AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il y a comme un souci...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Indeed addict !


▌Citation : Indeed !
▌Clan : Le pouvoir mène au succès.
▌Âge : 30 ans, et pour longtemps !
▌Année : Fantômatique
▌Ancienne maison : Gryffondor
▌Sang : Pur
▌Humeur : Maléfique
▌Emploi : Fantôme...
▌Crédit(s) : Fae

MessageSujet: Il y a comme un souci...   Lun 28 Juin - 15:26

Un jour qui semblait comme les autres, James éternel fantôme errait sans but dans le château. Il avait un temps terrorisé et instauré un certain chaos au sein de l’établissement, mais cela ne l’amusait plus comme avant. Sa haine envers les vivants était atténuée. Depuis il errait, maussade, hantant des couloirs peu fréquentés pour éviter de croiser trop de monde, lui qui d’habitude adorait qu’on le remarque et qu’on le regarde. Quelques temps auparavant il se serait moqué d’un revenant agissant comme il le faisait maintenant, mais les choses changent et ce fantôme en était bien la preuve. Cependant quelque chose d’étrange se produisit, il eut quelques somnolences, un fantôme ne dort pas comme une vraie personne vivante, mais en souvenir des nuits passées il peu somnoler. Rien de réparateur ni de revigorant la dedans, c’est impossible pour un mort. Quoi qu’il en soit, il eut subitement l’impression d’avoir les paupières lourdes et ne pouvant lutter contre la force qui l’endormait, il se laissait aller et assoupi.

À son réveil, quelques instants après il lui semblait, quelque chose avait changé. Ouvrant les yeux rapidement, il sentit ses paupières s’ouvrir et de la lumière et des visages entrèrent dans son champ de vision. Il respira un grand coup et là il comprit que décidément il y avait quelque chose d’étrange. Il se sentait peser au sol, il sentait la gravité exercer une influence sur lui, il sentait l’air affluer dans ses poumons, mieux, il avait besoin de respirer pour rester en vie. Tout de suite il eut envie de croire qu’il n’était jamais, il avait peut-être fait un coma à cause de sa blessure mais il était vivant ! Seulement les visages qui l’entouraient, ceux de jeune filles tout à fait charmantes au passage, ne lui rappelait personne de son vivant, leur façon e s’habiller dénotait totalement avec le style régence, en réalité, il était bel est bien mort depuis longtemps, mais alors, pourquoi toutes ces sensation de vie, pourquoi ces jeunes filles autour de lui, dont les visages inquiets lui réchauffaient le cœur, cœur qui d’ailleurs battait merveilleusement dans sa poitrine, pourquoi toutes ces impressions ?

Il était encore un peu sonné par ce nouveau monde de sensations, après tout c’était comme s’il naissait à nouveau et qu’il redécouvrait ce qu’était la respiration, les battements de cœur, la pesanteur, la vie quoi. Comme une deuxième naissance. Alors, il ne comprenait pas encore ce que les jeunes filles lui disaient, il les voyait parler, mais il profitait encore d’un peu de répit pour sentir la vie affluer en lui, comme son sang chaud qu’il sentait pulser dans son corps. Il n’était plus une âme vaguement visible, non, il était un corps, en chair et en os. Le bourdonnement dont il comprenait de plus de mots lui indiqua que quand même, maintenant qu’il était de retour dans le monde des vivants il fallait qu’il s’exprime et qu’il socialise un peu. Alors, souriant de toutes ses dents en un sourire qu’il voulait charmeur, il dit aux jeunes filles dont il connaissait le visage mais à qui il n’avait jamais parlé : « Enchanté de vous connaître ! » Bizarrement, au lieu de les faire toutes chavirer, il est vrai que sa voix lui avait semblé étrange, mais après un évènement qui permet de vous faire revenir à ma vie, c’est bien normal de ne pas posséder toutes ses capacités, il vit les demoiselles le regarder étrangement, comme s’il ne comprenait pas ce qui se passait alors qu’il aurait du. Fronçant les sourcils devant leur réaction, il s’apprêta à parler quand l’une d’elle intervint : « Alizée, tu ne nous reconnait pas ? » Alizée ? Depuis quand il s’appelait Alizée ? Oh peut-être que cette horrible rumeur qui courait et qui disait qu’en réalité il était un travesti avait peut-être fait du chemin, peut-être que maintenant on avait dit qu’il s’appelait en réalité Alizée. Au moins les langues de basilique qui avaient lancé cette rumeur avaient trouvé un joli prénom, bien qu’il ait une consonance française, ce qui ne serait jamais passé de son vivant, car la France était la grande ennemie de la Grande-Bretagne, donc porter un prénom français était déjà se faire détester par les bons sujets anglais. Mais bon, on ne pouvait pas demander non plus à ceux qui lançaient les rumeurs de se renseigner un minimum sur leurs victimes… Voulant éclaircir cette sombre histoire de rumeur, James déclara : « Que ce soit bien clair, j’ai toujours été un garçon ! Les femmes que j’ai fréquentées pourront vous le certifier ! » Il dit cela avec une œillade vers la plus jolie des jeunes filles, maintenant qu’il avait un corps, il allait en profiter !

Encore une fois, ce fut interrogation et stupeur sur les visages des jeunes filles. Quand même, il ne pouvait pas avoir perdu totalement son charme ! Même en fantôme il avait réussi à séduire une jeune fille. Bon il avait fait l’erreur de tomber amoureux, mais maintenant on ne l’y reprendra plus, il allait profiter de son physique pour apprendre un peu plus à la gente féminine comment prendre du plaisir ! Il voulu quand même vérifier son apparence, peut-être qu’il avait un peu changé et que c’était pour cela qu’elles ne comprenaient pas, il regarda alors son torse. Tout de suite il vit qu’il y avait un petit problème, il avait une poitrine. Certes, certaines de ses connaissance masculines auraient rêvé posséder une poitrine féminine, mais tout de même, comment il allait plaire aux filles avec ça ! Puis il se relava légèrement et vit qu’il était habillé en fille des pieds à la tête et qu’il avait tout pour faire une vraie fille. Devant son regard effrayé, une des jeune filles eut l’idée de sortir un miroir de poche et de le tendre à James en disant : « Mais regarde, c’est toi Alizée ! » Il regarda, en effet, cela pouvait bien être Alizée, car il n’y avait rien du James Brandon qu’il connaissait dans ce reflet.

Paniqué il se relava, tout d’un coup il n’avait plus envie de séduire toutes les filles qu’il rencontrait sur son chemin alors que cela reflétait tout se même sa nature profonde de séducteur. Il ne comprenait plus ce qu’il se passait et il avait besoin d’une explication. Il se reconnaissait maintenant, Alizée, une jeune fille de Gryffondor, mais pourquoi était-il dans ce corps ? Il y avait eut un échange, ou seulement étant devenu une âme vagabonde inutile, sa forme ectoplasmique avait disparu, laissant son âme qui avait trouvé refuge dans le corps de cette jeune fille ? Avec la magie qui rôdait à Poudlard, les deux solutions étaient probables, mais pas très rassurantes. Du moins, surtout pour l’une d’entre elles. Préférant oublier que de tout ce qu’il avait été il ne restait plus que cette sorte de conscience dans le corps d’un autre, il se leva et fit quelques pas. Les jeunes filles effrayées autour de lui ne l’aidaient pas à se calmer, alors il dit, avec la voix d’une jeune fille : « Je crois que je vais aller prendre l’air un instant. » Les laissant s’interroger sur cet étrange comportement, il s’écarta d’elles et se dirigea assez difficilement vers un couloir un peu moins fréquenté. Alors que d’habitude sous sa forme spectrale, un couloir vide lui suffisait, là il sentait qu’il devait aller réellement prendre l’air. Dirigeant toujours avec un peu de mal son corps, il fallait dire qu’il n’avait plus l’habitude, il emprunta enfin la grande porte. Il pensa que quand même, le chemin est plus long quand on est obligé de passer par des portes.

Respirant enfin un air plus frais, il se senti mieux. Après tout, il était bien prêt à avoir le corps d’une jeune fille pour profiter du vent frais et de la douce chaleur du soleil sur la peau. Il voyait le parc du château sous un autre jour, pouvoir sentir le parfum des fleurs, l’humidité provenant du lac et le sol sous ses pieds, cela l’enchantait. C'était grisant. Maintenant que l’étonnement était passé, son esprit plus pratique, et toujours aussi séducteur prit le dessus. Il faut dire qu’il venait d’apercevoir le jeune Seth Fox, un gryffondor qu’il avait prit en affection, mais qui était un peu trop coincé concernant les filles. Comme il avait le corps d’une jolie jeune fille, et que ce garçon méritait une jolie jeune fille, il allait voir si ses armes de séduction, qui fonctionnaient d’habitude sur les filles, allaient fonctionner sur un garçon. Et puis, peut-être que le jeune garçon prendrait un peu plus confiance en lui et qu’il allait enfin profiter des jeune filles en fleur qui foisonnaient à Poudlard. Bien évidemment, il n’avait en aucun cas l’intention de faire quoi que ce soit avec le garçon, James en était convaincu, il aimait les filles et rien au monde ne lui fera changer d’avis. Il trouvait d’ailleurs cela bien étrange qu’un garçon aille voir un autre garçon. Mais bon, là, il était obligé, il voulait sincèrement aider le jeune homme à profiter un peu de la vie, alors il alla au devant de lui, prêt à sortir toutes ses armes de séduction massive, bien déterminé à faire chavirer les cœurs.

Marchant d’un pas conquérant, il allait au devant du jeune homme, puis se souvenant qu’il était une fille il essaya d’avoir l’air un peu plus élégant, il marcha un peu plus doucement, mais ne quitta pas un instant des yeux le jeune homme devant lui, il voulait qu’il le remarque et surtout qu’il voie qu’il était venu lui parler. Il avait vu que le visage d’Alizée était plutôt doux, parfait pour Seth, il afficha un sourire avenant et alluma des étoiles dans ses yeux. Peut-être que le mode "étoiles dans les yeux" ne fonctionnait pas avec ce corps là, mais l’intention y était. Arrivé près du jeune homme, il s’étonna de ne pas le voir rougir de timidité, mais après tout peut-être qu’il était dans le corps de la jeune fille qui lui donnait enfin confiance en lui, décidément la vie était bien faite !

« Salut, je suis Alizée, on s’est déjà vu dans la salle commune des Gryffondor. Je suis contente de t’avoir vu aujourd’hui, ça fait un moment que j’ai envie de venir te parler. »

Et voilà, connaissant la bête que j’avais en face de moi, tout en lui devait s’agiter. Ah, qu’est-ce que c’était bon d’avoir un corps et de s’en servir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il y a comme un souci...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? ::  :: «Outside» :: Parcs-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit