AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Muse; Like a rainbow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
    « The prodigal daughter » muse



▌Citation :

«Notre vie est un livre qui s'écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l'auteur.»

▌Clan : Plus de libertés, moins de contraintes.
▌Âge : 18 ans (25 avr.)
▌Année : 9ème année.
▌Maison : Serdaigle.
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Les 7 nains tu connais ? Imagine le mélange entre prof et joyeux, ça t'aideras.
▌Responsabilité : Cela fait 3 ans qu'elle refuse le poste de préfète.
▌Poste au Quidditch : A choisi d'être remplaçante.

▌Crédit(s) : (c) fae

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Muse; Like a rainbow.   Dim 14 Mar - 16:12


(c) Talkin' Smooth

Nom: Steaworthy.
Prénom(s): Muse, April.
Age & Année : 18 ans & 8ème année.
Date & Lieu de Naissance: Née le 25 avril 2013, à Londres.
Sang: Mêlé, du fait du grand-père du côté paternel. Son père est un sorcier éléveur de fléreurs et sa mère une moldue professeure de danse. La sœur de sa mère, sa tante donc, est une cracmole.
Maison : Serdaigle.

DÉTAILS

Orientation sexuelle: Hétérosexuelle.
Baguette Magique: En bois d'olivier, elle est nervurée, plus grande que la moyenne, claire et contient une fine plume de Vivet Doré (il s'agit d'un petit oiseau d'or et rond dont la capture est devenue réglementée - il était autrefois utilisé tel un vif d'or, ce qui réduisait considérablement son espérance de vie-, c'est une espèce protégée)
Balai: Elle a changé de balais en quatrième année, depuis elle ne l'a que très rarement utilisé dans le cadre des activités scolaires. Il lui sert pour quelques escapades quand elle est chez elle, ou bien alors pour tenir compagne à ses amis. Le plus souvent, elle l'utilise pour s'aérer l'esprit, elle aime être dans les airs, comme un oiseau... Cependant le Quidditch très peu pour elle.
Animaux: Un fléreur, le félin porte le nom de Lubis; et un chat de gouttière noir et blanc -vache- qu'elle a recueillit tout jeune portant le nom de Chaussette (c'est parce que pour le protéger du froid c'est le premier objet chaud qu'elle a trouvé en rentrant chez elle).
Forme du Patronus: Un vivet doré.
Forme de l'Epouventard: Une cage.
Futur envisagé: Aucune idée. Elle ne sait pas vraiment quelle voie elle devra choisir, tellement de choses l'intéressent qu'elle aimerait bien les étudier toutes. Peut-être finira-t-elle chercheuse au Ministère, ou bien luttera-t-elle contre les maladies ou les malfrats. Ou encore reprendra-t-elle l'affaire de son père.

Spoiler:
 

_____________________________________

      « Courrons dans les forêts d'or et de lumière
      Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
      La terre nous offre ses trésors, ses mystères
      Le bonheur, ici-bas, n'a pas de prix. »



Dernière édition par Muse A. Steadworthy le Sam 15 Mai - 22:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t3154-muse-like-a-rainbow http://cracbadaboum.keuf.net/t3245-boite-de-muse http://cracbadaboum.keuf.net/t3227-muse-which-one-is-she#55598 http://cracbadaboum.keuf.net/t2673-anneso-eloise-maureen-miranda-muse-synthia
avatar
    « The prodigal daughter » muse



▌Citation :

«Notre vie est un livre qui s'écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l'auteur.»

▌Clan : Plus de libertés, moins de contraintes.
▌Âge : 18 ans (25 avr.)
▌Année : 9ème année.
▌Maison : Serdaigle.
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Les 7 nains tu connais ? Imagine le mélange entre prof et joyeux, ça t'aideras.
▌Responsabilité : Cela fait 3 ans qu'elle refuse le poste de préfète.
▌Poste au Quidditch : A choisi d'être remplaçante.

▌Crédit(s) : (c) fae

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Re: Muse; Like a rainbow.   Dim 14 Mar - 16:24

Dans la salle commune des Serdaigle, posé sur le lit d’une jeune demoiselle, repose un livre. Il s’agit d’un petit cahier ressemblant étrangement à un journal intime. Sa couverture est faite d’un cuir noir et la reliure d’une ficelle d’or afin de toujours pouvoir ajouter des feuilles, ou bien alors en enlever. Un chat bicolore vient de sauter sur l’édredon, sa patte s’accrochant à la couverture… Le cahier est ouvert.
« Bonjour, je suis un Livre des Souvenirs, et j’appartiens à Muse April née Steadworthy. Je suis un objet enchanté dont la mission est de garder la vie au jour le jour de ma maîtresse. J’ai une personnalité qui m’est propre et une manière de conter les histoires différentes des autres Livres de mon genre. Comme nos propriétaires nous sommes tous uniques en notre genre. De sorte que nous puissions accomplir notre tâche comme il se doit, il suffit à la personne à laquelle nous appartenons de nous effleurer pour que tout ce qui a bien pu se passer après sa dernière visite s’inscrive en nous.
Voici donc l'histoire de Muse actuellement jeune fille de 18 ans étudiante à Poudlard, l'école de Sorcellerie de Grande-Bretagne. »
Une porte s'ouvre, laissant entrer une petite brune. Elle se précipite sur sa table de chevet pour y prendre un livre qu'il lui faudrait rendre à la bibliothèque avant la tombée la nuit. Dans son engouement, elle referme la porte avec force. Un courant d'air vient caresser les feuilles du carnet des Souvenirs, sous le regard curieux du chat dénommé Chaussette...
« La rencontre.
Une petite fille haute comme trois pommes a poussé la porte d'une librairie magique dans le centre sorcier de Londres. Elle avait les yeux gros comme des billes et s'ils avaient pu se transformer en cerise la fascination de la petite n'en aurait été que plus heureuse. Elle avait six ans et était passionnée par les livres, si bien que régulièrement ses parents l'emmenait faire un tour dans un endroit où l'on pouvait se procurer ce genre de bien. Notons bien que dans le souvenirs de la jeune Muse, les choses n'étaient pas totalement clair du fait de son jeune âge.
La demoiselle s'enthousiasmait à travers les étalages, jusqu'à ce que ses yeux noisettes se posent sur des livres bien étranges. Ils dégageait la même chose que le bout de bois de ses parents, autrement dit de leur baguette magique. On lui expliqua de quoi il en retournait, et rapidement elle fut séduite par le principe de ces livres enchantés. Après avoir passé pratiquement trente minutes à tous les observer, sans les toucher, il ne fallait surtout pas les effleurer tant que l'on était pas certain de son choix, elle prit le troisième de la pile gauche. Ce fut LA rencontre. Le contact était établit.
Ce livre Muse, tu le sais, c'était moi.
Une fois rentrée chez elle la petite fille introduisit une mèche de ses cheveux bruns, humant la vanille, dans la couverture du livre. Le pacte était désormais scellé. A partir de cet instant, les pages du début s'écrivirent d'elles-même sous le regard ébahi de sa désormais propriétaire. Se mettaient en place les souvenirs marquants qu'elle avait en mémoire. »
Trois élèves font irruption dans la chambre et s'installent sur le lit d'une d'entre-elles. Elles commencent à papoter, puis les rires envahissent la pièce, bien vite les coussins entrent dans une bataille effrénée. L'un d'eux atterrit sur un lit voisin, dérangeant le chat qui y trouvait du repos...
« Poupée d'un autre genre.
Tu as deux ans et aujourd'hui tu as eu la peur de ta vie. Tu as été réveillé le matin par des bruits que tu ne connaissais pas, tu as entrouvert la porte de ta chambre et vu ta maman partir avec d'autres personnes.
La jeune Muse fut emmenée par son père à l'hôpital Sainte Mangouste. On la plaça à la garderie. Là-bas, on la mit devant une maison de poupées.
Tu as fait la grimace, n'ayant jamais vraiment aimé jouer avec ces choses là.
Le père de l'enfant vint la prendre dans ses bras le visage suant rempli de bonheur. Ils traversèrent tous les deux un long couloir blanc, puis poussèrent une porte battante, là où maman les attendait quelque chose dans les mains.
Tu regardas la poupée que tu n'avais pas eu le temps de lâcher. Maman avait, elle aussi, une poupée. Dans un élan d'égoïsme enfantin tu te demandas si elle te la prêterait. Ce souvenir dans ton esprit, c'était la naissance d'Edwina ta petite sœur. »
La bataille terminée et l’heure de remplir leur ventre affamés arrivée, les filles récupérèrent tous leurs projectiles. En prenant celui sur le lit occupé par le chat battant de mécontentement sa queue, la blondinette fit se tourner les pages du livre…
« - Eeeeed’, descends on va être en retard le train n’attend pas, ce fut la première phrase que tu prononça à ta petite sœur pour ce jour de rentrée. Pour toi c’était du déjà vu mais pour elle c’était une grande première. Elle t’avait rejoint dans le hall de la maison.
- Voilà ce que dirait maman : Mademoiselle Edwina ce n’est pas sérieux, vous avez vu l’heure à laquelle vous vous êtes levée !
- Belle imitation, elle est où d’ailleurs ?
- Elle est partie tôt ce matin un problème avec une costumière, donc t…
- Taxi, génial, tu sentais bien que pour cette journée importante elle était énormément déçue de son absence.
- Et voilà ce moi je vais dire : Envie de pancakes ? Tu en as plein dans cette petite boîte, je les ai préparé ce matin. Bon j’avoue je les ai un peu oublié quand j’ai du utiliser le téléphone, mais je t’assure qu’ils sont mangeables. Tiens,, c’est avec suspicion qu’elle prit son petit-déjeuner, oh allez fais pas cette tête. Regardes on va être que toutes les deux. Tu en as de la chance ! Allez prends tes valises.
- On arrive quand ?, te dit-elle d’un air complice.
- A la gare il nous faudra dix minutes, après il y a deux petites heures train pour arriver à l’école. Vous avez mis vos valises dans le coffre de la voiture.
- Et on fait comment à la gare ? , les portes arrières claquèrent.
- A la gare de King’s Cross s’il vous plait. Je t’expliquerais tout, tu verr…. »
Un animal resté caché en dessous d’un lit durant la période de mouvements fit son apparition. Il avait de grandes oreilles, une démarche féline et fière et une queue de lion. Il sauta allégrement sur le lit de sa maîtresse, balayant de la queue le livre. Retour en arrière…
« Tu as eu cinq ans il y a deux jours, et pour ton anniversaire ton ami de l’école et petit ami il faut bien l’avouer n’avait pas pu venir te retrouver. Tu avais donc passé la journée chez lui pour rattraper ce temps perdu. Vous étiez mignons tous les deux, et très différents déjà. Tu sautillais un peu partout, essayait d’attraper des faons, car ils élevaient des faons, tu as appris plus tard ce que c’était pour leur bois, pendant que lui t’observais courir comme une véritable petite furie.
Comme tu avais vu faire tes parents, ce jour-là au lieu de faire un gros bisou sur sa joue tu lui en avais fait un sur la bouche. C’était la première fois, et ce serait la dernière, parce que trois jours après ce n’était malheureusement plus ton petit copain. Malgré le f… »
Lubis ne trouvant pas de place sur le lit, en fait il voulait celle du chat, se mit à tourner nerveusement sur le lit, les pages du livres se tournant une fois en avant, une fois en arrière…
« - Oh excuses moi je ne regardais pas où j’allais.
- Muse c’est ça ?
- Heu oui, on se connait ?
- Je t’ai entendu chanté dans la salle des trophées l’autre jour…, tu te souvins que c’était le jour où tu avais décidé de la remettre en neuf, la poussière t’obsédant.
- Oh je.. Attend faut que je t’explique, j’éta…
- Je m’appelle Ludvig.
- Enchantée Ludvig, tu… »

« Malgré le faon qu’il t’avais symboliquement offert. Cependant Alphaïce demeura et demeure toujours ton ami d’enfance. Ce n’était qu’une histoire d’enfants et ell… »

« - Ed tu vas bien ?
- A ton avis ?
- Je ne savais pas que maman dirais ça pour ta maison.
- Elle dit toujours ça Muse, ouvres les yeux.
- Je suis désolée.
- J’ai cours. On se vo… »
Le chat capitula, non sans manifester son grand mécontentement, et s’en alla s’installer au pied du lit, pendant que le fléreur prenait sa place, encore chaude. On aurait presque pu voir briller au coin de ses iris de la satisfaction.
« Ma sorcière bien aimée.
Tu étais assise sur le canapé du salon, avec le reste de ta famille. Il y avait tes parents, ta sœur et tes grands-parents. Comme tous les premiers week-ends du mois, vous étiez tous réunit parler de la pluie et du beau temps. Bien sûr, tu faisais plus écouter que participer, mais disons que par instants tu trouvais cela intéressant. Malheureusement ces instants étaient rares et courts. Alors bien souvent tu laissais ton esprit partir ailleurs, et là tu t’imaginais un monde où l’ennui n’existait pas. Les images dans ton esprit se firent de plus en plus précises, si bien que tu finis par en rire doucement. Ton rire prit de l’ampleur. Il ne parut pas étrange aux yeux de tes proches, du fait que le grand-père venait juste de terminer une blague et que tout le monde y allait de bon cœur. Mais toi tu continuas de rire. Cela amusa d’abord les adultes, puis ils commencèrent à remarquer que les verres qu’ils tenaient dans leurs mains semblaient s’agiter. Tu n’avais pas conscience de ce phénomène puisque les larmes commençaient à perler sur tes joues rosées. Puis les verres cessèrent de cliqueter contre les bagues. Tu levas les yeux au plafond, vers ton ciel imaginaire.
Un immense arc-en-ciel était dans le salon de ta maison. Tu te mis debout pour apprécier la voûte. Incroyable c’était comme dans ton monde imaginaire. Il y avait un arc aux milles couleurs au dessus de ta tête. Et ce mirage, c’était toi qu’il l’avait crée. C’éta… »

« … à part. Tu es une sorcière Muse et tu seras une bonne sorcière, furent les paroles de ton père. Il t’expliqua par la suite, tout ce qui en découlait, et c’est avec beaucoup de fierté qu’il te dit que tu ferais de la très belle magie.»
Muse entra dans la salle commune. Elle profitait de sa pause de midi pour venir s’allonger un peu. Elle avait mal dormi la veille et n’avait toujours pas récupéré. La Serdaigle s’assit sur son lit, caressa Lubis sous le regard jaloux du chat, et prit son livre un doux sourire sur les lèvres. Elle se mit à le feuilleter, comme elle aimait bien le faire…
« - Je sais ce qu’on va faire. C’est marrant et j’aime bien.
- Hum ?
- Si dans dix ans nous je n’ai pas de petit ami, et si toi tu n’a pas de petite chérie, et bien on aura qu’à être que tous les deux. », tu avais trouvé cette idée dans un livre que tu avais lu la veille, comme tu pensais cela très mignon du haut de tes huit années de vie, tu avais voulu faire pareil avec ton meilleur ami.
- Promis ?
- Promis, as-tu conclu dans un sourire radieux tout en sautant dans ses bras, vous faisant tomb…. »
La jeune fille sourit devant sa candide naïveté. C’est vrai qu’elle en avait fait des choses parce que c’étaient écrit dans des livres, ou bien qu’elle avait vu les grands le faire. Elle avait toujours voulu essayer de copier ce qu’elle voyait. Jusqu’à ce qu’elle en ait marre et qu’elle décide de faire tel quel le voulait, elle. Parce que la vie n’est pas comme dans les livres. Sauf la sienne. Il y avait un livre qui était comme sa vie, et ça, c’était inestimable.
« Tu viens de rompre avec Ludvig, et je sens que tu as le cœur serré. Tu te sentais vraiment bien avec lui, pourtant il avait finit par manquer quelque chose. Tu te demandes si c’est le temps qui te l’as volé ou bien si tu n’y avais pas fait attention dès le début. Quoiqu’il en soit, tu penses que c’est une bonne chose malgré tout. De plus, ce n’était pas comme si, vous aviez décidé de tout arrêter à cause d’une dispute. Commun accord. Il fallait se rendre à l’évidence, la magie du premier amour, du premier baiser et de la première fois n’opérait plus. Elle s’était envolée avec les jours. Heureusement tu peux compter sur tes amis, et tu as déjà le sourire aux lèvres. Virgilio a passé l’après-midi à essayer de te le redonner, je le remercie pour nous deux, bien qu’il ne lira jamais ses lignes. Ce sera un des nos nombr… »
Ses lèvres s’agrandirent à nouveau. Elle aimait beaucoup ce livre. Au fur et mesurait qu’elle avait muri, elle avait pu noter un changement d’écriture venant de la part livre. C’était comme si, il la comprenait de mieux en mieux. Comme si, ils étaient tellement intimes, qu’il aurait presque pu être elle. D’une certaine manière, elle considérait ce livre comme un véritable ami, une personne à part entière, car il lui remontait le moral, il lui offrait de joyeux quart-d’heure de rigolade et elle n’avait pas de comptes à lui rendre. Ce qui en soit, n’était pas si mal, c’était la plus étrange des relations qu’elle entretenait, quoique maintenant qu’elle y repensait, il y avait cette June de Serpentard qui se plaçait également à cette place. Elle aimait beaucoup cette fille, fait d’autant plus étrange qu’elles ne se parlaient que très peu. Pourtant, s’il devait lui arriver un quelconque incident elle ferait tout pour l’aider. En passant de la présence et l’oreille attentive à la recherche de la cause de ses problèmes, quitte à hausser le ton s’il le fallait.
« Le lendemain de la découverte de tes dons de sorcière. Ton père décida que tu avais le droit de l’accompagner nourrir les animaux avec lui. Heureuse comme tout, tu avais même fait deux petites couettes avec tes cheveux, qui maintenant que tu es plus âgée je peux te le dire, étaient beaucoup trop hautes. Tu n’avais jamais eu le droit de venir avec lui, et il n’avait jamais vraiment précisé pourquoi. Quand tu vis arriver vers toi une tripotée de choses à l’apparence de chats mais avec des oreilles beaucoup plus grandes que la normale et une queue comme celle des lions, tu compris pourquoi. Papa est en réalité éleveur d’animaux magiques, et il est un des fournisseurs de magasins spécialisés dans la vente des animaux.
Bien sûr, sur le chemin du retour, il te dit que tu ne devais rien dire à Edwina. Un secret que l’on t’obligea à garder jusqu’à ce que ta sœur fasse ses preuves en tant que sorcière. A partir de ce mot là, les animaux allaient où bons leurs semblaient. Alors qua…»
Muse tourna à nouveau les pages, mais vers l’avant cette fois-ci.
« … rentrait. Elle avait finalement terminé ses cours plus tôt. Ce qui n’était pas bon signe, car quand c’était le cas, cela voulait dire qu’elle s’était froissée un muscle, bloqué un os, ou bien encore tordu le poignet ou la cheville. Tu te précipitas dans l’entrée. En effet, ta mère avait un bandage à la main droite, mauvaise réception lors d’un saut. Tu pris toutes ses affaires, et l’installa dans la cuisine. Il n’était pas question qu’elle bouge le petit doigt, tu lui avais même dit, ce soir la maman c’est moi. Alors pendant que tu préparais le repas, elle te racontait ses histoires de cours de danse, et surtout de ses élèves. Tu aimais bien écouter ce qu’elle faisait de ses journées, car ta mère n’était pas comme vous trois, elle n’avait pas de pouvoir magique. Ce qui expliquait pourquoi toi et Edwina vous aviez été élevé comme des enfants moldus. Le tem… »
La jeune femme fronça les sourcils lorsqu’elle vit les mots disparaître sous ses yeux. Jusqu’à ce que l’écriture manuscrite du livre se trace à nouveau.
Tu vas être en retard Muse.
Elle ria toute seule dans le dortoir, faisant sursauter les deux félins, et referma le livre avant de le ranger dans sa table de chevet. C’est en se remettant de cette folie passagère qu’elle quitta sa salle commune et se rendit en cours.

_____________________________________

      « Courrons dans les forêts d'or et de lumière
      Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
      La terre nous offre ses trésors, ses mystères
      Le bonheur, ici-bas, n'a pas de prix. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t3154-muse-like-a-rainbow http://cracbadaboum.keuf.net/t3245-boite-de-muse http://cracbadaboum.keuf.net/t3227-muse-which-one-is-she#55598 http://cracbadaboum.keuf.net/t2673-anneso-eloise-maureen-miranda-muse-synthia
avatar



▌Crédit(s) : Fae

MessageSujet: Re: Muse; Like a rainbow.   Sam 15 Mai - 22:50

"Un esprit pointu et diffus que voilà,
Je vois des livres et des rires,
Tu t'épanouiras chez,

Serdaigle !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Muse; Like a rainbow.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Muse; Like a rainbow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? ::  :: «Let the Sorting Hat decide your destiny.» :: Felix Felicis :: Ravenclaw-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit