AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'orgasme professionnel selon Harris;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



▌Âge : 32 ans
▌Ancienne maison : Serdaigle.
▌Sang : Impur
▌Humeur : Obsédée.
▌Emploi : Emboîteur de papy.

MessageSujet: L'orgasme professionnel selon Harris;    Mer 4 Aoû - 20:18

    Ce serait le dernier. Ne pas la surmener, du moins pas trop tôt. Il ne fallait pas que j'oublie la dizaine de bouquin que je lui avait déjà fait parvenir durant la semaine. Je ne me faisais aucune illusion, elle n'aurait pas eu le temps de tous les étudier, encore moins d'en assimiler totalement les théories gravées à même le parchemin vieilli par les ages. Le simple fait d'en retenir les plus importantes avec un tant soit peu de précision suffirait à me bluffer. Après tout, ce n'était qu'un stage. Pas une formation à proprement parlé, juste une possibilité de découvrir cet univers impitoyable qu'est Ste-Mangouste. Un univers oscillant entre rivalité exacerbée et jalousie maladive, le plus souvent, tout simplement invivable la plupart du temps. Je ne saurais pas même dire avec certitude si elle en a les épaules. Peut-être suis-je seulement sur le point d'introduire un doux agneau dans un monde régit par les loups.
    Je quittais mon bureau, me levant ainsi de ce siège si peu confortable que je ne pouvais me résoudre à troquer contre l'un de ces sublimes fauteuils de velours qui égayaient le reste de ma demeure. C'était uniquement ce confort précaire qui me tenait éveillé lorsque mon esprit était amené à se pencher sur un dossier à l'intérêt et l'importance douteuse. Je posais négligemment le livre que je tenais encore en main sur la pile formée par ses semblables avant de me diriger d'un pas lourd vers le bar.
    Quelques instants plus tard, j'étais paisiblement installé à même le velours, un verre de ce merveilleux scotch que m'avait offert Sean à la main. Je fondais tant d'espoir en elle que j'avais la quasi certitude de me tromper de cheval; c'était trop simple. Alors pourquoi pouvais-je sentir cette petite flamme en moi? J'avais seulement pris goût à l'enseignement, ou c'était elle qui me donnait envie de croire à une déesse de la médecine plus grande que moi?
    Mes yeux rivé sur le récipient de verre, j'observais le liquide ambré d'un regard vague. De toute façon, je serais vite fixé. Le fil rouge de ce stage serait Barton, Elisha Barton. On m'avait prévenu dans la journée qu'elle avait été placée en chambre stérile, que son état ne faisait que s'aggraver... Et ce sans que je puisse trouver une simple piste pouvant me mettre sur une quelconque voie. Elle restait un mystère, pour moi comme pour les autres incompétents de cet hôpital. Rien de ce que j'avais pu mettre en œuvre ne c'était révélé efficace, dois-je préciser qu'il n'y avait pas plus frustrant? Je suis Dieu, j'ai le pouvoir de vie et de mort sur mes patients. Seulement, quand on m'enlève ce pouvoir que me reste-t-il?
    J'avalais d'un trait le contenu de mon verre, non sans esquisser une faible grimace lorsque le liquide vint à me réchauffer douloureusement l'œsophage. C'était un test à la hauteur d'une future divinité, elle aurait le temps du stage pour tous nous mettre sur la voie. Un peu de sang-neuf ne peut pas faire de mal...

    Je jetais un bref coup d'œil à ma montre. Le rendez-vous était fixé à sept heures du matin, devant la porte de mon bureau. Soit dans trois petites heures. Ne dit-on pas que la nuit porte conseil? Morphée prend-moi, je suis tout à toi.



Que le stage commence;

Bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    « The prodigal daughter » muse



▌Citation :

«Notre vie est un livre qui s'écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l'auteur.»

▌Clan : Plus de libertés, moins de contraintes.
▌Âge : 18 ans (25 avr.)
▌Année : 9ème année.
▌Maison : Serdaigle.
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Les 7 nains tu connais ? Imagine le mélange entre prof et joyeux, ça t'aideras.
▌Responsabilité : Cela fait 3 ans qu'elle refuse le poste de préfète.
▌Poste au Quidditch : A choisi d'être remplaçante.

▌Crédit(s) : (c) fae

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Re: L'orgasme professionnel selon Harris;    Mar 24 Aoû - 19:01

Ca y’est le grand jour était arrivé. Cela faisait déjà une semaine qu’elle s’imaginait ce moment. Une semaine qu’elle était une véritable petite boule de nerf au sein du foyer Steadworthy. Etrangement, elle avait vu se multiplier les maladresses tellement elle était absorbée par ce qu’elle devait lire et mémoriser. Bien que le docteur Harris ne lui ait pas explicitement dit qu’elle devait connaître les ouvrages sur le bout des doigts, mais disons que le « ne me décevez pas » en guise de paraphe de sa lettre avait eu sur la jeune fille le même effet. Alors elle s’était mise à la tâche avec l’ardeur qu’on lui connaissait lorsqu’il s’agissait d’apprendre. En soit, cela ne lui déplaisait. Surtout qu’elle n’avait jamais vraiment pris le temps de se pencher dans le domaine du médical et du diagnostic. Rien qu’en ayant achevé le premier bouquin, elle s’était surprise à apprécier cela. Analyser, regarder, déduire. C’était très intéressant, elle ne pouvait le nier. Cependant, il n’était pas dit qu’une fois là bas, elle trouve le tableau toujours aussi idyllique. Premièrement c’était le monde du travail. Certes, il avait présenté cela comme un stage s’étalant sur l’ensemble du mois de juillet, mais elle n’était pas née d’un troll. Puisque deuxièmement, il ne fallait pas négliger que la personne lui ayant proposé cette affaire n’était autre que Gavin Harris. Et que par moment elle ne comprenait pas très bien, et d’après ce qu’il se disait il était difficilement compréhensible. Bien des élèves utilisaient le qualificatif de tordu nombriliste. Troisièmement, si elle n’y avait jamais prêté une grande attention, il fallait dire qu’elle avait pu observer de la part de ce dernier des comportements pour le moins étrange lors des heures de cours particuliers qu’il avait eu la bonté de lui donner. Disons qu’elle n’était pas tout le temps certaines de ses intentions, elle avait beaucoup de mal à le cerner, c’était comme si il s’était agit d’un personnage. Selon elle, il était distant tandis que dans la seconde d’après elle pouvait sentir l’envie que pouvait avoir ce dernier quant à sa progression. Mais encore une fois, tout cela se faisait d’une manière tellement peu commune pour la jeune fille. Elle qui était chaleureuse et sans cesse souriante elle avait parfois l’impression de ne pas se trouver dans son élément. Mais à la limite peu importait, tant qu’elle pouvait apprendre et se perfectionnait elle ferait tout pour s’adapter. Il fallait croire qu’elle s’en sortait plutôt pas mal sinon elle ne serait pas en train d’entasser les livres épais que lui avait fait parvenir le Docteur Harris afin de la préparer à l’occasion de ce stage. Elle comptait les emmener avec elle à Sainte Mangouste. Simplement au cas où. Et puis elle n’était pas non plus capable de réciter à la virgule prêt tous ces ouvrages. Personne ne pourrait le faire. Cependant, elle en avait mémorisé les points importants, et pour le reste, c’était comme pour la plupart des choses qu’elle voulait retenir, cela reviendrait dans le contexte approprié comme si elle l’avait toujours su.

Levée la première, ce fut seulement lorsqu’elle retourna dans sa chambre après avoir pris son petit-déjeuner qu’elle croisa dans le couloir sa sœur. « Salut Ed’ bien dormi ? », lui lança-t-elle en ouvrant la porte de sa chambre. Cette dernière lui répondit quelque chose de bien vague, ce qui poussa Muse à passer la tête par l’entrebâillement de la porte. « Il y a du jus de fruits pour te réveiller, je l’ai mis au frais en me levant. » Puis elle s’enferma dans sa chambre, quittant son costume de nuit pour enfiler ses sous-vêtements et la tenue qu’elle avait soigneusement préparé et plié la veille sur le siège de sa coiffeuse. Une fois convenablement habillée pour son stage, elle se dépêcha de ranger son pyjama, qu’elle plia lui aussi, et rangea derrière son traversin. De même, elle fit son lit au carré. La chambre de Muse était d’une propreté et d’un ordre manifeste. Mais si vous aviez le malheur de lui rendre visite et qu’il se trouve sur ses couverture le livre qu’elle était en train de découvrir, elle se perdrait dans un flots d’excuses à cause de relâchement qu’elle aurait potentiellement fait concernant le rangement. Un peu maniaque notre Muse, et c’était peu de le dire. Au moins, sa mère n’avait jamais eu de problème de ce côté-là avec sa fille. De manière générale, Muse n’avait pas donné beaucoup de fil à retordre à ses parents, sauf peut-être lorsqu’elle avait absolument voulu tester certains de ses sortilèges afin de s’assurer de leur perfection d’exécution…
Attrapant un pic à cheveux, la jeune fille enroula ses cheveux autour, afin de les surélever et de ne pas les avoir sans cesse dans son champ de vision, ce qui ne serait pas forcément pratique à la vue de la journée qui l’attendait. Une fois ceci fait, elle fit léviter son sac sur son lit, juste à côté de la pile de livres qu’elle avait emmené. En clin d’œil, les bouquins étaient dans le sac. Non, elle n’avait pas jeté de sorts aux ouvrages, ce n’était pas les siens elle ne se permettrait pas. C’était sa besace qui était particulière, un peu comme les tentes sorcières si vous voulez vous faire une idée plus précise. Sauf que là elle y avait ajouté un petit plus : son sac était aussi léger rempli que vide, un véritable avantage pour ses frêles épaules. Chaussures au pied, elle jeta un regard vers son reflet dans la glace, très bref, juste assez de temps pour se rendre compte qu’elle avait encore une trace de dentifrice séché sur la joue droite. Elle frotta sa peau tout en refermant la porte de sa chambre.

Juste avant de descendre dans la cuisine où elle se passerait un coup d‘eau sur la joue, elle gratta deux fois à l’entrée de la chambre d’Edwina avant de lui dire de derrière la porte. « J’ai fait des gaufres, c’est le plat sur la table. Je ne pense pas rentrer avant ce soir et papa est en Irlande. Bonne journée Ed’. »

Muse transplana jusqu’à St-Mangouste. Habituellement elle aimait prendre le temps de flâner dans les transports en commun, mais comme elle se rendait dans un lieu sorcier et donc magique, elle se doutait bien qu’il n’y aurait ni bus ni taxi pour l’y conduire. Et puis elle ne voulait surtout pas être en retard. D’une certaine manière, elle connaissait très bien la tendance qu’elle avait à papillonner lorsqu’elle croisait un arbre ou un oiseau. Une fois dans le hall de l’hôpital elle se trouva bien petite l’espace d’un instant. Il y avait tellement d’agitation autour d’elle qu’elle se demandait ce qu’elle faisait ici. Mais bien vite son impression disparu, elle avait confiance en elle, et de toute façon, s’il y avait bien une chose qu’elle avait appris par cœur c’était le plan de l’hôpital. Au moins, si elle devait faire des erreurs ce ne serait pas parce qu’elle se serait trompée de service ou bien de patient. Si patients elle devait voir. Car pour être honnête, elle avait accepté la proposition de stage que lui avait faite de Docteur Harris, mais elle ne savait pas du tout ce qu’il l’attendait, et ce n’était pas les livres
qui lui avait fait envoyer qui allait l’aider car ils traitaient des sujets bien différents.
Ainsi, elle s’engagea dans le dédale des couloirs blancs, tenant d’une main la lanière de son sac qui reposait sur son épaule. Pourvu qu’il soit dans son bureau pensa-t-elle lorsqu’elle se trouva au bon étage. Une fois devant porte, elle voulut regarder à travers les rideaux si il s’y trouvait mais rien ne laissait passer son regard curieux. C’est pourquoi elle frappa deux fois à la porte. Devait-elle entrer ? Non non. Elle ne voulait pas le déranger. Si cela se trouvait il était en pleine discussion avec elle quelqu’un.

_____________________________________

      « Courrons dans les forêts d'or et de lumière
      Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
      La terre nous offre ses trésors, ses mystères
      Le bonheur, ici-bas, n'a pas de prix. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t3154-muse-like-a-rainbow http://cracbadaboum.keuf.net/t3245-boite-de-muse http://cracbadaboum.keuf.net/t3227-muse-which-one-is-she#55598 http://cracbadaboum.keuf.net/t2673-anneso-eloise-maureen-miranda-muse-synthia
avatar
    synthia; disturbed
    malicious admin;



▌Citation :
«Méfiez-vous de tous ceux en qui l'instinct de punir est puissant»
Nietzsche

▌Clan : Le pouvoir mène au succès.
▌Âge : 19 ans. (7 août)
▌Année : 9ème année
▌Maison : Slytherin
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Solitaire
▌Poste au Quidditch : Poursuiveuse.

▌Crédit(s) : (c) fae

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Re: L'orgasme professionnel selon Harris;    Dim 17 Avr - 16:32

Suite à une discussion entre joueurs, ce sujet est clos.

_____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t22-synthia-grey http://cracbadaboum.keuf.net/t3020-boite-de-synthia http://cracbadaboum.keuf.net/t2120-synthia-lost-far-away http://cracbadaboum.keuf.net/t2673-anneso-eloise-maureen-miranda-muse-synthia
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'orgasme professionnel selon Harris;    

Revenir en haut Aller en bas
 

L'orgasme professionnel selon Harris;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit