AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 |Chaudron Baveur| What Did You Expect ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



▌Clan : Neutre, ou presque...
▌Âge : 40 ans
▌Don(s) : : Animagus & Occlumens
▌Ancienne maison : Gryffondor
▌Sang : Pur
▌Humeur : En pleine réflexion
▌Emploi : Professeur de Défense Contres les Forces du Mal
▌Crédit(s) : Avatar: Barda & Signature: White Rabbit

AND MORE...
▌Relations:

MessageSujet: |Chaudron Baveur| What Did You Expect ?   Lun 30 Mai - 12:00


Londres avait doucement revêtu son léger manteau blanc, presque timidement, les flocons c'étaient posés en douceur sur l'asphalte et le béton recouvrant la ville. Mais bien-sûr le blanc virginal de la neige c'était bien vite transformé en gris poisseux grâce aux bons soins de la pollution produite par les moldus. Seule une petite partie de la ville résistait plus ou ou moins à l'envahisseur: les rues commerçantes du peuple caché. En effet, le Chemin de Traverse et ses rues annexes bénéficiaient d'un traitement de choix car aucun pots d'échappement ne venaient troubler leurs pavés enneigés. Seul les pas et les froissements de capes venaient perturber les flocons et c'était déjà bien suffisant pour qu'à certains endroits, le manteau blanc disparaisse totalement. D'autant plus que ce jour déclinant était le premier du week-end ce qui provoquait irrémédiablement une affluence record dans ces allées, les sorciers se donnaient rendez-vous, achevaient leurs achats, flânaient, bref s'entrecroisaient.

Dans cette foule se mouvait une silhouette qui semblait indifférent à cette agitation. A ses côtés, un chien loup qui semblait tout aussi insensible à ce qui l'entourait. Le duo se frayait un chemin sans trop de difficultés, ils passaient devant les boutiques sans leur accorder un regard. La vie à Poudlard s'était installée dans une monotone routine qui ne seyait pas vraiment au sorcier qui avait l'habitude de vivre un peu plus d'agitation. Suivre un emploi du temps précis, voilà bien quelque chose qu'il n'avait pas fait depuis ... Qu'il avait quitté l'école. Certes il n'était pas hyperactif, il pouvait rester des jours immobile mais c'était le principe d'être contraint de faire telle chose à telle heure. Il perdait de la liberté et s'il y avait bien quelque chose auquel il tenait c'était sa liberté. Enfin, l'heure de laisser tomber Miss Filztter n'était pas encore arrivée et Stamford contenait ses envies d'indépendance aux week-ends.

Finalement le duo arriva devant la porte de l’établissement désiré: le Chaudron Baveur. Ce n'était pas forcément le meilleur bon coin de l'aller, quelconque sous bien des aspects mais il trouverait là de quoi passer le temps et varier un peu de ses soirées à Poudlard. D'un même mouvement, l'homme et l'animal progressèrent entre les tables et finirent par atterrir au comptoir du bar. Stamford choisit le haut tabouret qui était à l'extrémité la plus reculée et Kincaid s'assit sagement au pied en fixant la salle et ses occupants avec ses yeux perçants. Le sorcier détacha sa cape de voyage et l'accrocha au dossier, le temps de faire cette manœuvre le patron s'était approché de lui, choppe à la main.

    ▬ " Stamford " Salutation auquel l'intéressé répondit d'un signe de tête. " Qu'est-ce que je vous sers ? " Les yeux bruns du sorcier glissèrent sur le mur le temps d'une courte réflexion avant qu'il ne réponde.
    ▬ " Étonnez-moi. "

De toute évidence habitué à cette réponse, l'homme se pencha sous son bar pour y tirer une bouteille légèrement poussiéreuse. Il sortit un verre et versa un liquide ambré devant Stamford qui lança un regard méfiant à son serveur. Ce dernier lui répondit avec un sourire narquois et laissa son client devant ce verre non identifié. Aventureux, le sorcier attrapa ce qu'on venait de lui servir et huma le liquide à la recherche d'une senteur connue. Et finalement, au bout de plusieurs secondes, Stamford se décida à goûter.

Stamford en était au deuxième verre, Kincaid avait fini par se coucher dans l'ombre et avait clos ses yeux lorsque enfin, une animation un peu plus intéressante pointa le bout de son nez. Le sorcier en était à l'expertise de ce deuxième verre lorsqu'une nouvelle senteur s'ajouta à celles que dégageait l'alcool. Il releva le visage de son verre et fronça légèrement les sourcils en essayant de voir si son imagination n'était pas déjà troublée par l'alcool. Mais non, son odorat ne le trompait pas, il connaissait ce parfum. Les lèvres du sorcier s’étirèrent pour former un léger sourire amusé. Que venait donc faire là cette créature ? Là était la question, même si Stamford ne semblait pas mécontent de la voir apparaître dans cette soirée banale.

    ▬ " Cela faisait longtemps ... " Le sorcier se retourna doucement sur son tabouret vers l'intruse qui était dans son dos et ses yeux confirmèrent ce que ses autres sens lui avaient dit. " ... Miss Skeeter. "

A l'approche de la journaliste, Kincaid avait relevé la tête et avait laissé approcher cette demoiselle qu'il commençait à connaître. Stamford quant-à lui, à présent retourné vers la nouvelle venue, gardait son léger sourire amusé pour observer la rédactrice en chef de la Gazette du Sorcier qui avait probablement essayé une approche furtive pour le surprendre.

_____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t3696-stamford-ewan-mcshadow-the-enigmatic-uc http://cracbadaboum.keuf.net/t3720-perchoirs-du-professeur-mcshadow#62292 http://cracbadaboum.keuf.net/t3719-stam-s-adress-book#62288 http://cracbadaboum.keuf.net/t3721-agenda-du-professeur-mcshadow
avatar
Oh honey
Play with me, please



▌Clan : Neutre, ou presque...
▌Âge : 30 ans (24 juill.)
▌Ancienne maison : Ravenclaw
▌Sang : Pur
▌Humeur : Aguicheuse
▌Emploi : Rédactrice en chef de la Gazette du Sorcier
▌Crédit(s) : Fae

MessageSujet: Re: |Chaudron Baveur| What Did You Expect ?   Jeu 2 Juin - 13:52

Lorsqu’elle emprunta un des couloirs de transplanage pour quitter le Ministère de la Magie, notre journaliste savait déjà de quelle manière elle comptait occuper une partie de sa soirée. Il fallait qu’elle oublie. Ses problèmes de consciences devenaient de plus en plus fréquents et nombreux surtout. Pourquoi fallait-il que ce soit seulement au bout de trente ans d’existence que sa conscience daigne se réveiller. Maintenant qu’elle était dans une position qu’il ne valait mieux pas ébruiter. Sous une sorte de protectorat. Un protectorat moyennant échange, mais cela voulait dire protection tout de même. Dommage qu’il s’agisse de Rafael Grey. Il lui avait mis le grappin dessus depuis bien longtemps en fait et c’était seulement maintenant qu’il jouissait de la possession de Miranda Skeeter dans sa poche. Aussi attractif qu’haïssable. C’étaient des sentiments mitigés et très distincts qu’elle avait à son égard. De la crainte. De la provocation. Du plaisir. De la douleur. Et là c’était dans une phase de déni qu’elle se trouvait. C’est pourquoi elle délaissa la chaleur des murs du Ministère pour la fraîche brise hivernale du chemin de traverse. Une fois dehors, elle referma son long manteau épais d’une couleur aussi éclatante que l’habit neigeux du décor. La morsure de l’hiver dut lui arracher quelques larmes qui perlèrent longuement aux coins de ses yeux. Mains dans les poches, démarche droite et tête haute, elle savait où elle se rendait. Pour ce faire, il lui suffit de passer devant quelques enseignes, jusqu’à ce qu’elle se poste devant celle qu’elle comptait rejoindre. Un vague coup d’œil par une des fenêtre menant vers l’intérieur lui assura qu’elle aurait la place qu’elle désirait. C’est ainsi qu’elle décida de pousser la porte du Chaudron Baveur. Auberge d’aspect miteux et de vertu relativement basse. En soit, un chef lieu idéal pour aller glaner des rumeurs, des pensées populaires, des informations qu’il ne faudrait jamais révéler au grand public. Un lieu rêvé pour Miranda donc. D’autant plus un lieu qu’elle connaissait très bien, que l’on parle du bar ou de la partie auberge.

Une fois entrée, quelques regards se posèrent sur elle, mais elle en ignora la plupart. En réalité, la seule chose qui avait toute attention, c’était le comptoir. Le comptoir et son inattendu occupant. A cette vision de cet homme de dos, un sourire sans joie étira les lèvres de la rédactrice pendant qu’elle rejoignait le comptoir. Se faisant elle croisa le visage du serveur, en profita pour glisser un hochement de tête signifiant qu’il pouvait d’ores et déjà lui servir un verre. Miranda n’était pas un ange, mais assez étrangement elle entretenait une relation neutre à tendance positive avec ce tenancier, et en plus elle n’avait jamais couché avec lui. L’intérêt de cette relation, parce qu’il en fallait bien un, sinon elle n’existerait pas : il fermait les yeux sur toutes les affaires qu’elle avait déjà mené dans cette auberge. Cela valait coup d’être gentille non ? Par contre concernant le cas, de celui qu’elle approchait par derrière l’histoire n’était pas aussi puritaine dirons-nous. A un tel point que l’on notera que seule l’odeur de la journaliste suffit à l’homme au chien pour se retourner et mettre un nom sur la créature qui se mouvait dans son dos. C’est pendant qu’il achevait sa courte phrase, qu’elle laissa un rictus s’emparer de ses lèvres. « Vraiment ? », dit-elle d’une voix traduisant un amusement emprunt d’une légèreté totale. Il était vrai que cela devait faire un sacré moment, qu’elle n’avait pas été convié par son informateur, et que l’informateur n’avait pas été cordialement invité par la journaliste. Il fallait dire aussi qu’avec toute cette histoire de procès en préparation au Ministère de la Magie que soit Abraham ou Grey ils ne lui avaient pas laissé beaucoup de répit. Sans parler des ses rares entrevues avec Harris qui avaient le don de la rendre incapable à quoi que ce soit. Fort heureusement, elle était là pour oublier. Le positif comme le négatif. Et le verre que le serveur venait de déposer sur le comptoir du bar allait être le premier à l’aider.
Quelques instants alors elle quitta le visage charmant de Stamford pour s’installer correctement. Elle retira sa veste, découvrant une tenue moins chaude, comme on avait plus l’habitude de la trouver. A savoir une robe crème à dos nu respectable, pour une fois. Cette dite robe la couvrait tout juste jusqu’aux genoux. Et pour préserver la chaleur de ses jambes ces dernières étaient habillées d’un voile satiné plus épais qu’il n’y paraissait, surplombé de bottines à talons. Tenue normale pour la journaliste. D’une banalité affligeante lorsque l’on connaissait l’étendue de sa garde robe. Une tenue de tous les jours qui pour beaucoup n’était sortie qu’en de rares occasions. Miranda n’avait juste pas la même définition du mot occasion et pas le même emploi du temps que le commun des mortels puisqu’elle avait passé sa journée à des audiences du Magenmagot. Tenue correcte oblige donc. Elle prit définitivement place sur le tabouret à côté de McShadow. Ses doigts fins se resserrent sur son verre, qu’elle devinait contenir un whisky tout ce qu’il y avait de plus banal. Il ne devait pas valoir celui de son parrain, mais ce serait suffisant. En parlant de parrain il fallait vraiment qu’elle ait une discussion avec lui. Peut-être pourrait-il l’aider concernant certains de ses épineux problèmes, lui qui se vantait auprès de sa nièce d’avoir des contacts dans la mafia sorcière. Soit.
Elle tourna les traits fins de son visage vers Stamford, croisant et décroisant ses jambes pour plus stabilité. « Poudlard alors ? », hasarda-t-elle dans un but de parler de sa récente décision de rejoindre les rangs de l’école de magie. « Filztter a des arguments convaincant il faut croire. », laissa-t-elle s’échapper d’entre ses dents. Miranda avait déjà vu le grand Docteur Harris prendre une place là bas, maintenant c’était lui. Pas qu’elle y soit particulièrement attaché, en fait pas du tout, c’était informatif, divertissant et physique. La chat, la souris, un jeu vieux comme le monde, mais tellement divin, lorsque vous savez comment vous y prendre.
Elle porta un toast à l’invisible en direction du fraîchement professeur de Défense contre les Forces du mal avant de porter son verre à ses lèvres. Faisant preuve de rigueur et retenue elle se contenta de quelques gorgées. Autant attendre les brides de paroles de son interlocuteur avant de devenir un peu trop éméchée, cela pourrait toujours servir après tout. Le verre retourna alors sur le comptoir. Les yeux noisettes de la journaliste offrirent à nouveau toute leur attention à Stamford. Une vision agréable. Il fallait le reconnaitre.

_____________________________________


      YOU TRICK YOUR LOVERS,
      THAT YOU'RE WICKED AND DIVINE,
      YOU MAY BE A SINNER,
      BUT YOUR INNOCENCE IS MINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cracbadaboum.keuf.net/t158-miranda-the-hell-with-her-words http://cracbadaboum.keuf.net/t3247-boite-de-miranda http://cracbadaboum.keuf.net/t2244-__m-i-r-a-n-d-a-t-h-e-y-s-a-y-t-h-a-t-i-a-m-d-e-v-i-l-i-s-h http://cracbadaboum.keuf.net/t2673-anneso-eloise-maureen-miranda-muse-synthia
 

|Chaudron Baveur| What Did You Expect ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cracbadaboum; Une malédiction, des sorciers. Oserez-vous ? :: Sujets inachevés.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit