il commençait à perdre confiance et sentait la colère monter peu à peu en lui. Il était vraiment en train de perdre et ça l’irritait. Normalement, ils étaient plutôt égaux dans leurs jeux, réussissaient toujours à se relancer. Aujourd'hui, elle le dominait.

Il fit semblant d’être grandement soulagé lorsqu’elle relâcha sa cravate, afin que leur public croit toujours qu'elle l'étranglait pour de vrai. Elle s'agenouilla devant lui et s'approcha. Puis sa petite main se tendit vers lui et se posa dans ses cheveux. Il sentait ses doigts le caresser et dut retenir des frissons... Il savait que son geste faisait partie du jeu d'Adriel mais il ne put s'empêcher de s'imaginer un court instant qu'ils étaient seuls et qu'elle posait ce geste avec une tendresse véritable. Il eut un long moment de faiblesse et sursauta lorsqu'elle parla.

«Ben dis donc, décidément, je t'avais bien surestimé on dirait... petite nature... Te laisser te faire étouffer par une petite blonde... C'est pas glorieux...»

«Ça va pas dans ta tête ? t'aurais pu me tuer!»

Le Poufsouffle se releva, tentant de garder un peu de dignité et jeta un regard méchant à la jeune fille. Il se tourna vers les élèves et les dévisagea.

«Et vous bande de cons qu'est-ce que vous regardez? Ça vous fait rire tout ça?»

Il s'approcha d'un groupe d'élève de première année qui le regardait maintenant avec de grands yeux surpris, peut-être même un peu effrayé, car même s'il n'avait pas une once de méchanceté en lui et qu'il ne ferait jamais de mal à un mouche, William savait très bien jouer le jeu.

«Ça vous plairais que je vous étrangle à votre tour ?»


Il eut seulement à tendre la main vers la cravate du plus petit des gamins qu'ils déguerpirent à toute vitesse. Il entendit le rire cristallin d'Adriel et se retourna vers elle, sa main se posant instinctivement sur sa baguette magique, dans la poche arrière de son pantalon. Bien sûr, jamais il n'oserait la sortir, il signerait ainsi son arrêt de mort. Adriel était à un niveau cent fois plus élevé que lui côté magie. Elle aurait pu le clouer au mur avec un sort qu'il ne connaissait même pas avant même qu'il ait touché à sa baguette..

«Quoi que, maintenant que j'y pense, je
pense que y'a pire comme 'petite blonde' vulnérable ici ... C'est vrai
que tu t'en prendre pas à n'importe qui»

«Oh c'est vrai, t'as raison, j'aurais dû y penser à deux fois avant de m'en prendre à la fille la plus chiante du collège»

Il l'observa se diriger vers la foule et faire son choix.. Il devina tout de suite qu'elle allait choisir une victime. Sûrement une fillette... Il sourit en la voyant attraper une fille qui ne devait pas avoir plus de 12 ans.

«Regarde elle par exemple ... T'aurais toutes tes chances ..»

«Je m'attaque pas aux enfants, désolé»

Il regarda la pauvre petite s'en aller en pleurant et lança un regard exubéré à Adriel. Il était sincère pour une fois. Si quelqu'un apperçevait son regard, il pourrait croire qu'il la trouvait vraiment exubérante... Adriel, elle, comprendrait qu'il en avait tout simplement marre de jouer à ce petit jeu et qu'il s'ennuyait. Il lui tourna le dos et s'éloigna, poussant quelques élèves hors de son chemin. On aurait pu croire qu'il abandonnait, mais en fait, dès qu'il fut hors de la vue des élèves, il sortit sa baguette magique et la pointa vers la cloche. Il murmura un sort apris en classe - encore surprenant qu'il s'en souvienne..- et la cloche laissa entendre sa sonnerie habituelle qui annonçait le début du dernier cours de l'après-midi. Bien sûr les élèves trouvait que la pause de 20 minutes était passée extrêmement vite, mais qui allait vraiment s'obstiner avec la cloche régit par un sort extrêmement fiable...

William sentit les élèves se presser autour de lui et il fit mine de se rendre lui aussi à son cours. Il était presque sûr qu'Adriel avait compris que c'était lui qui avait fait sonné la cloche et qu'elle allait l'attendre à l'endroit où ils étaient un peu plus tôt. Il avait bien l'intention de manquer son cours de métamorphose, mais peut-être bien qu'Adriel, studieuse et très disciplinée, n'accepterait pas de sécher avec lui.

Lorsque les élèves furent dispersés et plus ou moins attentifs aux autres, pressée de se rendre en cours, il se retourna et marcha rapidement vers l'endroit où il avait laissé son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Mar 6 Jan - 11:30

    Peut-être y alait-elle un peu trop fort ? Depuis qu'elle avait tiré la cravate de William, Adriel commençait à regretter la tournure que les choses semblaient prendre. Elle ne savait pas pourquoi, parce qu'elle avait déja souvent ainsi comme ça. La petite blonde ne comprenait pas pourquoi elle voulait absoluement gagner contre William ; d'habitude, ils arrivaient toujours à égalité dans leur "combats". Ce n'était pas pour rien que l'on parlait d'eux et de leurs histoires comme ça à Poudlard : ils étaient égaux, l'un ne remportait jamais la battaille contre l'autre, ou alors le jour suivant, les choses s'égalisaient. Si seulement les autres élèves avaient pu se douter! Qu'ils aimaient se retrouver en pleine nuit, et qu'Adriel avait trouvé en Will un rare ami! Ils n'y comprendraient rien! Déja que là, tout le monde devait se demander comment ils en était arrivés là, à toujours donner des démonstrations en pleins couloirs ou cours ... quoi que, avec Adriel, on y arrivait souvent là ... mais surement moins régulièrement!

    Elle en vint finalement à la conclusion que la colère qu'elle exprimait maintenant était celle qui ressortait de la réflexion qu'il avait eu le malheur de faire en cours. Chacun son tour, n'est-ce pas ?

    Elle le vit sursauter lorsqu'elle lui adressa la parole, mais ne comprit pas vraiment pourquoi. Peut-être parce qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui crache quelque chose comme ça en pleine figure à ce moment là ? Bref, elle ne releva pas que son geste pouvait prêter à confusion pour le jeune homme. Complètement à côté de la plaque, la pauvre petite ...

    "Ça va pas dans ta tête ? t'aurais pu me tuer!"

    "Je vois pas pourquoi je te tuerai, jsuis pas folle. Ne plus avoir quelqu'un comme toi pour me défouler, ce serait bien triste ..."

    Lorsque le jeune homme finit par se lever et s'adressa aux élèves, Adriel laissa échapper un sourire. Décidemment, ils n'étaient pas amis pour rien. Ils avaient les mêmes idées, aux mêmes moments. Ils en avaient déja marre d'être l'attention des élèves. Ils avaient eu ce qu'ils voulaient, maintenant, tous ces cons pouvaient déserter. Les élèves prendraient ce sourire pour un sourire sadique à l'idée de les malmener.

    "Oh c'est vrai, t'as raison, j'aurais dû y penser à deux fois avant de m'en prendre à la fille la plus chiante du collège"

    "Je prends ça comme un compliment venant de toi ..." sortit-elle avec un petit sourire malicieux et fier dont elle avait le secret.

    La gamine qu'elle avait aggripée par la manche était partie, en pleurs. Une de moins, c'était déja ça! A eux deux, ils devaient arriver à faire partir le reste des interessés...

    "Je m'attaque pas aux enfants, désolé"

    "Oui, je comprends. Tu dois avoir peur qu'elle te batte, elle aussi ..."

    Plus elle sortait ses répliques, plus elle avait peur de trop insister. Vivement que tout ça se finisse! Elle sentait que le pauvre William allait bientot sortir de ses gonds! Et ce n'était pas le but recherché ... Décidément, ce spectacle ne ressemblait pas aux autres qu'ils pouvaient donner ... Elle surprit, fort heureusement, le regard de son ami. Un regard que les élèves devaient prendre pour de l'exubérance envers la Poufsouffle, mais elle comprit tout de suite ce que ça voulait dire. Et elle était bien d'accord avec le beau brun! Il fit mine d'abandonner, mais Adriel comprit qu'il avait quelque chose en tête. Elle ne comprit pas tout de suite. Elle se contenta d'attirer l'attention des élèves, histoire de laisser Will mettre en oeuvre l'idée qu'il semblait avoir.

    "Putain mais pourquoi vous êtes encore tous là, vous ? On vous a fait comprendre de vous casser ? Vous etes soulants à la fin! C'est fini pour aujourd'hui! Alleeeez!" Elle aggrippa les deux qui lui venaient sous la main, histoire que tout le monde regarde bien dans sa direction, et les envoya promener quelques mètres plus loins, histoire qu'ils s'en aillent, et que les autres comprennent. La sonnerie retentit. Elle se retint de sourire. Maintenant, elle avait compris ce que Will voulait faire en partant! Et, ça, c'était une bonne idée et plus efficace que des menaces qui ne faisaient qu'attirer l'attention sur eux. Elle fit mine, elle aussi, de se rendre à son cours, et pour ça, dû suivre - lentement, trèèès lentement, quand-même - son ami, puisqu'ils avaient le même cours. Le brouhaha de la panique annoncée par le début des cours lui faisait du bien. Enfin, ils avaient réussi à tout arrêter. Enfin, Will, surtout. Et elle lui était redevable en ça, incontestablement.

    A un moment elle arrêta de marcher - même si elle ne marchait pas très vite d'avance. Elle s'attendait à revoir débarquer son ami, si elle avait bien comprit la manoeuvre. En effet, un beau brun marchait assez rapidement dans sa direction. La petite blonde, elle, le regardait de ses yeux perçant, un petit sourire satisfait aux lèvres. Plus personne ne faisait attention à eux. Les profs seraient surpris de voir débarquer des élèves avec autant d'avance!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Mer 7 Jan - 0:22

Un large sourire s'étira sur les lèvres du «beau brun» lorsqu'il se retrouva face à face avec son amie. Il était soulagé d'être enfin libéré de tous les autres élèves. Bien sûr, il adorait être le centre d'attention avec Adriel, mais il adorait aussi se retrouver seul avec elle. En fait, il venait instantanément de changer de personnalité, juste en se retrouvant seul avec elle. Le masque venait de tombé, la scène était terminé, leur public était parti.. Ils pouvaient maintenant être des amis, des meilleurs amis. Ils pouvaient vivre l'autre facette de leur relation, celle que William préférait et cela de loin. Oh bien sûr il adorait se battre pour l'attention avec elle, il se régalait lors de leurs petites mises en scène, il s'amusait à la défier... Mais il préférait leurs discussions, leurs secrets partagés, leurs souvenirs... Il adorait la faire rire, en privé, et entendre le vrai rire de son amie, son rire sincère, pas sarcastique, pas provocant,... Autant pouvait-il avoir du plaisir avec elle à jouer à leur petit jeu, ce n'était rien comparé à comment il se sentait quand il était seul avec elle.

Il continua à avancer vers elle jusqu’à ce qu’il se trouve à quelques centimètres et continua de sourire doucement.

«Dis donc, tu étais en feu aujourd’hui... J’espère que tu en as profité car, je te laisserai pas gagner tous les jours...!»

Il éclata de rire. Il rigolait, elle savait très bien de toute façon qu’il ne l’aurait jamais laissé gagner... Il aimait mieux en rire que d’avouer qu’il avait perdu! Bien sûr, ils n’étaient pas vraiment plus sérieux l’un envers l’autre en privée, mais ils ne jouaient plus de jeu et ils agissaient en tout sincérité. Ils continuaient de se taquiner, mais sans jouer au concours du plus populaire...

«Dis, Adriel... On est vraiment obligés d’aller en Méta? Je veux dire... Moi je m’en fiche et puis toi bah, c’est pas comme si tu avais besoin de pratique..»

Il la regarda avec son regard le plus suppliant, avant de sourire largement. Il n’avait vraiment pas envie d’aller à ce fichu cours. En fait, il n’était pas, au contraire de son amie, très très discipliné côté études... Il était peu doué, ou plutôt peu motivé et écoutait très peu en classe, trop occupé à faire le bouffon. L’école n’avait pas vraiment une grande importance à ses yeux, et on lui disait souvent qu’il allait le regretter plus tard. Peu d’options s’offrait à lui, il n’avait pas les notes pour des études supérieures, et ne savait pas trop quoi faire d’autre. Il allait sûrement finir serveur dans un bar ou concierge de l’école... Il graduait dans quelques mois et ne savait même pas où il serait l’an prochain...

«Allez, sois gentille, je ferai tout ce que tu voudras pour le reste de l’après-midi, tant que tu me forces pas à me taper une heure de cours.»

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Sam 10 Jan - 21:06

    Enfin. Toute cette mascarade était bel et bien finie. Autant William et Adriel aimaient attirer l'attention sur eux, c'en était devenu une compétition qu'ils appréciaient autant l'un que l'autre, autant parfois trop, ça faisait trop. Peut-être aussi que voir toutes ces têtes d'imbéciles depuis maintenant 8 ans tappait sur le système de la jeune fille. Mais aucun doute, ce jour-là, ça la soulait de se donner en spectacle. Car au départ, elle avait juste voulu régler des comptes qui finalement s'étaient arrangés plus rapidement que prévu. Par des excuses inattendues et un pardon accordé bien facilement pour la petite blonde, aussi. Eh oui, aujourd'hui, les choses se passaient de façon bizarre. Mais que voulez-vous, avec ces deux-là, rien ne semblait prévisible! Ils étaient vraiment des cas à part, à Poudlard ... Un psychologue moldu aurait surement pu leur trouver des antécédents dans la famille, dans leur histoire personnelle, qui les poussaient à agir ainsi. A être de véritables amis dans l'ombre, et des ennemis prêts à tout pour qu'on les regarde lorsqu'ils sortaient de leur intimité.

    Adriel le regardait avancer. Décidemment, il avait bien changé depuis la première fois qu'elle lui avait parlé! Il fallait avouer qu'il était devenu un beau jeune homme. S'il n'avait pas été son meilleur ami, celui à qui elle se confiait sans retenue, elle l'aurait surement mis dans son lit depuis un moment! Mais il faut me croire lorsque je vous dis ça, même Adriel ne voulait pas risquer de perdre un ami pour des histoires de la sorte. Leur relation devait valoir mieux que quelque chose d'ambigü, non ? Alors elle chassa cette pensée, qui de toute façon n'avait fait que lui effleurer l'esprit. Des beaux mecs, y'en avait dans tout Poudlard. William valait mieux que ça, point. Il continua d'avancer, puis fit un sourire à la petite blonde. Elle le lui rendit, encore, avec un petit air fier dont elle avait la spécialité, faussement provocateur.

    "Ben oui, que veux-tu, moi non plus jte laisse pas gagner, hein ..."

    Elle rit à son tour. Ah, qu'est-ce que ça faisait du bien de ne plus être entourée de cette bande de curieux! Et rien que de penser à la tête des profs lorsqu'ils verraient arriver tous leurs élèves, son sourire s'élargit encore.

    "Au fait, bien joué pour la sonnerie ..." fit-elle avec un petit clin d'oeil. Ils formaient vraiment une bonne équipe. Ils se comprenaient par un simple regard, et le fait qu'ils se retrouvent seuls en ce moment même dans ce couloir du cinquième étage le prouvaient : s'ils n'avaient pas tout mis en oeuvre pour faire partir tous les élèves, ça n'aurait pas été possible. Et pour ça, il avait suffit de quelques regards. Voilà pourquoi elle appréciait autant William. Parce qu'il la connaissait comme peu de monde, et pourtant ne la fuait pas : toujours présent et attentif, toujours prêt à rire et à jouer à la concurrence; mais aussi là pour aider dans les moments plus difficiles. Un ami rare, en somme.

    "Dis, Adriel... On est vraiment obligés d’aller en Méta? Je veux dire... Moi je m’en fiche et puis toi bah, c’est pas comme si tu avais besoin de pratique.."

    Elle le regarda en essayant d'être le plus neutre possible, essayant de faire durer le suspense. Ne pas montrer ses émotions, ça la connaissait. Son sourire avait disparu, William avait juste le droit à son regard perçant.

    "Ecoute Will, je crois que je vais te décevoir ..." Elle fit une courte pause. " Mais je vais pas y aller ...". Eh oui, bonne élève de toujours, Adriel pouvait parfois paraitre pour une 'intello'. Mais elle était loin de l'être, et certains profs étaient bien déçus lorsqu'ils découvraient son caractère de 'chieuse'. Elle avait beau être sérieuse, elle avait déja fait sa septième année qu'elle connaissait par cœur, et savait donner de sa personne lorsqu'il fallait se rebeller contre les profs, ou même d'autres élèves en plein cours. En fait, elle avait cette façon de répondre aux questions des profs d'un ton si sarcastique qu'ils ne pouvaient pas lui reprocher de ne pas participer. C'était par choix qu'elle avait redoublé. Alors louper un cours, surtout pour être avec Will, c'était bien sur avec un grand oui qu'elle acceptait ...

    "Tu feras vraiment tout ce que je veux ?" ajouta-t-elle en relevan sa dernière phrase. "j'ai cru que tu me connaissais assez pour pas me dire ça ..." ajouta-t-elle avec un sourire malicieux. Cette prochaine heure s'annonçait mieux que leur cours de métamorphose habituel!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Dim 11 Jan - 18:09

«Ben oui, que veux-tu, moi non plus jte laisse pas gagner, hein...»

Ils rirent ensemble et ça lui fit le plus grand bien. Enfin, la compétition était terminée, il pouvait se retrouver en amis, discuter et baisser leur garde.

«Au fait, bien joué pour la sonnerie...»

Il prit un air faussement surpris.

«Adriel Sheppard qui me fait un compliment.. ! Je vais noter la date, ça arrive pas tous les jours!»

Puis il lui demanda si elle voulait sécher le cours de Métamorphose avec lui et elle s'amusa à le mener en bateau, en l'observant d'une façon très sérieuse. Convaincu qu'elle allait lui faire un long speech sur l'importance de se pointer en classe, que s'il voulait faire quelque chose de sa vie il devait passer son année, qu'il fallait qu'il y mette des efforts, qu'elle pouvait l'aider... Bref, la discussion qu'ils avaient au moins une fois par semaine... Il préparait mentalement des arguments losqu'elle parla.

«Écoute Will, je crois que je vais te décevoir...,
il leva les yeux au ciel, découragé. Mais je vais pas y aller...»

Il secoua la tête, découragé de s'être encore une fois fait prendre au piège par ses beaux petits yeux malicieux... Il sourit largement et regarda autour d'eux. Ils étaient au beau milieu du couloir, c'était pas très sécuritaire... Si un professeur passait dans le coin, ils allaient en baver.. Ils devraient peut--être songer à trouver un endroit isolé.

«Tu feras vraiment tout ce que je veux?» Il hocha la tête en souriant doucement. Puis il s'arrêta brusquement, réalisant soudainement, ce qu'il venait de faire...«j'ai cru que tu me connaissais assez pour pas me dire ça..»

Il déglutit, et on pouvait lire de l'appréhension sur son visage, n'ayant vraiment, pour une fois, aucune espèce d'idée de ce qu'elle avait l'intention de lui demander... Où est-ce qu'il avait la tête? Il oubliait parfois qu'elle avait plus d'un tour dans son sac, trop habitué d'être celui qui normalement agaçait les autres.. Ils étaient vraiment pareils, c'était assez effrayant parfois.

«Bah oui, nimporte quoi... cesse de me regarde comme ça, j'ai pas peur de toi..», puis réalisant que son ton de voix incertain disait tout le contraire, il éclata de rire.

«Tu as quelque chose en tête déjà hein? Ça roule vraiment à cent mille à l'heure la-dedans.»

Il tapota sa petite tête, n'ayant qu'à tendre le bras tellement elle était minuscule comparée à lui. Il fut tenté d'insister et de caresser ses cheveux mais se ravisa, réalisant à quel point ça aurait été étrange. Il se maudit mentalement et se traita d'imbécile en pensée.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Lun 12 Jan - 14:59

    "Adriel Sheppard qui me fait un compliment.. ! Je vais noter la date, ça arrive pas tous les jours!"

    Adriel eut un faux air offensé. Elle n'était pas un monstre ni un tiran, tout de même! Quoi que, en y repensant ... C'était sur qu'elle ne sortait pas de compliment si souvent, même à ses meilleurs amis! C'était son caractère de chien, quoi ... mais ça ne l'empêchait pas d'être attachée à William, et elle espérait qu'il le savait, depuis tout ce temps! Bref, elle le regarda de son petit air offensé avant de lui répondre :

    "Tu me fais passer pour qui là ?"

    Puis elle lui tapota le torse de ses petits points, avant d'arrêter et de continuer.

    "Quoi que, t'as pas tort, oublie pas de noter la date ..."

    Et elle lui sortit un sourire radieux en cadeau. Fini de jouer la comédie. Enfin ... Entre eux, il y avait toujours ces petites gamineries qui se faisaient passer pour un jeu. Mais bien différent de celui que tout Poudlard connaissait, heureusement. Là, il s'agissait juste d'eux deux. Juste Will et Adriel. Deux personnages qui se ressemblaient plus qu'on ne pouvait le croire. Deux personnages qui avaient passé l'essentiel de leur temps poudlarien ensemble ...

    Quand le jeune homme tourna la tete vers le couloir, elle fit de même, puis commença à la tirer par la manche de sa cape pour l'emmener vers un renfoncement, derrière un pilone de pierre, là où c'était difficile de les voir, sauf si on passait volontairement devant eux.

    Réalisant l'air incertain de son ami lorsqu'il lui dit qu'il n'avait pas peur d'elle, elle le regarda comme si elle attendait la suite. Parce que, oui, il devait y avoir une suite devant cette immense contradiction ... La suite se traduit par un rire. Un rire comme la petite blonde aimait l'entendre. Elle rit à son tour. Qu'est-ce qu'elle ferait sans Will!

    "Quelque chose en tete, moi ? Mais pourquoi ? J'ai jamais rien en tete ..." fit-elle avec un petit air innocent. En fait, ce n'était pas totalement faux, elle n'avait rien de précis en tete, elle voulait juste le provoquer. mais qui sait, peut-être que plus tard, elle allait faire de lui ce qu'elle voulait ... Et là, elle se mit à réfléchir. Quoi lui faire faire ?

    "Et toi, rien en tete ? On sait jamais, peut-être que tu serais plus indulgent envers toi-même ..." Elle s'avança un peu, regardant si un prof passait, se demandant ce qu'ils allaient faire et par où ils allaient passer pour ne pas se faire reprérer. A présent, elle s'en remettait plus ou moins directement au brun, n'ayant pas franchement d'idées pour le moment, même si ça tournait bien à 100 à l'heure dans son esprit ... ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Sam 17 Jan - 19:34

William fut légèrement soulagé lorsqu'elle l'entraîna dans un endroit plus discret. Pas nécessairement parce qu'il avait peur de se faire prendre par un prof, mais plutôt par un autre élève curieux.. Il savait que si on les prenait dans un moment si "tendre" - pour eux, en tout cas..-, rien ne serait plus jamais le même... Il ne tenait vraiment pas à ce que leur relation change, à moins que ça soit en son avantage... Cette pensée, si elle avait été évoquée à voix haute, aurait surprise Adriel, il s'en doutait fort bien. Elle n'avait aucune idée des sentiments qu'il lui portait et ce n'était certainement pas lui qui allait le lui dire ! Il avait lui-même essayer de les ignorer au début, mais il était incapable de s'en défaire.. Chaque fois qu'il voyait son visage, ses douces lèvres, ses yeux pleins de vie... Elle le rendait fou et il s'en voulait grandement car il avait vraiment l'impression qu'il allait se mettre les pieds dans les plats tôt ou tard. En plus, il faut dire que William est loin d'être un Roméo et les filles sont souvent la cause de son petit côté maladroit.

Ils étaient assez à l'étroit dans sa petite cachette et il faut dire que c'était pas l'idéal. Il se retrouvait assez près d'elle et ça le mettait assez mal à l'aise. Il s'appuya contre le mur et l'observa, sans rien laisser paraître.

«Quelque chose en tête, moi ? Mais pourquoi? J'ai jamais rien en tête...» Elle avait ensuite pris un petit air innocent auquel il ne croyait pas une seule seconde... Il la connaissait trop bien pour savoir qu'elle n'avait rien d'un ange

«Et toi, rien en tête? On sait jamais, peut-être que tu serais plus indulgent envers toi-même...»

«Tu me déçois Adriel, même pas capable de trouver un petit quelque chose...?»

Il lui fit un clin d'oeil complice puis sembla réfléchir un court instant.

«C'est sûr que si tu me laisses le choix... Pour toi je pourrais bien... Te voler des cookies aux cuisines? Te sculpter un bonhomme de neige grandeur nature dans la cours? Ou encore... Aller crier des insultes au fantôme des toilettes du troisième, envoyer des hibous farceurs, faire tes devoirs.. non, laisses tomber la dernière option, c'est peut-être pas une bonne idée!»

Il sourit doucement, réalisant qu'il disait vraiment nimporte quoi.

«Tu veux un massage, une tisane, un gros câlin...? Allez, les possibilités sont à l'infini, tu dois bien avoir une toute petite idée.»

Se creusant toujours les méninges pour trouver un endroit plus à couvert, il réalisa qu'ils étaient au cinquième étage, il se souvenait avoir vaguement entendu parler d'un passage secret dans les alentours, mais n'arrivait pas à se souvenir où exactement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   Mer 28 Jan - 18:20

    [ Désolée du retaaard (a) ]

    Enfin, ils pouvaient être tranquilles. Bien sur, à ce moment, n'importe qui pouvait encore passer dans ce couloir de Poudlard, parce que déja, ils ne devaient pas être les seuls élèves de la grande école de magie à sécher, mais aussi parce qu'il y avait les surveillants ou les professeurs qui préféraient rôder et surveiller la "jeunesse poudlarienne" que de plancher sur des copies. Ca devait leur faire une balade sympathique... Rien qu'en pensant à ça, Adriel se dit qu'elle ne voulait pas finir surveillante. Ca devait être monotone et d'un ennui mortel ... Elle préférait largement profiter des couloirs du côté des élèves que de celui des professeurs et autres ... Etre dans l' "illégalité", voilà aussi surement ce qui lui plaisait. Mais aussi et surtout, c'était le fait de partager ces moments qui lui importaient le plus. Car à quoi bon faire ce qu'on adore, si on le fait tout seul ? Le bonheur n'est valable que s'il est partagé, n'est-ce pas ?

    Bref, c'était donc avec son esprit de jeune rebelle qu'elle avait emmené son ami le plus à l'écart possible. Bien sur, quiconque passait un peu trop près de se poteau les remarquerait. Mais elle était déja prête à gueuler sur son ami pour faire croire à une de leurs nombreuses disputes. Ainsi, le tour serait joué!

    «Tu me déçois Adriel, même pas capable de trouver un petit quelque chose...?»
    "Tu vas pas m'en vouloir quand-même ? j'ai décidé d'être gentille aujourd'hui ..." Et hop, rebeulote : le petit air innocent dont elle avait la spécialité. Bien sur qu'elle voulait trouver quelque chose. Mais en même temps, elle le savait comme l'un de ses meilleurs amis, alors elle ne voulait pas trop lui en infliger non plus. Dur dur de trouver quelque chose dans ces conditions là. Puis elle croisa les bras, faisant mine d'être accrochée à ses lèvres lorsqu'il énuméra ses idées. Decidemment, il n'avait pas froid aux yeux! Débiter tout ça devant Adriel, c'était pas une bonne idée s'il voulait bien s'en tirer ... Elle placa un seul petit :

    "Oui, oui les devoirs, tu peux retirer de la liste!" avec un petit sourire complice, puis continua d'écouter ses propositions. "Oui, bon, le massage ... Je tiens à mon dos, donc désolée, mais pour ça aussi c'est non ..." ajouta-t-elle pour le taquiner.

    Puis elle fit mine de réfléchir à son tour. Et comme Adriel était bien l'Adriel que l'on connaissait, celle qui ne refusait jamais la présence très proches d'un beau jeune homme, elle opta pour la solution "gros calin", et pour ça, fonça droit dans les bras de Will sans crier gare, pour avoir le droit à sa récompense. Et puis, le fait qu'elle n'aie pas crier gare pouvait être sa petite vengeance personnelle. Il allait surement être surpris! Et puis, elle allait pas se priver d'un enlacement du beau brun, quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cours animé, c'est le moins que l'on puisse dire ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit