AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Page blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Page blanche   Sam 17 Jan - 5:34

_______________________________________ : :

L’horloge avançait au son du tic et du tac, déconcentrant Alice par moment, la fessant sortir de ses gons par d’autres. C’était quoi l’idée d’oublier ce stupide devoir? Elle avait retardé cet instant, détestant travailler pour ces banalités que demandait l’école, les devoirs. La page restait blanche. La panne de l’écrivain, Ali’ en était souvent victime. Dans sa tête, quelques heures suffiraient à rédiger quelque chose de potable, par la suite elle aurait le temps de papoter un peu, puis de faire un gros roupillon dans son lit confortable à souhait et rêver de festivité. Mais voilà, elle allait devoir sans doute s’y mettre toute la nuit pour qu’elle puisse en tirer quelque chose de pas trop mal. Ali’ était une bien piètre écolière, tout ce qui touchait le banc d’école, elle détestait cela. Et pourtant, elle était tellement intelligente que si elle aurait trouvé la volonté, ses notes seraient bien au dessus de la moyenne. Toutefois, ses efforts maigres et son désintérêt pour les études se voyaient à travers ses notes. Abigaël la grondait souvent, elle avait même reçu la semaine dernière une beuglante ; sa grand-mère aillant sans doute apprit par le biais de son frère ou de sa sœur sa dernière note à un examen important, une calamité. Les études, ce n’étaient pas pour elle, il fallait tout de même qu’elle s’y mette (tout au plus pour faire plaisir à sa grand-mère qui lui avait tant offert). Ali’ peaufina donc la dernière phrase qu’elle avait écrite, se relu et chiffonna la feuille. Celle-ci retrouva les (nombreuses) autres étalées sur le sol, toutes décorés de phrases plus absurdes les unes que les autres aux yeux de la jeune fille. Elle gigota sur sa chaise. C’était là un autre problème, Ali’ était l’une de ses filles qui ne tenait pas en place. « Manuelle. » aurait dit certains, « Elle a besoin de ritalin. » aurait dit d’autres. Le fait est, qu’elle avait de forte difficulté à rester assise durant des heures et encore plus lorsque l’inspiration ne venait pas. Le travail n’avançait guère, elle devait sans cesse changer de position, ce qui tâchait sa peau d’encre et fessait paraître son propre de brouillon. De plus, sa plume faisait sans cesse des ratures. Elle devrait en acheter une autre, seul le temps lui manquait. Et elle n’allait certainement pas rater les matchs de Quidditch qui arrivaient pour la simple propreté d’un devoir. Ça c’était hors de question, elle avait tout de même encore le droit de s’amuser non? Sans doute était là le problème, elle ne pensait qu’à jouer et s’amuser. Tout son être était destiné à cette fin, son esprit ne respirait que pour cela. C’en était presque inquiétant. [/color]

Une autre phrase fut raturée, chiffonné, puis lancé par-dessus son épaule pour finalement, une fois de plus, rejoindre les textes inachevés. Ali’ ne pouvait pas continuer comme cela, sinon elle allait se retrouvé devant le professeur les mains vides et le cœur plein de remord. C’est le temps qui la fessait stressé et l’empêchait de se concentrer, tandis que le tic tac de l’horloge n’aidait pas sa cause. Elle lui aurait bien lancé une pierre pour qu’elle cesse enfin et que les idées puissent arriver. Mais voilà, il n’y avait pas de pierre dans la salle commune des Poufsouffles, voilà pourquoi une brocheuse volta dans la salle commune pour atterrir sur l’horloge. Étrangement, les aiguilles s’arrêtèrent, ne bougeant plus d’un millimètre, mais l’insatiable tic et tac continuait, tout pour la rendre « maboule ». Son corps était fatigué bien que son esprit était toujours encire vif et plein d’énergie. Son corps devait lui envoyé des hallucinations, elle ne voyait pas ce que cela pouvait être d’autre. Elle se leva donc pour se dégourdir un peu les jambes, son corps se réveillant petit à petit, mais le son toujours détestable de l’horloge restait bien que les aiguilles restaient toujours inertes.

« Ça y est, se dit-elle pour elle-même, je suis rendu folle.» Il faut bien admettre que tous aurait pu se poser la question à ce moment. Mais qu’est-ce qui pouvait bien clocher chez elle. Ali’ grogna se rendant compte que ces longues minutes perdus à penser à l’horloge étaient de ceux qu’elle perdait pour rédiger son devoir, ce stupide devoir. Se joins entre deux tic tac, un petit rire dérangeant, si ce n’est encore plus que le son de l’horloge lui-même. C’est alors qu’apparu Peeves dans toute sa splendeur. Ne manquait plus que lui, songea Alice. Tout jouait contre elle ce soir. Elle allait sans doute devoir remettre à son enseignant une page blanche, ou du moins presque ; seul son nom reposerait en haut à droite de la feuille. À travers les rires, les « tic tac », se transformèrent en « tic haha tic », puis en moqueries au sujet des élèves qui travaillaient tard. Frustrée, Alice l’envoya balader et réussit après plusieurs minutes à se passer de la compagnie de l’esprit frappeur. C’est alors qu’elle se rendit compte, que le tic tac avait cessé, amenant avec lui la colère et la frustration, mais amenant la fatigue et l’épuisement. Ali’ lutta contre le sommeil, écrivant quelques phrases par-ci par-là, rien de bien fantastique, mais c’est toujours mieux que ces torchons qui raturaient le sol.

Le réveil fut brusque, quelques personnes s’agitaient déjà dans la salle commune. Qu’elle heure était-il.? Combien de temps avait-elle dormit.? Et quand au juste c’était-elle endormit.? Jamais elle ne s’était autant sentit épuisée que la veille, mais heureusement tout était revenu dans l’ordre. Ali’ jeta un coup d’œil à son devoir, puis lâcha une grimace. Elle n’avait pas écrit autant qu’elle l’aurait voulu, mais s’il n’y avait pas eu cette horloge, ce Peeves et ces blagues, sans doute serait-elle rendu plus loin, voir même l’aurait fini. Malheureusement, le cours était dans deux heures. Hors de question de le raté, cela ne ferrait que fâché sa grand-mère qui finirait tôt ou tard par le savoir. Et jamais elle n’aurait eu l’idée de faire du mal à sa grand-mère intentionnellement. Tant pis, elle devrait se contenter de se maigre et affreux devoir.
Revenir en haut Aller en bas
 

Page blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit