AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 - Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
    « Crève en silence, ce sera plus beau. »


▌Citation :
Entre la folie et l'intelligence.
▌Clan : Avec moi-même, ça en fait moins à trahir.
▌Âge : 16 ans (15 juillet)
▌Année : 6 eme
▌Maison : Serdaigle
▌Don(s) : : Loup-Garou
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Dingue
▌Poste au Quidditch : Gardienne.


AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: - Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.   Mar 7 Déc - 21:14

Octobre est arrivé, sans que l'on ne puisse le contrôler, même pas moi. Pourtant, le monde sait que j'adore pouvoir tout contrôler, mais le temps je n'ai pas encore trouver de solutions pour l'arrêter. Je pince mes lèvres, énervée, mais c'est une habitude, pas vrai ? Tout est prétexte à m'énerver, et malgré le froid qui commence à s'installer dehors, je me décide à sortir de la grande salle, pour voir autre chose, espérer n'importe quoi de cette journée autre chose qu'encore travailler.

Cette pensée me fait sourire autant qu'elle m'insupporte, parce que ça va me ronger, de ne pas travailler, de savoir que dans tous les devoirs que j'ai déjà achevé, il doit y avoir des tas de choses à rectifier, améliorer, prouver encore et toujours que ce que moi je fais, sa frôler cette perfection inespérée qui fait sourire les professeurs, et réchauffe un tout petit peu mon cœur.

Je secoue le visage, et plante ma baguette dans le chignon de mes cheveux, sans savoir ou aller, j'essaie de calmer mon esprit déjà trop abimé. Je veux quelque chose de drôle, de léger, qui fasse oublier que je vais bien autant que je vais mal. Qu'aujourd'hui, est juste un Mercredi parmi des milliers. Je soupire, je hais ces journées, autant que je hais les idiotes d'un orphelinat qui ont eu l'idée de me nommer comme ça, faut être débile, n'est ce pas ?

J'avance à grands pas, sans savoir où je veux aller, je ne sais pas ou sais plus, laisse mes pieds me guider, parce que c'est toujours une bonne solution, ça, pour aller quelque part, je serai prête à le démontrer, s'il le fallait. Mes yeux finissent alors par se poser sur la rive calme du lac noir aux multiples secrets, j'expire lentement, contente d'avoir trouvé un endroit où m'arrêter. Je remarque aussi un autre élève au bord de ce semblant d'immensité, debout à regarder, je pince mes lèvres et m'assois tout à côté d'un grand brun à qui je crois n'avoir jamais parler. Et parce que j'ai envie de m'amuser, de changer de sujet dans mon esprit, et de tenter de trouver un nouveau pantin à ma liste détaillé, je lui lance avec une pointe de défi dans la voix ;

    - Je paris que t'es pas capable de sauter. Allez, juste pour rigoler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t2936-m-march http://cracbadaboum.keuf.net/t3447-boite-de-mercredi http://cracbadaboum.keuf.net/t3536-mercredi-march
avatar



▌Clan : Plus de libertés, moins de contraintes.
▌Âge : 18
▌Année : 8ème
▌Maison : Pouffsoufle
▌Sang : Impur

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Re: - Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.   Mer 8 Déc - 23:05

Le lac noir...le calme, la tranquillité. Tout ici respire la sérénité. Et pourtant, pourtant mon coeur se serre à la vue de toute cette étendue d'eau figée, presque morte. Le silence qui règne en ce lieu est morbide, et le vent s'engouffrant dans les arbres semble en emporter les feuilles dans une sorte de procession funèbre. Oui! L'eau me rappellera toujours ce terrible jour; même si je n'en ai pas peur, même si j'y plonge volontiers quand l'occasion m'en ai donnée, je garde en mémoire ce que l'eau m'a pris autrefois...et ne me rendra jamais!

Assis, contemplatif...il est si rare que personne ne se presse aux abords des saules jonchant le rivage. Le soleil est toutefois bien présent et l'ombre procurée par tout ces hauts branchages pourrait se révéler salvatrice pour la plupart des élèves se promenant dans le parc. Mais qu'à cela ne tienne, je suis très bien seul ici. J'ai tout le loisir de repenser au passé. Chose que je ne m'accorde que rarement. A quoi bon? Ressasser ne changera rien aux évènements passés, mais il est malgré tout parfois nécessaire d'entretenir le souvenir; ne serait-ce que pour ne pas l'oublier lui!

Que de temps passé dans cette école déjà. Que de choses vécus et partagés au sein de ma maison; ma seule et unique maison; celle dans laquelle je me suis enfin réellement révélé, loin de cette sordide ambiance familiale. Londres n'est désormais plus qu'une ombre enfouie au plus profond de mon âme. Âme bien plus dévastée que je ne le laisse entrevoir...possiblement en quête de rédemption. Au diable tout ces jeux auxquels je m'adonne et auxquels je continuerai à m'adonner du reste; la véritable souffrance que j'éprouve personne ne la connait, ne l'a même effleurée en dehors de ma soeur. Bien malin celui qui parviendra à lire sous mon masque de confiance.

Plongé dans mes pensées, je n'ai pas remarqué sur le moment que quelqu'un s'est assis à côté de moi. Ce n'est que lorsque celle-ci s'adresse à moi que je prend enfin conscience de sa présence. Une jeune femme qu'il ne me semble pas connaître. Blonde, terriblement mignonne et pas froid aux yeux apparemment. Au moins elle ne m'aborde pas en parlant simplement de la pluie et du beau temps. Voir même elle me défie, de façon amusée plus qu'autre chose. Et si j'étais dans le bon état d'esprit, je l'aurais sans doute relevé. Mais je n'ai pas le coeur à ça.

Pourtant un léger sourire malicieux se dessine sur mes lèvres alors que je me tourne complètement vers la demoiselle. Si charmante compagnie vous abordant de manière si originale ne se refuse pas, et si cela peut me libérer de cette tristesse qui m'a envahit quelques minutes plus tôt, ce ne sera que bénéfique. Je m'autorise alors un pieux mensonge pour éviter le plongeon tant désiré par la gracieuse jeune femme à mes côtés.

Navré, je vais devoir te décevoir mais je ne sais pas nager...tu ne voudrais pas avoir à venir me repècher n'est-ce pas?

La fixant je me demande comment j'ai fait pour ne pas l'avoir remarquée plus tôt. Certes elle n'est pas de ma maison, mais depuis le temps que je suis dans ce château, je pensais connaître presque tout le monde. Ravi de voir que je me suis trompé.

Tu es venu profiter d'un peu de fraîcheur à l'ombre des arbres, où tu es venue jusqu'ici rien que pour me convaincre de me donner en spectacle pour toi?

Sourire franc et sincère maintenant, presque un rire, la seule idée de m'imaginer trempé de la tête au pied dans ma tenue actuelle est burlesque à souhait. Envolé tristesse....merci mademoiselle...restez donc encore un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    « Crève en silence, ce sera plus beau. »


▌Citation :
Entre la folie et l'intelligence.
▌Clan : Avec moi-même, ça en fait moins à trahir.
▌Âge : 16 ans (15 juillet)
▌Année : 6 eme
▌Maison : Serdaigle
▌Don(s) : : Loup-Garou
▌Sang : Mélé
▌Humeur : Dingue
▌Poste au Quidditch : Gardienne.


AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: Re: - Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.   Jeu 9 Déc - 20:48

Pour une fois, et c'est bien rare, croyez moi, je n'attends pas une réponse à ma phrase, non, non loin de là, ce que je veux, c'est de l'action. L'envie subite de me dire que je peux convaincre n'importe qui de pouvoir faire n'importe quoi, ça serait tellement bon, n'est ce pas ? Je soupire, attends toujours, le jeune homme se tourne vers moi, et je pourrai presque me sentir gênée, de le voir me regarder comme ça. Tu te trompes de fille, crois moi, je ne suis pas une celles qui pourrait te servir de groupie, loin de là, loin de là ... J'ai presque envie de secouer la tête pour approuver mes pensées, presque.

J'attends toujours, allez s'il te plait, pour une fille comme moi, tu ferais bien ça, n'est ce pas ? Ma phrase pourrait me faire vomir moi. Un fille comme moi ... Non, sans déconner ? Mercredi tu dois être fatiguée, je soupire, faisant preuve d'une patience que je ne me connaissais pas. Sérieusement, ça fait quelques secondes que j'attends, ça commence à faire, je crois. J'ai envie de rire, juste comme ça.

    Navré, je vais devoir te décevoir mais je ne sais pas nager...tu ne voudrais pas avoir à venir me repêcher n'est-ce pas?


Je fronce les sourcils déçue en deux points, c'est vrai, le premier, je n'ai pas réussis à le convaincre de faire n'importe quoi, je ne dois pas être aussi douée en manipulation que ce que je croyais ... Quoi que, ne perdons pas espoir, la discussion ne fait que commencer. Pour le second point de la déception ? Juste le fait qu'il ne l'ait pas fait, je jure que là j'aurai rie. Ce genre de fou qu'on ne contrôle pas, un vrai rire, peut être même, si on sait un peu imaginer. Imaginer, certes, parce que lorsque quelqu'un me le demande, mon rire est rarement vrai, il n'est là, que parce que je lui autorise à sortir au delà de mes lèvres ... C'est juste comme ça, juste moi.

Et puis, il faut l'avouer, s'il ne sait réellement pas nager, je l'aurais surement laisser se débattre un long moment avant d'appeler quelqu'un, ou bien d'utiliser le sortilège levicorpus, juste pour voir combien de temps il aurait tenu en apnée ... C'est pas de la cruauté, juste de la curiosité mal placée, pas vrai ?

    Tu es venue profiter d'un peu de fraîcheur à l'ombre des arbres, où tu es venue jusqu'ici rien que pour me convaincre de me donner en spectacle pour toi?


Je fronce à nouveau les sourcils, parce que de mon idée de le noyer, il me fait revenir dans cette réalité bizarre, celle que je fuyais à la base en venant ici. Ce n'était ni les arbres, ni le spectacle qui m'intéressais, c'était d'oublier quel jour on est. Je pince mes lèvres, lui offre une panoplie d'expression, juste parce que j'ai l'impression qu'il me trouve jolie, alors je le laisse profiter jusqu'au moment où je cracherai mon venin, et qu'il verra que finalement, je ne suis pas tant belle que ça.

Dans un réflex habituel, maintenant, je regarde mon bras, vérifie que ma cicatrice n'est pas visible, et évidemment, elle ne l'est pas. Je ne sais pas s'il remarque mon comportement, mais je ne m'en soucie que très peu, en vérité, il ne serait pas le seul à supposer que je suis quelqu'un de bizarre avec un énorme secret. Je replonge dans son regard, et me surprends de remarquer que le sien aussi, est bleu, j'incline la tête, fait mine de réfléchir, et puis.

    - Je choisis ta deuxième option. je me décide à lui dire, encore plus amusée que précédemment. L'histoire du spectacle, hein ... j'ajoute en haussant mon épaule droite, et en inclinant un peu plus ma tête, au hasard, à droite.


Mon mouvement fait glisser ma baguette sur le côté, que je me dépêche de rattraper au vol, décidant de laisser mes cheveux un peu tranquille pour le moment, le chignon n'existe plus, seul le vent forçant mes mèches blondes à me chatouiller. Après m'être amusée quelques minute avec mes cheveux, je reporte mon attention sur le garçon.

    - Ça fait quoi d'être a Poufsouffle ? je demande par pure et simple curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t2936-m-march http://cracbadaboum.keuf.net/t3447-boite-de-mercredi http://cracbadaboum.keuf.net/t3536-mercredi-march
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: - Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.   

Revenir en haut Aller en bas
 

- Rire pour oublier - Kenneth & Mercredi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit